Mois : décembre 2008

Des mots dans les mains

Arthur est un jeune garçon de six ans, qui comme  les enfants de son âge, a des journées bien remplies, entre la vie de famille, l’école, le sport, les copains, les activités sont plutôt variées ; mais voilà, les difficultés le sont également. Car Arthur n’est pas un petit enfant comme les autres, ou plutôt si, à ce « détail » près : Arthur n’entend pas. Il est sourd. Ses amis le savent, parfois l’oublient, ce qui n’est pas sans créer de petits soucis …

Voilà une BD jeunesse qui aborde la surdité, sous le regard vif de son héros du quotidien : Arthur. Invités à suivre une demie-journée ordinaire de ce petit garçon, nous sommes immergés dans sa bulle, dès le départ pour l’école, sous l’oeil attendri mais inquiet de sa maman, puis le regardons évoluer auprès de ses copains en récréation, où lors d’un match de football, son meilleur ami oublie son handicap (ce qui devrait être une joie, mais qui s’avère problématique) et finalement en cours de dessin, où Arthur explique à ses camarades, à travers son art, quel est son monde. Un monde faits de signes. Un monde de regards.

Ce one shot aborde également les difficultés liées à la différence dans leur globalité : en effet, notre société sait-elle s’adapter aux besoins des handicapés ? Avons-nous suffisamment de prévenance et de sollicitude pour les accueillir et veiller à communiquer avec eux selon leurs pré requis et non les nôtres ? Cherchons-nous réellement à nous adapter à eux plutôt que de chercher à les adapter systématiquement à notre environnement ?

Conçue pour sensibiliser les enfants au handicap, elle se dévore même plus grand. Son style clair et manga ainsi que son personnage si souriant et attachant en font une véritable réussite, à plus d’un titre car le scénario et « l’épaisseur » du message sont également présents. Arthur est d’une lucidité touchante sur son handicap et la nécessaire envie d’agir qu’il doit conserver. Cette histoire révèle donc les problèmes liés aux situations d’handicap des plus jeunes et ancre son discours dans la réalité sans tomber dans un sentimentalisme excessif.

A noter que Bénédicte Gourdon avait par ailleurs travaillé sur une précédente collection, déjà très développée et joliment conçue « Signes » chez Thierry Magnier, ainsi que sur la conception d’un abécédaire bilingue français-LSF (langue des signes française), « ABCD Signes », chez le même éditeur.

Des mots dans les mains
Bénédicte Gourdon, Malika Fouchier, Le Gohan
Delcourt
32 pages. 8,50€. ISBN : 978-2-7560-0350-4

Rendez-vous sur Hellocoton !

Les derniers nés Des Histoires d’en rêver

Le mois de novembre a vu la parution des tous derniers opus de la collection Histoires d’en rêver (éditions Alzabane), de quoi réchauffer le coeur et l’esprit.
La Feuille et son Vent, et Goliath, sont signés des plumes de Jean-Sébastien Blanck et de Manuel Purdia aux illustrations, lesquels, après L’Un et L’Autre, renouvellent leur fructueuse collaboration. A nouveau ces deux histoires montrent ô combien l’univers du conte n’est pas qu’enfantin mais universel.
Dans la continuité de La Vigne qui aimait un lierre, Jean-Sébastien Blanck, exploite à nouveau le thème de l’amour. Cette fois-ci, loin d’être un conte sur la fidélité et la persistance des liens amoureux à travers le temps, La Feuille et son Vent aborde l’amour « volage », non pas au sens d’infidèle, mais d’inconstant, de celui qui papillonne au point d’en délaisser sa bien-aimée. Car dans ce monde imaginaire qui nous est donné de rencontrer, à chaque vent d’automne correspond sa feuille ! Les vents ayant la délicate tâche de prendre soin de leur feuille et la porter. Notre dernière aventurière ne souhaite qu’une chose : voyager avant d’être déposée sur le sol pour ne plus se relever … Les deux compères vont alors connaître de multiples tribulations, au cours desquels le jeune vent impétueux va délaisser sa protégée, avant de réparer son indélicatesse et comprendre que la puissance ne fait pas le bonheur.
 » C’est ainsi que nul ne sait quelle feuille il portera.
Nulle ne sait quel vent l’emportera.
Nul ne sait où cela l’emmènera. »

Goliath est quant à lui une adorable fable sur le pouvoir. Vieux matou délaissé par son ancienne cour, Goliath voit ses jours et son pouvoir décliner inexorablement. Désormais il est seul à affronter le danger et ses peurs, qui prennent la forme d’un étranger pénétrant un beau soir sur son territoire … Je ne vous révélerai certainement pas la fin, car elle est délicieuse à souhait.  Ce septième tome allie à nouveau le charme de l’écriture et la beauté des illustrations.

Le huitième opus Le Porteur de bonnes Nouvelles, suivi de Côté jour, côté nuit, marque une nouvelle étape importante dans la vie de cette collection, puisqu’il inaugure l’ouverture vers d’autres plumes, ici, celle de Cathy Dutruch. Il est ardu d’intégrer une collection dont la ligne éditoriale est exigeante et si bien définie. Mais dès la lecture des premières lignes, vous rencontrez une style à part entière, tout en retrouvant l’univers des Histoires d’en rêver, c’est ce que nous pouvons appeler une réussite, n’est-ce pas ? Cathy Dutruch  transporte le lecteur à Constantinople, avec Le Porteur de bonnes nouvelles, ce joyeux personnage qui égaie la cité : naissance, amours heureuses, vocation trouvée et autres évènements sont prétexte à se réjouir, jusqu’à sa disparition orchestrée par un bien triste sire…
Enfin dans la fable Côté jour, côté nuit,  au titre évocateur (rappellant L’Empire des lumières de Magritte, cette toile où le jour côtoie la nuit), un farfelu a justement choisi de vivre à la frontière du jour et de la nuit. Eternel indécis cet étrange peintre ? L’Inspecteur du temps qui passe vient mener son enquête afin de le faire choisir, car il est inconcevable d’aimer à la fois le jour et la nuit … Justesse du ton et imagination sont au rendez-vous.
L’amour des mots est toujours dominant dans cette petite collection qui a tout d’une grande, et offre avec autant de soin, le bonheur de lire à son lecteur.

A découvrir !

Vous pouvez en feuilleter quelques pages sur le site des Editions Alzabane
Le blog de Cathy Dutruch : http://litterature-jeunesse.over-blog.com/
Un interview récent de Jean-Sébastien Blanck sur le blog de la Luciole masquée
Et bientôt le site actuellement en construction d’Agnès Kellenberg Valeille
Rédécouvrez également L’un et L’autre, cette fable mordante et tellement pertinente ainsi qu’une présentation complète des éditions Alzabane, sur Lire Ecouter Voir

La Feuille et son vent
Jean-Sébastien Blanck et Manuel Purdia
46 pages. 13,50€. ISBN : 978-2-9528192-5-1

Le porteur de bonnes nouvelles
Cathy Dutruch et Agnès Kellenberger Valeille
44 pages. 13€. ISBN : 978-2-9528192-6-8

Rendez-vous sur Hellocoton !
Follow

Get every new post on this blog delivered to your Inbox.

Join other followers:

%d blogueurs aiment cette page :