Mois : mars 2008

Bébés Kangourous : materner autrement

Voilà un magnifique livre sur la Méthode Maman Kangourou (MMK) développée par ce pédiatre en Colombie.

Cette méthode a renouvelé la conception du portage de l’enfant, notamment dans le cadre de soins donnés aux prématurés. En effet, comme son nom, l’indique, il s’agit pour les parents choisissant cette méthode et s’y formant, de porter leurs enfants, en peau-à-peau, contre eux, la nuit et le jour, afin de favoriser la survie et le développement de cet enfant fragile.
Nathalie Charpak évoque dans ce document, magnifiquement illustré de photos noir & blanc, la naissance de la Méthode Maman Kangourous, en Colombie, où loin d’être une conception « farfelue » des soins aux prématurés, elle fut une méthode salutaire pour de nouveaux enfants, dans ce pays touché par le manque de structures d’accueil et de soins. En effet, le manque de couveuses étant un problème majeur des maternités colombiennes, cette méthode a été développée en 1978 par Edagr Rey Sanabria, pour pallier ce manque de couveuses mais aussi pour humaniser les soins donnés au nourrisson prématuré.
L’avantage d’une telle méthode ? Elle permet de créer et de restaurer un contact physique entre parents et enfant (ces derniers ayant passé les premiers jours de leur vie en service de néonatologie voire en soins intensifs), le bon développement de celui-ci par un peau-à-peau permanent offrant une meilleure régulation de sa température corporelle et favorisant grandement l’allaitement maternel. Le succès de cette méthode entraîna la création des premières unités « Kangourous », où les jeunes mamans (et papas !)  sont formé(e)s par le personnel médical pour porter l’enfant dans les meilleures positions, car porter un enfant 24h/24h n’est pas de tout repos et nécessite une attention particulière au bébé et à la maman. Dès qu’elles sont jugées « autonomes », la famille peut retrouver son domicile et est suivi régulièrement au sein de cette unité. Cette méthode se développe peu à peu en Occident, ainsi qu’en France, où depuis 13 ans, l’association Mères-Kangourou rassemble toute personne souhaitant faire connaître et/ou utiliser cette méthode.
Un beau document à lire et une méthode à connaître et faire connaître.

Au sommaire :

  • Préface de Georges Charpak
  • Introduction
  • Les bébés kangourous de Bogotá
  • Materner autrement ? La Méthode kangourou
  • Devenir une maman kangourou : principes et application
  • Les bienfaits de la Méthode kangourou : y a-t-il des risques pour le bébé ?
  • En France et dans les pays du Nord : des bébés et des parents plus heureux
  • En Afrique : des adeptes de plus en plus nombreux
  • En Asie et en Inde : des milliers d’enfants sauvés
  • Conclusion
  • En savoir plus
  • Quelques recommandations pour les professionnels de la santé

Nathalie Charpak, pédiatre connue et reconnue en Colombie, est pionnière dans l’application d’une méthode révolutionnaire pour porter les bébés. Tous les nouveau-nés, même les plus fragiles, se développent merveilleusement bien grâce à cette nouvelle façon de materner et de prendre soin de son enfant. Un livre document, abondamment illustré, qui peut être utile à tous les parents du monde.

Bébés kangourous : materner autrement
de Nathalie Charpak
Editions Odile Jacob
190 pages. 27€. ISBN : 978-2-7381-1643-7

A voir !

Pour aller plus loin :
– le point de vue de l’OMS
– l’association Mères-Kangourous
– le site la Fondation Kangourou de Bogota ( pour les hispanophones)
Le site des Editions Odile jacob

Rendez-vous sur Hellocoton !

