Mois : juin 2010

Un secret de Philippe Grimbert

Fils unique, j’ai longtemps eu un frère

un secretCette étrange phrase inaugure le début de ce livre autobiographique de Philippe Grimbert, qui nous plonge dans la France occupée et en plein coeur d’un épisode clé de sa vie, puisqu’il s’agit de la rencontre de ses parents, Maxime et Tania. Philippe nourrit depuis son plus jeune âge l’idée et le sentiment d’avoir un frère plus âgé que lui. Cette étrange idée l’habite dans ses rêves d’enfant unique, à la recherche d’un compagnon de jeux, d’un confident.

Un jour, le petit garçon découvre un chien en peluche, qu’il s’empresse de baptiser Sim. Etrange coïncidence que cette prédiction pour ces trois lettres …

Le jeune garçon devenu adolescent découvrira le secret de ses parents, immensément amoureux l’un de l’autre. Ces deux sportifs ne se sont nullement rencontrés dans l’exercice de cette passion, comme il se l’était représenté, mais au cours du mariage de Maxime, son premier mariage avec Hannah, la soeur du frère de Tania. Car les deux amants avant de devenir mari et femme, ont été beau-frère et belle-soeur. La guerre aura décidé de les rapprocher, et ce dans une situation dramatique, où Tania perdra son premier mari, Maxime sa femme Hannah et son petit garçon Simon, car comme il le pressentait, Philippe a bel et bien eu un frère.

Ce secret est intense : intense car ce qui pourrait être choquant montre à quel point, les hommes et les femmes ayant vécu la guerre, demeuraient avant tout des êtres sensitifs et vivants, croquants la vie, vibrant avec elle, souffrant mais aussi passionnés, fidèles ou non, n’aspirant qu’au bonheur qu’importe le prix ; intense car c’est l’histoire de deux familles brisées par le nazisme ayant réussi à survivre grâce à ces deux rescapés, qui se sont reconstruits tant bien que mal ; intense car c’est une vue dans le quotidien d’une famille juive sous l’Occupation avant et après le port de l’étoile jaune, les premières rafles, les premiers échos des camps.

Ce secret est également subtil. Il se dévoile doucement, délicatement, comme une fleur qui s’épanouit, dont chaque pétale apporte un éclairage particulier, une leçon de courage, une interrogation, une émotion. Loin de tout pathos, Philippe Grimbert confie avec une belle simplicité et une générosité touchante ce secret, qui vous habitera encore après l’avoir refermé.

Un secret.
Philippe Grimberg.
Editions Grasset.
192 pages. 15,50€. ISBN : 224667011X

Rendez-vous sur Hellocoton !

Rondes et comptines des quatre saisons

rondes-et-comptinesÇa y est, il tourne non-stop et égaie toute la maison : ce CD est le coup de cœur de ma fille en ce moment ! Et je la comprends ! De belles comptines rythmées, des illustrations vives et  tout en rondeur, ce livre-CD dédié aux quatre saisons présente quatorze « tubes » des chansons traditionnelles enfantines : « debout », « passe passera », « à la pêche aux moules », « il était un petit navire », « vive le vent » … Un carton !  D’ailleurs le livre, tout en carton, résiste aux petites mains, même les plus vives. Ses pages « en escalier » permet un feuilletage rapide et sûr. Le petit plus de cette collection : le CD présente les comptines, puis leurs versions instrumentales seules, de quoi faire naître des vocations de futur chanteur ou chanteuse ! Enfin, on adore les illustrations réalisées par plusieurs jeunes plumes : Xavier Deneux, Emilie Chollat, Vincent Mathy, Dankerleroux.

Dans la même collection : Comptines pour bien dormir, Rondes et comptines des animaux, Rondes et comptines pour faire la fête.

Rondes et comptines des quatre saisons
Alain Schneider.
Editions Milan.
32 pages. 16,50€. ISBN : 978-2-7459-2362-2

A voir !

