Mois : janvier 2008

Palmarès du festival de la BD d’Angoulême

Où vont nos pères, de Shaun TanFauve d’or – Prix du meilleur album – Là où vont nos pères
de Shaun Tan (éditions Dargaud)
Un homme arrive dans une étrange contrée et tente de s’habituer à la vie et aux mœurs bizarres des habitants de ce pays. Il a laissé derrière lui femme et enfants pour leur assurer une vie meilleure… Shaun Tan, dessinateur australien né en 1974, traite ici du thème de l’immigration sous une forme métaphorique, convoquant une imagerie fantasmagorique. En résulte une histoire universelle, car tout un chacun pourra s’identifier au parcours de cet homme, à travers les yeux duquel le lecteur vit l’expérience tantôt douloureuse, tantôt enthousiasmante de l’adaptation à une autre culture.
http://shauntan.net

Kiki de Montparnasse, de Catel & Bocquet

Prix Essentiel Fnac-SNCF – Kiki de Montparnasse
de Catel &  Bocquet  (éditions  Ecritures/Casterman) pour
En 1913, une gamine mal dégrossie qui se nourrit de saucissons à l’ail et de vin rouge quitte sa bourgogne natale pour s’installer à Paris. Rien ne la prédestinait à une carrière artistique, mais la jeune fille a un flair de coquette pour repérer les jeunes talents capables de la peindre, de l’embellir et de la rendre éternelle. Cette première biographie dessinée de Kiki de Montparnasse signée Catel et Boquet nous plonge dans le Paris très libertin des années 20 et raconte avec émotion la grandeur et la décadence d’une véritable star.

 Les Essentiels d’Angoulême

Exit Wounds de Rudu ModanExit Wounds
de Rutu Modan (Actes Sud Bd)
Israël, 2002. Liés malgré eux par l’identité inconnue d’une victime d’attentat kamikaze, Numi et Koby mènent l’enquête pour retrouver un homme – l’amant de la première, le père du second. A travers leurs recherches désespérées, ponctuées de bonnes et de mauvaises surprises, Rutu Modan (née en 1966) dresse le portrait d’une société en perte de repères, et, plus symboliquement, de pères… Porté par un dessin minimaliste, ce roman graphique apporte, par le prisme de la fiction, un témoignage humaniste de la vie au Proche-Orient

Ma maman est en Amérique, Regnaud & BravoMa Maman est en Amérique, elle a rencontré Buffalo Bill

de Jean Regnaud & Emile Bravo (Gallimard)
Jean, un petit garçon touchant, nous dévoile ses petites aventures du quotidien avec son institutrice revêche, son papa surbooké, sa nounou Yvette (la reine du chocolat glacé), sa voisine Michèle ainsi que son petit frère Paul (avec qui il n’arrête pas de se battre)… Toutes ces petites choses banales et drôles qui semblent faire de lui un petit garçon comme les autres. Même s’il cherche à fuir cette question : « Où elle est ma maman ? ». Avec sensibilité et émotion, Bravo et Regnaud racontent ces moments de vie en nous rappelant que les enfants ne sont pas seuls à préférer s’inventer des histoires plutôt que d’affronter la réalité…

 

La Marie en Plastique, Rabate & PrudhommeLa Marie en Plastique
de Pascal Rabate & David Prudhomme (Futuropolis)
Sous le toit d’un pavillon de province vivent trois générations d’une même famille. Le père est artisan, la mère reste au foyer, et les deux enfants sont sans histoire. Il n’en va pas de même pour les grands-parents maternels. Lui bouffe du curé à tous les repas, elle revient de Lourdes aec dans sa valise une statuette en plastique représentant la Vierge. L’altercation entre les deux aïeuls ne tarde pas et toute la famille en profite… Le reste, dont un miracle et un repas de communion solennelle, est à la fois hilarant et dérisoire. La réussite de Rabaté est de nous rendre palpitants et surtout drôles des moments que nous connaissons tous intimement comme insignifiants, voire pénibles. David Prudhomme met cela en images avec une clarté et une fluidité qui n’empêchent pas les audaces chromatiques et de découpage.

RG de Peeters & DragonR.G.
de Peeters & Dragon (Gallimard)
Que sait-on de la vie des policiers, au-delà des clichés du polar ? Ce récit très réaliste nous plonge dans le quotidien d’un inspecteur, en dévoilant le secret des planques, des heures passées dans les camionnettes banalisées, des photos prises aux téléobjectifs et des filatures… Ces « effets de réel » particulièrement impressionnants ont été inspirés par un vieux briscard des renseignements généraux. Une ambiance de vécu à 400% grâce au récit de Pierre Dragon et au dessin saisissant de Frederik Peeters, qui réalise l’un de ses albums les plus inattendus.