Et mon mal est délicieux

Oui, j’écris ton histoire. Et celle des tiens. Des miens désormais. Parce que tu m’as dit sans rancoeurs ni haines le terrible des petites vies de rien, et de leurs théâtres intimes, que les mots sont de la chair, qu’il suffit de les écouter battre, bien au ras des émotions simples, et qu’ainsi tu m’as fait comprendre le métier d’écrire. Parce que avec du vif, sincère, sans fard, sans frime, ta vie dans tes paumes ouvertes, tu m’as dit aussi l’humanité nue. Pas l’idéale, celle des religions et des philosophies, ni la créature politique, mais celle qui a mal aux dents, qui essaie d’aimer à grande douleur et immense espoir, malgré son gros nez, malgré la maladie, les préjugés, malgré les gloires savoureuses et les bravos, la ballotée d’histoire, l’oubliée des guerres et des destinées jolies, la minuscule, celle qui trahit et tue, et celle qui a peur, l’innocente et l’héroïque ordinaire, celle qui veut enfermer l’univers dans son poing fermé et ne peut y tenir un papillon.

et mon mal est délicieuxVoilà un très beau roman dans l’univers du théâtre écrit avec sensibilité et poésie par Michel Quint, auteur du non moins merveilleux Effroyables Jardins. Vous l’aurez compris, c’est un de mes coups de coeur !
Vraie confidence ou théâtre dans le théâtre, la forme déstabilise et séduit. Et pourtant il s’agit bien d’une fiction comme l’auteur tient à le signaler, centrée sur une personnalité : Gérard Philipe. Et mon mal est délicieux n’est pas à proprement parler une fiction sur l’illustre comédien, mais celui-ci est le centre et le fil d’Ariane de ce récit émouvant. Premier niveau de lecture : Michel Quint est en résidence d’écrivain, et au détour d’une balade au sein de l’ancienne Chartreuse à Villeneuve-lès-Avignon et de la cueillette d’une fleur de jasmin, il rencontre Max Klein, un vieil homme original, qui se lance dans une confidence aux allures de tirade. Cette fleur est une porte ouverte sur le passé de ces vieilles pierres qui auront vu deux jeunes adultes jouer à Rodrigue (Max) et Chimène (Luz, sa bien-aimée), un amour passionné pour Gérard Philipe naître avec celle d’une grande promesse, qu’il revienne jouer en ces lieux « Le Cid » … Tandis que la guerre se fait plus présente, l’amour du Luz pour le comédien vibre au fur et à mesure des représentations de celui-ci, alors qu’un autre grand amour se fera abnégation pour soulager le coeur de sa belle.
Loin d’être un catalogue de bon sentiments, ce court roman surprend par son originalité et son récit étonnant jusqu’aux dernières lignes. Vibrant et reflet d’un amour réel pour le théâtre.

Et Mon Mal Est Délicieux
Michel Quint
Editions Joëlle Losfeld
83 pages. 8€. ISBN : 2-07-078904-7

A voir !

imageLe site des Editions Joëlle Losfeld

Rendez-vous sur Hellocoton !

A Year in the merde de Stephen Clarke

A Year in the merdeOu les galères d’un expat à Paris.
Paul West, malgré les bons conseils d’un ami, décide de travailler en France. Recruté dans une entreprise de viande, VianDiffusion, celui-ci doit développer une chaîne de salons de thé (of course !). Rien de bien difficile … Et pourtant à peine arrivé, Paul doit s’adapter très vite : l’année commence en septembre et non en janvier, oui les collègues se font la bise (entre femmes, femmes et hommes mais attention pas entre hommes), un directeur peut dire « tu » alors que son employé lui dira « vous », et oui, Paris est la ville des chiens tenant tête aux autres capitales avec ses 650 accidents annuels dans les rues aux trottoirs minés … Parachuté au milieu qu’une équipe bredouillant à qui mieux-mieux anglais, Paul doit se livrer à de quotidiennes séances de décryptage de nos us et coutumes. Totalement immergé dans le monde du travail, il se retrouve confronté à des méthodes de management fortement différentes du modèle anglo-saxon :  dur dur de s’acclimater quand en effet une réunion = une décision en Angleterre, alors que notre chère contrée semble rongée par la réunionite aiguë…