Le site d’Emilie Chollat
La galerie Flickr de Vincent Mathy
La page de Xavier Deneux sur le site Milan
Le site de Dankerleroux

Rendez-vous sur Hellocoton !

L’effondrement de Fitzgerald

​De toute évidence, vivre c’est s’effondrer progressivement. Les coups qui vous démolissent le plus spectaculairement, les grands coups soudains qui viennent – ou semblent venir – de l’extérieur, ceux dont on se souvient, ceux qu’on rend responsables de tout et dont on parle à ses amis dans les moments de faiblesse, ceux-là tout d’abord ne laissent pas de trace. Mais il existe un autre genre de coup, celui-ci venu de l’intérieur, et dont on s’aperçoit trop tard pour y remédier. Irrévocablement s’empare alors de vous la révélation que jamais plus vous ne serez celui que vous avez été

l'effondrementL’effondrement est l’analyse clinique de cette nuit noire, cet envers du décor que connaît Fitzgerald après le succès, puis l’oubli et enfin les mondanités étourdissantes et destructrices.  Parues en 1936, quatre années avant sa mort, les deux nouvelles qui composent l’Effondrement, montre un Fitzgerald, hâppé par l’insomnie,  face à face avec ses remords et ses illusions perdues. Il s’agit d’un véritable trou noir qui l’engloutit inexorablement, paralysant chez lui tout instinct créatif, toute course vers le bonheur. Son sens du détail et de l’analyse est tout simplement saisissant et l’on se retrouve derrière l’universalité qu’il dépeint, celle d’un homme qui, acculé, se résigne et renonce, s’abîme dans cet effondrement ou choisit de lutter et de se détacher de ses désirs profonds.

L’Effondrement
Francis Scott Fitzgerald.
Editions Rivages & Payot. Collection « Petite Bibliothèque ». Edition bilingue.
90 pages. 5€. ISBN : 978-2-7436-2182-7

A lire !
Le site des éditions Rivages

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Ne t’inquiète pas pour moi

ne t'inquiète pas pour moiCette étonnante histoire d’amour entre une mère et sa fille renouvelle l’esprit des romans épistolaires d’autrefois, grâce à une mise en scène moderne : l’utilisation du post-it. Oui, vous avez bien lu. Ce roman s’articule sur les échanges de petits messages, petits mots tendres ou vifs, échangés entre une mère et sa fille sur le frigo familial. Cette mère divorcée, signant du doux nom de « maman », est fort accaparée par son travail à l’hôpital et par la crise d’adolescence de sa fille Claire, qui réclame, ni plus, ni moins, une mère plus présente. Ces deux femmes, à couteaux tirés, apprennent à se découvrir au détour de ces mots, reflétant leurs angoisses et révélant leurs personnalités. Ce fil ténu les relie et leur permet de communiquer sur leur vie quotidienne : les problèmes au lycée, les retards aux travail, les courses … jusqu’au jour, où Claire apprend que sa mère va se faire osculter suite à l’apparition d’une boule au sein. Cette nouvelle modifie en profondeur leur relation : mère et fille se rapprochent et tenteront de surmonter ensemble cette nouvelle épreuve …

Ce court roman communique une réelle tension au lecteur, tant ces échanges, brefs mais sincères, sont le reflet de la vie quotidienne, la vôtre, la mienne, jusqu’au jour où la maladie surgit sans coup ferrir. On suit dès lors ces deux âmes qui se rapprochent, se cherchent, se comprennent enfin, s’admirent finalement, et s’aiment et s’aimeront toujours . Original et bouleversant comme le sont les indéfectibles amours parents et enfants. Un premier roman prometteur pour cette jeune auteur, Alice Kuipers

Ne t’inquiète pas pour moi
Alice Kuipers.
Editions Albin Michel. 2008.
252 pages. 10€. ISBN 9782226183200
A voir !

imageLe site de l’éditeur Albin Michel
Le site de l’auteur Alice Kuipers et sa page personnelle sur le site de son éditeur Harper Collins

Rendez-vous sur Hellocoton !

