Mois : mars 2008

Bébés Kangourous : materner autrement

Voilà un magnifique livre sur la Méthode Maman Kangourou (MMK) développée par ce pédiatre en Colombie.

Cette méthode a renouvelé la conception du portage de l’enfant, notamment dans le cadre de soins donnés aux prématurés. En effet, comme son nom, l’indique, il s’agit pour les parents choisissant cette méthode et s’y formant, de porter leurs enfants, en peau-à-peau, contre eux, la nuit et le jour, afin de favoriser la survie et le développement de cet enfant fragile.
Nathalie Charpak évoque dans ce document, magnifiquement illustré de photos noir & blanc, la naissance de la Méthode Maman Kangourous, en Colombie, où loin d’être une conception « farfelue » des soins aux prématurés, elle fut une méthode salutaire pour de nouveaux enfants, dans ce pays touché par le manque de structures d’accueil et de soins. En effet, le manque de couveuses étant un problème majeur des maternités colombiennes, cette méthode a été développée en 1978 par Edagr Rey Sanabria, pour pallier ce manque de couveuses mais aussi pour humaniser les soins donnés au nourrisson prématuré.
L’avantage d’une telle méthode ? Elle permet de créer et de restaurer un contact physique entre parents et enfant (ces derniers ayant passé les premiers jours de leur vie en service de néonatologie voire en soins intensifs), le bon développement de celui-ci par un peau-à-peau permanent offrant une meilleure régulation de sa température corporelle et favorisant grandement l’allaitement maternel. Le succès de cette méthode entraîna la création des premières unités « Kangourous », où les jeunes mamans (et papas !)  sont formé(e)s par le personnel médical pour porter l’enfant dans les meilleures positions, car porter un enfant 24h/24h n’est pas de tout repos et nécessite une attention particulière au bébé et à la maman. Dès qu’elles sont jugées « autonomes », la famille peut retrouver son domicile et est suivi régulièrement au sein de cette unité. Cette méthode se développe peu à peu en Occident, ainsi qu’en France, où depuis 13 ans, l’association Mères-Kangourou rassemble toute personne souhaitant faire connaître et/ou utiliser cette méthode.
Un beau document à lire et une méthode à connaître et faire connaître.

Au sommaire :

  • Préface de Georges Charpak
  • Introduction
  • Les bébés kangourous de Bogotá
  • Materner autrement ? La Méthode kangourou
  • Devenir une maman kangourou : principes et application
  • Les bienfaits de la Méthode kangourou : y a-t-il des risques pour le bébé ?
  • En France et dans les pays du Nord : des bébés et des parents plus heureux
  • En Afrique : des adeptes de plus en plus nombreux
  • En Asie et en Inde : des milliers d’enfants sauvés
  • Conclusion
  • En savoir plus
  • Quelques recommandations pour les professionnels de la santé

Nathalie Charpak, pédiatre connue et reconnue en Colombie, est pionnière dans l’application d’une méthode révolutionnaire pour porter les bébés. Tous les nouveau-nés, même les plus fragiles, se développent merveilleusement bien grâce à cette nouvelle façon de materner et de prendre soin de son enfant. Un livre document, abondamment illustré, qui peut être utile à tous les parents du monde.

Bébés kangourous : materner autrement
de Nathalie Charpak
Editions Odile Jacob
190 pages. 27€. ISBN : 978-2-7381-1643-7

A voir !

Pour aller plus loin :
– le point de vue de l’OMS
– l’association Mères-Kangourous
– le site la Fondation Kangourou de Bogota ( pour les hispanophones)
Le site des Editions Odile jacob

Rendez-vous sur Hellocoton !

Et mon mal est délicieux

Oui, j’écris ton histoire. Et celle des tiens. Des miens désormais. Parce que tu m’as dit sans rancoeurs ni haines le terrible des petites vies de rien, et de leurs théâtres intimes, que les mots sont de la chair, qu’il suffit de les écouter battre, bien au ras des émotions simples, et qu’ainsi tu m’as fait comprendre le métier d’écrire. Parce que avec du vif, sincère, sans fard, sans frime, ta vie dans tes paumes ouvertes, tu m’as dit aussi l’humanité nue. Pas l’idéale, celle des religions et des philosophies, ni la créature politique, mais celle qui a mal aux dents, qui essaie d’aimer à grande douleur et immense espoir, malgré son gros nez, malgré la maladie, les préjugés, malgré les gloires savoureuses et les bravos, la ballotée d’histoire, l’oubliée des guerres et des destinées jolies, la minuscule, celle qui trahit et tue, et celle qui a peur, l’innocente et l’héroïque ordinaire, celle qui veut enfermer l’univers dans son poing fermé et ne peut y tenir un papillon.

et mon mal est délicieuxVoilà un très beau roman dans l’univers du théâtre écrit avec sensibilité et poésie par Michel Quint, auteur du non moins merveilleux Effroyables Jardins. Vous l’aurez compris, c’est un de mes coups de coeur !
Vraie confidence ou théâtre dans le théâtre, la forme déstabilise et séduit. Et pourtant il s’agit bien d’une fiction comme l’auteur tient à le signaler, centrée sur une personnalité : Gérard Philipe. Et mon mal est délicieux n’est pas à proprement parler une fiction sur l’illustre comédien, mais celui-ci est le centre et le fil d’Ariane de ce récit émouvant. Premier niveau de lecture : Michel Quint est en résidence d’écrivain, et au détour d’une balade au sein de l’ancienne Chartreuse à Villeneuve-lès-Avignon et de la cueillette d’une fleur de jasmin, il rencontre Max Klein, un vieil homme original, qui se lance dans une confidence aux allures de tirade. Cette fleur est une porte ouverte sur le passé de ces vieilles pierres qui auront vu deux jeunes adultes jouer à Rodrigue (Max) et Chimène (Luz, sa bien-aimée), un amour passionné pour Gérard Philipe naître avec celle d’une grande promesse, qu’il revienne jouer en ces lieux « Le Cid » … Tandis que la guerre se fait plus présente, l’amour du Luz pour le comédien vibre au fur et à mesure des représentations de celui-ci, alors qu’un autre grand amour se fera abnégation pour soulager le coeur de sa belle.
Loin d’être un catalogue de bon sentiments, ce court roman surprend par son originalité et son récit étonnant jusqu’aux dernières lignes. Vibrant et reflet d’un amour réel pour le théâtre.

Et Mon Mal Est Délicieux
Michel Quint
Editions Joëlle Losfeld
83 pages. 8€. ISBN : 2-07-078904-7

A voir !

imageLe site des Editions Joëlle Losfeld

Rendez-vous sur Hellocoton !
Follow

Get every new post on this blog delivered to your Inbox.

Join other followers:

%d blogueurs aiment cette page :