Goups … Voilà un titre et une couverture qui ne laissent pas indifférents … Mais il serait dommage de passer à côté de ce livre et de le rejeter d’un bloc pour cette seule et unique raison. A Year In The Merde dresse un portrait un brin caustique mais surtout humoristique de notre cher pays et de sa capitale: nos jolis défauts et nos problèmes franco-français y sont dépeints sous un œil interloqué mais affectueux. Jubilatoire.
Pour les non-anglophones et tous ceux que la lecture en V.O rebutent (1) le roman a été traduit en français « God save la France » …

 

Mes morceaux choisis :

Où un ami bienveillant l’alerte sur ce vers quoi il s’engage :
« My good friend Chris told me not to come to France. Great lifestyle, he said, great food and totally unpolitically correct women with great underwear. But, he warned me, the French are hell to live with.[…]
His theory was that the French are like the woman scorned. Back in 1940 they tried to tell us they loved us, but we laughed at their accents and their big-nosed Général de Gaulle, and ever since we’ve done nothing but poison them with our disgusting food and try to wipe the French language off the face of the Earth. That’s why they built refugee camps yards from the Eurotunnel entrance and refuse to eat our beef years after it was declared safe. It’s permanent payback time, he said. Don’t go there.
Sorry, I told him, I’ve got to go and check out that underwear. »

Où Paul West découvre les joies de la grève … à la française :
« The Paris transport workers went on strike.
And what was this strike about ? Job cuts ? Safety standards ? No.
The unions were furious that the government had been rumoured to be thinking about considering the possibility of maybe looking into the purely theoretical concept that it might one day (not now but in, say, 80 years’ time) be less able to pay for transport workers to retire at 50.
Wow, I told myself, let’s go to the transport company HQ this very instant to get a job application form.
Dammit, though, I couldn’t get there – there was a transport strike. »

Où il est important de distinguer Casino et casino … Eh oui à l’oreille la différence ne s’entend pas et pourtant dans l’assiette !
 » Instead of heading all the way back into Trou, we stopped off at Monsieur Augème’s house and I dashed through the rain with a map to ask him whether there was a country auberge nearby. […]He wasn’t too sure about auberges, but finally prodded at a town a few kilometres west and said that we could get a meal at the casino there.[…] « What did he suggest ? » Alexa asked when I got back in the car and began dripping all over her. « You’ll see. It’ll be a surprise. » It was there, I think, that I learned my lesson about the nature of mixed-race male-female relations in a post-feminist world. It was this : don’t promise anything as a surprise unless you yourself are 100% sure that the surprise will be pleasant. […] Alexa would have known that we were almost certainly not headed for a casino. We were headed for a Casino. That is, a branch of supermarket chain called Casino, which, in its larger stores, often has a cafeteria. »

(1) Dommage!  vous raterez le fameux British sense of humour tellement croustillant in English … I’m fond of it !

A Year In The Merde
Stephen Clarke
Black Swan
382 pages. 10.10€. ISBN : 0-552-15307-9

A voir !
Site officiel de Stephen Clarke : http://www.stephenclarkewriter.com

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Les dessous pas toujours glamour de la cosmétique …

cosmétiques mode d'emploi

Cosmétiques mode d’emploi : les produits sûrs et efficaces.
Bien les choisir et les utiliser. Les bons gestes au quotidien.

Quoi de plus « ordinaire » qu’un produit de cosmétique ? En effet, nous en utilisons tous. Ils ornent les tablettes de nos salles de bain, nous nettoient, parfument, maquillent les filles, rasent les gars, épilent, coiffent et il paraîtrait même que certains ont des vertus amincissantes ou rajeunissantes … On nous le dit et c’est écrit sur la boîte, ça doit être vrai, non ?