Trois ombres, de Cyril PedrosaTrois Ombres
de Cyril Pedrosa -Shampooing/Delcourt)
Reclus du monde et de ses malheurs, Joachim et ses parents vivaient en paix au creux des collines, jusqu’à ce que l’ombre de troismystérieux cavaliers n’apparaisse et ne vienne perturber leur tranquillité. Dès lors, le destin de Joachim va se trouver irrémédiablement changé. Pour échapper à la menace des trois ombres, il ne lui restait plus qu’une issue : fuir ou se soumettre. C’est évidemment la première option que choisit le père du garçon, en se lançant à corps perdu dans un long et périlleux voyage, à l’issue incertaine. Magnifique parabole sur la mort insupportablement douloureuse d’un enfant, ce conte initiatique est porté par un graphisme au dynamisme époustouflant.
A consulter : l’Interview de Cyril Pédrosa sur Evene.


Essentiel Patrimoine
L'Elephant, d'Isabelle PralongL’Eléphant 
de Isabelle Pralong (Vertige Graphic)
Entre votre travail de costumière de théâtre, votre mari, vos enfants, vous vivez une vie régulière, heureuse. Et voilà qu’on vous appelle de l’hôpital pour vous dire que votre père est dans le coma. Un père que vous ne connaissez pas, puisqu’il a déserté votre vie depuis le début. Comment accepter cette soudaine irruption et aussi, comment se débrouiller de sa mort, annoncée comme proche ? Voilàce que raconte Isabelle Pralong, en une suite de courts chapitres dépourvus de pathos, dans un traitement graphique expressionniste. Du refus initial à une forme de réconciliation avec cet homme inconnu, et finalement avec soi-même, tout est dit dans ce bel album avec une pudeur et une justesse remarquables.
Moomin et les brigands de Tove JanssonMoomin et les Brigands de Tove Jansson (Le Petit Lézard)
Tove Jansson, artiste finlandaise (1914-2001), fut peintre et illustratrice, mais surtout l’auteur des aventures de Moomin le Troll, personnage inventé pendant la Seconde Guerre mondiale pour apporter un peu d’évasion et de réconfort aux enfants. Lue depuis cette époque dans le monde entier et considérée comme un classique, cette œuvre romanesque relevant du merveilleux et de l’humour fut adaptée en bande dessinée par Tove Jansson elle-même, ensuite remplacée par son frère Lars. Ce premier recueil, d’une production irréprochable, permet d’entrer de plain-pied dans un monde folâtre et imprévisible, peuplé de créatures étranges (des Snorks, des Hatifnattes, un Stinky vorace qui sent extraordinairement mauvais…) et pourtant immédiatement familières. Recommandé aux enfants de tous les âges !

Prix de la BD alternative
Turkey comixTurkey

Turkey comics a abandonné sa fameuse reliure maison “trouée-cousue” pour un dos carré plus classique pouvant rassembler quelques 222 pages de BD et réunir une trentaine d’auteurs. L’édito plutôt pugnace, titré “Ce que nous combattons”, situe les ambitions résolument “hors du confortable vase clos des récupérateurs et des faiseurs de hype qui asphyxient la bande dessinée”. De fait,  la plupart des auteurs “maison” progressent ensemble, créant une belle homogénéité, et une dynamique que l’on ressent à la lecture, plaisante, surprenante. Notons le “Francis Bear” (Gregory McKay) au graphisme très abouti et à la narration aventureuse, “Eleanor” délicat récit d’ambiance mettant en scène une jeune “journaliste” qui interviewe une prostituée, les pages facétieuses de Tarabiscouille, un hommage paradoxal de Bertoyas par M. Bancal (lequel Bertoyas participe d’ailleurs), “Un homme” par Stygryt récit drôle et bien mené, “Bonheur partagé”par Danny Maltais (une histoire bien trashy) et le témoignage-hommage par Gotpower et Bunk à leur ami décédé Ludovic Vandame. Le tout est ponctué de magnifiques dessins pleine page de Christophe Hittinger.  http://www.turkeycomix.com

Esssentiel Jeunesse
SillageSillage – tome 10 : Retour de flammes »
de Philippe BUCHET / Jean-David MORVAN (Delcourt)
Navire amiral de la Constituante, croiseurs d’interventions, astronefs miraux, frégates de guerre, bidonnefs, téléportails, navettes de maintenance, prisonefs, vaisseaux pirates…
Ils sont des millions à constituer un formidable convoi spatial lancé à la recherche de nouvelles planètes exploitables. Dans ce convoi nommé SILLAGE se côtoient toutes sortes de peuples d’origines et de croyances multiples. Mais une race y demeurait inconnue : les êtres humains. Et puis débarqua NAVIS ! Suite au grave accident qu’elle a provoqué, Nävis est consignée dans son vaisseau-gîte. Se rendant compte que ce dernier est mû par la puissance psychique de Heiliig, elle décide de le redescendre parmi son peuple.
Or, celui-ci vit sur la planète où elle a passé toute sa jeunesse avant que la température n’y grimpe de quelque cent degrés. Si Nävis s’attendait à un accueil d’une certaine froideur de l’ancienne compagne d’Heiliig, elle ne pouvait prévoir que son passé allait lui fondre dessus dans un terrible retour de flammes.