Apprendre en jouant

9782012602830FS.gifLes beaux jours arrivant, il n’est pas évident de trouver toujours une activité ludique et créative permettant aux enfants de dépenser toute leur folle énergie et soif d’apprentissage … et cela en adéquation avec leur âge. Cet ouvrage est donc mon coup de coeur du moment, car il propose un large panel d’activités, – peinture patates, collage, expériences scientifiques, cuIsine – salissantes ou pas, à réaliser en petit comité ou à plusieurs, avec ou sans matériel « courant » (savon, bocal, papier buvard par exemple),  en extérieur ou en intérieur 130 activités pour les 2-6 ans toutes simples à réaliser sur des thématiques variées : musique, danse et chansons ; mots et nombres ; science et nature ; le temps ; activités manuelles ; jeux actifs ; jeux d’imagination. Une mine d’idées à puiser et épuiser les jours à venir ! Des conditions de réussite particulières : aucune, sauf celle de partager avec plaisir un moment enrte parents et enfants et de ne pas être complètement psychorigide sur l’ordre ! Le Docteur Dorothy Einon, qui signe cet ouvrage, est spécialiste du développement infantile, de la psychologie de l’apprentissage et est l’auteur de nombreux ouvrages sur le jeu.

Et pour celles et ceux qui ne le connaissent pas encore, vous trouverez d’autres activités de ce type sur le site teteamodeler.com, une belle et merveilleuse initiative d’une maman au foyer qui depuis 10 ans, fournit mille et une idées créatives.


Apprendre en jouant, l’atelier des Bout’chou

Dr Dorothy Einon
Editions Octopus/Hachette
224 pages. 19€. ISBN 2-263-02808-0

Rendez-vous sur Hellocoton !

Il n’y a pas beaucoup d’étoiles ce soir

il n'y a pas beaucoup d'étoilesAprès une incursion dans l’univers de David Peace, l’envie de lire se porte sur des oeuvres un tantinet plus drôles et décalées. Mon choix s’est porté alors sur ce livre de Sylvie Testud, dont j’apprécie déjà les talents de comédienne, mais aussi d’écrivain.

Difficile de qualifier « Il n’y a pas beaucoup d’étoiles ce soir » à mi-chemin entre la biographie et le journal de bord, car il s’agit plutôt de tranches de vie, superposées, offrant un kaléidoscope, drôle et caustique sur sa vie de comédienne, de ses débuts lors de son arrivée au « Conse », en passant par le théâtre jusqu’aux Césars et bien plus encore.

Ces épisodes cocasses nous révèlent le quotidien ordinaire d’une comédienne, menant de front plusieurs projets, mais aussi vivant des situations incroyables comme celle d’une séance de dédicace improvisée au BHV … tout en étant prise pour une joueuse de tennis ! Sans chichis, ni blabla, elle nous montre aussi ses combats quotidiens, devant tourner dans des conditions parfois extrêmement difficiles, glaçons dans la bouche par un temps glacial, pour émettre de buée en parlant !

C’est avec grand plaisir que l’on la suit dans son univers virevoltant, servi par une belle plume dont les tempi mènent la musique tambour battant.

Il n’y a pas beaucoup d’étoiles ce soir
Sylvie Testud
Editions Pauvert.
225 p. 17€. ISBN : 2-7202-1497-3

Rendez-vous sur Hellocoton !

L’affaire Farewell, Kusturica face caméra

L'affaire farewell

Sorti en septembre 2009, ce passionnant film de Christian Carion vous emmène au coeur d’une des dernières grandes affaires d’espionnage, en pleine Guerre froide.