Mais lisons nous vraiment toute la boite bercés par de doux argumentaires. Sont-ils toujours véridiques ? Que contient vraiment ces produits tellement quotidiens qu’ils sembleraient être anodins ? Un cosmétique n’en reste pas moins un produit chimique dont la recette est simple – base et principes actifs – mais recèle différentes complexités insoupçonnées dues à la nature même des ingrédients. Ainsi la dénomination de parfum recgroupe près de 200 composants différents … dont la nature n’est pas obligatoirement révèlée et peut-être pas sans danger. Peut-on faire confiance aux produits dérivés de la pétrochimie tels que les parabens ? Les sels d’aluminium sont-ils inoffensifs ?

Véritable mine d’informations, ce livre réalisé par la journaliste Laurence Wittner et préfacé par Jean-Marie Pelt, Président de l’Institut Européen d’Ecologie, passe au crible tous les produits cosmétiques du savon au maquillage, dentifrice, déodorant et soin du cheveu …
Une introduction examine le cas des cosmétiques d’un point de vue chimique, écologique, mais aussi juridique : qu’est-ce qu’un cosmétique ? quelle en est sa composition ? Leur réglementation ? Quelles sont les mentions obligatoires ? Comment lire une étiquette ? Quels sont les différents labels et que signifient-ils ?
Chaque produit est présenté de façon simple mais détaillée. « C’est quoi en fait ? » vous rappellent les objectifs du produits et son action, physiologique et/ou chimique. Puis la section « Je choisis mon XXX » vous permet d’identifier les ingrédients d’une bonne base du produit sous leur dénomination INCI, qui figure sur l’étiquette des produits, les principes actifs qui en renforcent l’action, puis les ingrédients à éviter. Parmi ceux-là, certains sont passés « A la loupe » sur une liste verte (mauvaise « réputation » mais inoffensif), orange (souvent encore à l’étude) et rouge (générale, santé, environnement car toxique et/ou polluants). Enfin un encart « Pour ne pas se tromper » rappelle les précautions d’emploi du produit.

Idéal pour avoir en tête des notions claires et apprendre à décrypter les étiquettes.

Cosmétiques Mode d’emploi

Laurence Wittner
Leduc Editions
254 pages. 16.90€. ISBN : 2-84899-077-5.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Ma sorcière, mon ange et moi

Il peut vous arriver, un matin, sur le chemin de l’école, d’assister à la naissance d’une sorcière. Rassurez-vous, si cela se produit, vous le remarquerez forcément. C’est quelque chose de très spécial, la naissance d’une sorcière. Et ça ne sent pas toujours très bon. Il se peut ensuite que cette sorcière, née sous vos yeux, vous affirme qu’elle est votre sorcière attitrée. C’est normal. Sachez simplement que vous risquez de manquer l’école ce matin-là et que vous allez sous peu faire également la connaissance de votre ange gardien, car l’une va rarement sans l’autre. A partir de là, votre vie va sérieusement se compliquer.

solotareff.gifCe court roman est drôle et intelligent ! Mi-conte, mi-roman d’aventures, les enfants seront séduits par cette histoire de sorcières et d’anges, pas comme les autres. Angélique est une petite
fille « ordinaire ». Entourée de son papa et de sa maman, son quotidien est fait d’apprentissage à l’école, dans son quartier parisien … maculé de crotte de chien. N’y voyez pas là une revendication quelconque sur l’écologie  canine de la capitale non, non. Car c’est en marchant sur un de ces spécimen, qu’Angélique assiste à la naissance d »une sorcière, et bien plus que cela encore, de SA sorcière. Une naine mal fagotée au tempérament bien trempé et pas toujours bien intentionné … Dolorès.  Au détour du chemin de l’école, celle-ci va lui apprendre à « s’amuser » ce qui ne sera pas sans poser quelques questions de conscience à la petite fille, si assidue habituellement : ne pas aller à l’école, voler un éclair au chocolat  à une mendiante, autant d’exploits fort peu honorables.