Prix BD des Collégiens de Poitou-Charentes
envolee.jpgL’envolée Sauvage

de Galandon et Monin (Bamboo édition)
France 1941. Jeune orphelin fasciné par les oiseaux, Simon vit dans sa campagne, loin de la tourmente. Pourtant, l’antisémitisme s’insinue progressivement jusque dans son quotidien pour lui rappeler qu’il est Juif. Confronté à la bêtise humaine, Simon va devoir fuir. Pourtant, où qu’il se trouve, la Dame Blanche apparaît : prédateur de mauvais augure ou ange gardien nocturne ? Sa fuite l’emmènera jusque dans les montagnes où il pensera trouver un nouveau temps de paix.
Mais la gangrène se propage rendant toujours plus provis oires les moments de répit…

Prix René Goscinny
Lemoutard.jpg guide du moutard

de Jul (Vents des Savanes)
Un journal de grossesse, témoignage de survie aux neuf mois les plus longs. Sur fond de campagne électorale, une lumière dans la tourmente du baby-boom.

 

 

 

Prix Jeunes Talents
Maroc
de Patrick Morin, 1er lauréat
Zooland Trooperz
de Camille Burger, 2e lauréat
Les mains libres
de Julien Dessailly, 3e Lauréat

Rendez-vous sur Hellocoton !

Le fruit de vos entrailles

le fruit de vos entraillesLe décor est planté, nous sommes plongés dans un Paris, sans fard, ni chaleur,  marqué par les attentats, mais somme toute, toujours individualiste et quelque peu indifférent, aux bonheurs et malheurs de ses habitants. Un suicide et un casse ratés. Deux portraits. Voilà de quoi constituer de sérieux hors-d’oeuvres, sous des aspects « quotidiens » mais loin d’être anodins. D’un côté, Heckmann, le flic chouchou des médias, hanté par ce suicide et un petit sac noir, contenant une toute jeune victime. De l’autre, Max, détective en herbe, qui a stoppé net un malfrat en fuite d’une façon assez cocasse. Tous deux ne se connaissent pas et sont à des lieues de se ressembler. Heckmann croule sous le poids des trompettes de la renommée, tandis que Max se dépatouille avec ses angoisses prénatales. Un tueur va les réunir, eux et un troisième compère, vieil ermite excentrique, plein de sagesse et fin psychologue.

Un excellent polar, palpitant à souhait, avec une bose dose d’humour corrosif, voilà ce qu’est Le Fruit de vos Entrailles étonnant premier roman qui vous fait dire « Affaire à suivre ».  Pas étonnant qu’avec un tel cocktail, Antonin Varenne ai percé dans le monde du polar et fut sélectionné pour le Prix Polar Cognac 2007. Ses personnages qu’on pourrait taxer d' »originaux » ne sont pas caricaturaux pour autant, on peut trouver en chacun d’eux une part de nous, dans leurs faiblesses, leurs peurs, leurs interrogations, leurs blessures. Attachants, l’écriture de Varenne, leur confére également une verve fraîche, parfois surprenante, souvent drôle et désenchantée.

Je vous le recommande vivement, j’ai été tenue en haleine dès les premières lignes. Et pour ma part, je me lance avec délectation, dans la lecture du second opus de Varenne, Le Gâteau Mexicain… A suivre également … Une année de lecture qui débute sous les meilleurs auspices.

Pour aller plus loin :
Le « truc » (1) de l’auteur : http://antoninvarenne.over-blog.com/   sur lequel vous pourrez découvrir notamment son billet d’accueil et le premier chapitre du polar
Le site des éditions Toute Lattitude (article à venir) : http://www.toutelatitude.com

Le Fruit de vos Entrailles
d’Antonin Varenne
Editions Toute Latitude
Collection « Intrigues ».
314 pages. 19.90€. ISBN : 2-35282-005-7.


(1) mea culpa, dixit l’auteur …

Rendez-vous sur Hellocoton !