1981, Paris-Moscou, deux mondes se rencontrent : celui de Sergueï Grigoriev, colonel travaillant au KGB et déçu du régime communiste, et celui de Pierre Froment, ingénieur dans une entreprise informatique multinationale, menant une vie paisible, voire ennuyeuse. Grigoriev est prêt à vouloir communiquer aux services français, moins surveillés que la CIA, des informations de premier ordre, permettant de mettre à mal l’espionnage industriel des autorités Soviétiques, qui jusqu’à présent arrivent grâce à leurs taupes à rattraper le bloc de l’Ouest dans la surenchère technologique et militaire. Pour ce faire, il fait appel à son ami Jacques Prévost, patron de Pierre Froment et informateur ponctuel de la DST.  Pierre Froment doit faire le lien entre les deux hommes, et avec la DST à Paris. D’abord réticent, il accepte de communiquer une première liste de 15 noms et ce qui lui semble être la lubie d’un mythomane est en fait une liste d’agents doubles occupant des places stratégiques dans les puissances occidentales … Grigoriev désormais baptisé Farewell  constitue une source d’information vitale pour celles-ci et pourrait bien faire basculer ce monde bipolaire à l’avantage de l’Ouest.

AU cœur des  adaptation cinématographique magistrale

L’essentiel du film se concentre sur le jeu diplomatique mené par les Français et les Américains : il faut se rappeler que Mitterand fraîchement élu, voit avec son gouvernement Mauroy, l’arrivée de quatre ministres communistes, ce qui n’était pas du goût de ses alliés outre-atlantique … Jeu diplomatique d’autant plus délicat après le Discours de Cancun, lors duquel il critique vertement les Etats-Unis pour leur embargo cubain. Allié ou ennemi, les deux nations à couteaux tirés arrivent à s’entendre que l’importance cruciale de ces informations. Enfin l’aspect le plus fort du film se joue grâce au talent d’un Kusturica magistral, sur lequel repose une grande partie du film : son jeu complexe rend le personnage de Grigoriev (Vladimir Vetrov en vrai) impalpable et certainement plus complexe qu’un simple traître amer et déçu : il est avant tout un homme amoureux de sa patrie et souhaitant voir celle-ci changer,  que cela dut  passer par la trahison … et par la renonciation à une nouvelle vie à l’étranger. Bon vivant, il aime le cognac, mais aussi les chansons de Ferré, et les femmes, à vrai dire sa femme et sa maîtresse : ce sont les seules faiblesses qu’il s’autorise.

Une adaptation cinématographique magistrale

Basé sur le livre de Sergueï Kostine, Bonjour Farewell, le film de Christian Carion, présente la trame générale de cette affaire qui conduira à l’identification de près de 420 agents doubles, dont 250 dits de « ligne X », c’est-à-dire, opérant dans l’espionnage industriel.

Guillaume Canet, qui interprète Pierre Froment (aka Xavier Ameil, désormais honorable octogénaire !), donne de l’ampleur à son personnage au fur et à mesure de l’intrigue : d’abord timoré, l’apprenti espion développe une assurance et une audace nouvelle.

Le duo d’acteurs est également servi par d’excellents seconds rôles, comme Niels Arestrup et Willen Dafoe. Les prestations de Phillippe Magnan en Mitterand (cependant moins convaincant d’un Michel Bouquet) et de Fred Ward en Reagan (étonnants clins d’oeil sur sa courte carrière cinématographique ! ) sont un peu plus mitigées car plus stéréotypées.
A noter, la B.O réalisée par Clint Mansell, qui a travaillé égalemetn sur la B.O. de Requiem for a Dream d’Aronofsky.

Pour résumer, vous serez certainement séduits par une action rondement menée et un casting de haut vol avec un magistral Emir Kusturica.

Filmographie de Christian Carion
Joyeux Noël (2005)
Une hirondelle a fait le printemps (2001)
Monsieur le député (1999)

A voir !
Le site officiel du film

Rendez-vous sur Hellocoton !
Follow

Get every new post on this blog delivered to your Inbox.

Join other followers:

%d blogueurs aiment cette page :