Mais ce n’est pas sans compter sur la diligence et douce présence de Molly son ange gardien, qui se manifestera à bon escient. Vous l’aurez compris, Ma sorcière, mon ange et moi, est un livre sur le Bien et le Mal, la lutte entre les deux à la lueur de notre conscience. Son traitement original en fait un livre agréable à lire, drôle et tendre, à mettre dans toutes les petites mains dès 9 ans.

Ma sorcière, mon ange et moi,
Grégoire Solotareff
Neuf de l’Ecole des Loisirs
101 pages. 7.90€. ISBN : 2-211-04182-5

A voir !

Pour aller plus loin un entretien très complet avec Grégoire Solotareff du CRDP de Créteil : http://www.crdp.ac-creteil.fr/
Le site de l’Ecole des loisirs

Rendez-vous sur Hellocoton !

Ma grand-mère faisait pareil

grand-m-re-copie-2.gifd’Anne Dufour.

Nos grand-mères ont toujours eu des astuces efficaces, naturelles et peu onéreuses. Très souvent incollables en économie familiale, elles ont toujours un « truc ». Le « truc » qui fait la différence, la petite chose à laquelle on n’avait pas pensé ! Ce livre pratique, au charme désuet, les recense par rubrique et ordre alphabétique. Que grand-mère soit un « Grand Chef », une « Fée du logis et du jardin », soit « Aux Petits Soins » ou une grand-mère « Du mercredi », vous y trouverez 660 astuces qui faciliteront votre quotidien.

Grand-mère Grand Chef …

Grand-mère est un grand chef qui, à travers des aliments simples et bien sélectionnés, de l’amour et des secrets, sait donner du bonheur autour d’une table joliment parée et délicatement servie. Glanez de-ci de-là secrets culinaires … du marché à la réalisation des bons petits plats ! Comment chosir ses fruits et légumes selon les saisons ? Comment les conserver ? les préparer ? Sélectionner et conserver ses herbes et ses fromages ? Comment prolonger leur conservation et réussir des recettes savoureuses conservant tous leurs arômes ? Sont autant de questions auxquelles vous trouverez des réponses pratiques. Cette section comporte également des recettes gourmandes intemporelles et délicieuses : bananes au four, chocolat chaud à l’ancienne, compote, crème caramel, financiers, gaufres, oeufs au lait, pain perdu, quatre-quarts, riz au lait. Les apéritifs, sirops, limonades, vins, lait de poule, kéfirs et liqueurs sont également à l’honneur. Petits et grands gourmands pourront se régaler à différents moments de la journée !

… qui s’occupe de son logis et de son jardin et des siens.

Avec très peu de produits d’entretien, vous pouvez entretenir en un clin d’oeil votre maison et votre jardin. Au programme donc l’utilisation du vinaigre d’alcool, du bicarbonate de soude, de l’huile de lin et de la cire et autres ingrédients naturels, biodégrables et souvent peu onéreux pour faire briller, briquer, détacher, blanchir, assainir, parfumer … mais aussi planter, récolter, protéger ! Les trucs « santé » de nos grand-mères – un bon grog contre le rhume ou une décoction au thym pour le mal de gorge – peuvent également soigner les petits tracas du quotidien. La réalisation de lait de toilette et crèmes de beauté n’auront plus de secrets pour vous. Enfin grand-mère connaît toujours différents jeux simples et éducatifs pour occuper les jeunes pousses de la famille : jeux de plateaux, d’intérieur et d’extérieur sont également recensés !

Testés et approuvés depuis des décennies, ces trucs et astuces sont simples et efficaces, que demander de plus ?

Ma grand-mère faisait pareil
Anne Dufour
Hachette Pratique.
159 pages. 19.90€. ISBN :2-01-237220-1

Rendez-vous sur Hellocoton !