Frida Kahlo, les ailes froissées

Frida-Lahlo-ClavilierCette biographie de l’artiste mexicain vous séduira par son écriture fluide et ses recherches fouillées. La mise en abîme de la vie de Frida  avec l’histoire nationale du Mexique est un élément de compréhension majeur de cet artiste, autant de son engagement que de son oeuvre.
Pierre Clavilier réalise cela avec justesse, ce qui fait également de cette biographie, le témoignage d’une période, agitée politiquement et florissante artistiquement. Car n’oublions pas que
Frida et son oeuvre évolue en pleine montée du communisme et des revendications nationales, notamment en Amérique du Sud, et que si Frida ne se définit pas comme un peintre surréaliste, elle n’en
est pas moins rattachée, malgré elle, à ce mouvement par son principal protagoniste, André Breton, puis par les historiens de l’art.
Passionnés de Frida ou simples curieux, vous (re)trouvez dans ce livre le piquant de sa personnalité, son courage et sa force, à travers cette évocation tendre et émouvante,
parsemée d’anecdotes touchantes ou drôles, mais toujours révélatrices du tempérament de feu de cette femme avant-gardiste et éprise de liberté. Et comme moi, vous demanderez, au fil de votre
lecture, quelle serait la réaction de la pétillante Frida face à la commémoration du 100e anniversaire de sa naissance, alors qu’elle n’a cessé de clamer être née en 1910 … par « hommage » politique … Elle qui n’aimait guère les conventions, mais cherchait à se faire un nom, au-delà de la figure imposante de son mari, Diego Rivera …
Et que les lecteurs allergiques aux biographies n’aient de crainte, celle-ci se lit véritablement comme un roman !

L’entretien réalisé sur place par Pierre Clavilier avec Rina Lazo et Arturo Garcia Bustos, deux « Fridos », apporte un regard complémentaire sur cette artiste
remarquable.


Frida, les ailes froissées
de Pierre Clavilier.
Editions du Jasmin.
200 pages. 16€. ISBN : 978-2912080530

Rendez-vous sur Hellocoton !

Alabama Song de Gilles Leroy

Ecrire c’est passer tout de suite aux choses sérieuses, l’enfer direct, le gril continu, avec parfois des joies sous les décharges de mille volts.

alabama song« Alabama Song ». Un titre gorgé de blues nostalgique qui rappelle ces chaudes terres du Sud des Etats-Unis. L’Alabama d’où est originaire, Zelda Sayre, a.k., Zelda Fitzgerald. « Southern Belle » des années 20, elle sera l’atout charme et la muse de Scott Fitzgerald, le jeune et talentueux auteur de « Gatsby le Magnifique ». Mondanités, fastes et provocations seront leur lot quotidien durant leur fulgurante ascension, cela en partie, grâce à la personnalité hors normes de Zelda, pétillant feu follet, affranchie du « qu’en dira-t-on? » et fantasque.

Alabama Song laisse pantois.

Ce portrait passionnant est une rencontre. Rencontre d’abord avec Leroy et rencontre avec Zelda. Le style de Leroy, qui vous plonge dans ces années folles, avec une confondante véracité. Plongés dans la lecture d’Alabama Song, nous sommes en Alabama ou à New York, dans les clubs de jazz, ou chez les Fitzgerald à suivre à rythme trépidant leurs excentricités, leurs coups de coeur et de gueule, leur progressive perdition … Ecrit à la première personne, nous rentrons dans l’intimité – possible – de Zelda : sa provocation naturelle due aux poids de la société puritaine dans laquelle elle évolue et à son héritage familial, son amour pour son « Goofo » et sa révélation à New York, où la chrysalide de la Southern Belle, la « crottée à l’esprit cinglant » en symbole du « Jazz age » alliant beauté et esprit sulfureux. Mais bien plus qu’un simple portrait et chronique animée de ces deux artistes, Alabama Song pousse à la réflexion : à quel point un auteur peut utiliser la vie de sa muse pour s’en inspirer ? Est-il possible pour une muse de retrouver une « vraie » liberté, de cesser d’être une « poupée », un objet d’inspiration et de création ? Domination de l’homme par l’ambition, le faste, les amitiés d’intérêt (O’Connor …), par sa propre personnalité, les protagonistes sont intimement liés et emprisonnés : Scott ne peut écrire sans Zelda, Zelda n’existe pas en société sans Scott (au début du moins) et ne peut exister artistiquement avec lui, plagiée ou usurpée … puis maltraitée, ballottée entre nombre d’hôpitaux psychiatriques et de médecins en tout genre. Mariage d’amour, « contrat publicitaire », contrat tout court, leur union restera chaotique jusqu’à sa fin.
Entre biographie et fiction, le roman peut laisser une impression « partagée ». Quelle est la part de fiction et de réalité ? Cela bouscule toute la relecture du livre. oui, comme le précise Gilles Leroy, « il faut lire Alabama Song comme un roman et non comme une biographie de Zelda Fitzgerald en tant que personne historique.

Alabama Song
Gilles Leroy
Editions Mercure de France
192 pages. 15€. ISBN : 9782715226456

A voir !

imageLe site des Editions Mercure de France

Rendez-vous sur Hellocoton !
Follow

Get every new post on this blog delivered to your Inbox.

Join other followers:

%d blogueurs aiment cette page :