Mongol de Karin Serres

Mon-gol ! Mon-gol ! L’insulte est reprise en chœur dans la cour de récré. Ludovic a l’habitude, mais cette fois-ci le mot l’intrigue. Mongol ? Qu’est-ce que ça veut dire ? Pour la première fois de sa vie, il consulte un dictionnaire. « Mongol, e adj : de la Mongolie. » Soit, Ludovic sera donc un véritable Mongol de Mongolie qui se nourrit exclusivement de viande et de fromage, pillant le bac à fromages du réfrigérateur et enfournant de pleines brassées de saucisses, qui connaît sur le bout des doigts l’histoire de Gengis Khan et la date de la fête du Naadam, qui se rase le crâne, qui traite ses ennemis de « Cerveau cru de ton père » ou encore d’ « Outre à excréments » !

mongol de karin serresCe court roman évoque le quotidien de cet petit garçon « à part », un peu lent. Ludovic, bouc-émissaire malmené par ses petits camarades,
injurié, traité de « même pas né », « nounouille » … puis de « mongol ». Un drôle de mot qui sonne à ses oreilles et dont il ne connaît pas la signification. Pourtant un mot veut toujours dire
quelque chose, aussi quel n’est pas l’étonnement de Ludovic lorsqu’il découvre dans le dictionnaire que cela veut dire « De la Mongolie », un pays quelque part bien loin de chez lui. Il enquête
alors le lendemain à la bibliothèque. Se révèle à lui le grand peuple de Gengis Khan, des « guerriers très forts ». Alors cela ne serait-pas une insulte contrairement à ce qu’il croyait ?
Désormais, Ludovic sera également un guerrier très fort, ce Mongol dont on le traite.
Il se nourrit alors de fromages et de saucisses, se rase la tête, est incollable sur l’histoire de Gengis Kahn, adopte leurs coutumes et tend à suivre leur rythme de vie … n’hésitant pas à rabrouer ses petits « tortionnaires » en Mongol ! Cette transformation ne sera pas sans engendrer des situations insolites.

Ce livre est touchant et fait sourire au fur et à mesure du changement de Ludovic. Cet enfant insulté et blessé montre dès lors une personnalité forte, face aux sarcasmes blessants, cruels et idiots de ses compères. Cela est d’autant plus fort que les effets de réel, dont le récit, à la première personne, nous laisse pénétrer toutes les pensées et émotions de Ludo : tout d’abord la souffrance face à l’injustice, la découverte émerveillée de ce peuple vaillant et hors du commun, l’affirmation de soi, le doute puis la réalisation d’un rêve inattendu. Cette « révélation » de Ludovic désarçonne son entourage : stupeur des autres enfants, incrédulité de sa maîtresse et étonnement – inquiet puis joyeux – de ses parents. Une remarque toutefois : le « mal-amour » de sa famille est étonnant. Père, mère et soeur peuvent être dures à son égard, et pourtant le poids des mots est là : « sombre idiot », « pauvre andouille », « bécasson » … Ce parti pris est étonnant d’autant plus que ceux-ci, leur étonnement passé, s’adaptent généreusement au nouveau style de vie qu’insuffle le petit garçon.

Habillement écrit et richement documenté, ce livre aborde avec originalité et humour la question de la tolérance de l’autre et du poids des mots. Une conclusion rafraîchissante.

Dès 9 ans. Bon niveau de lecture.Prix du roman européen pour enfants ». 2004

Mongol
Karine Serres
Neuf de l’Ecole des Loisirs
92 pages. 7.50€. ISBN : 2-211-069-69-X

A voir !

Le site de l’Ecole des Loisirs
Vous pouvez découvrir le premier chapitre sur le site de l’auteur : http://mapage.noos.fr/kserres/

Rendez-vous sur Hellocoton !
Follow

Get every new post on this blog delivered to your Inbox.

Join other followers:

%d blogueurs aiment cette page :