Mois : mars 2011

Petit bestiaire

Bientôt devraient paraître de nouvelles critiques en littérature, mais en attendant que le vent souffle moins fort sur mes journées je vous propose deux beaux livres pour enfants à découvrir.

Découvrons ensemble deux contes détournés, qui hantent depuis quelques jours déjà le chevet de mon aînée ! Par conte détourné, entendez par là une réécriture et réinvention d’un conte par ailleurs déjà existant … Tout d’abord Un Loup à la maison reprend le thème du conte recueilli par les frères Grimm : une chèvre, mère de sept chevreaux, a préalablement averti ses petits des dangers d’ouvrir au loup … celui-ci rusé, tente tout ce qui est possible pour pénétrer en leur demeure … Un ultime stratagème lui confère la victoire : il trempe sa patte dans de la farine et trompe ainsi les petits innocents …

loup.gifIci, si la chèvre s’en est allée, c’est pour vendre ses légumes au marché, et si un loup frappe effectivement bien à la porte, ce dernier n’est guère retors et est plutôt échevelé et très faible… au point qu’il perd connaissance et que les chevreaux décident de le soigner … Quelle surprise pour leur mère à son retour !!Face à l’entêtement de ses garnements, la chevrette plie et tolère à qui mieux-mieux la présence de ce vieux loup. Très vite baptisé Papilou, celui-ci prend une place à part dans le coeur des petits et  dans la vie de la famille. Mais un vieux loup reste un vieux loup, et s’il s’est requinqué, il n’en est pas devenu immortel pour autant. Tout en délicatesse, cet album évoque avec drôlerie, une vie de famille réglée comme du papier à musique, qui est bouleversé par l’arrivée d’un loup épicurien, profitant de ce que la vie lui réserve encore pour quelque temps. Cet album abord des sujets aussi variés que la différence, la vieillesse, le temps qui passe, l’art de profiter des belles choses car souvent celles-ci sont courtes … A partager et à commenter en famille !

cochons.gifAutre conte célèbre détourné une nouvelle fois : les trois petits cochons … qui deviennent Deux cochons ! Si, si vous avez bien lu … deux cochons et non trois, car à vrai, il y aurait bien un troisième compère mais il s’agit d’un ours … quant au loup, celui-ci n’est guère féroce, d’ailleurs est-ce vraiment un loup ? Ce qui est sûr en tout cas, c’est qu’il aimerait bien être l’ami de ces deux cochons, enfin de ce trio, mais difficile de se faire des amis après tout ce qui est raconté dans les contes sur les loups ! Leur amitié est-elle vraiment impossible ? Plus d’une surprise vous est réservée dans ce livre attachant et original, qui multiplie les apartés cocasses. Un fort bel album, rigolo et étonnant !

Un loup à la maison.
Mim, Sébastien Pelon.
Milan jeunesse.
44 pages. 13€. ISBN : 978-2-7459-4311-8

Deux cochons
David Bouchard.
Editions les 400 coups.
32 pages. 10€. ISBN : 978-2-89540-407-1

A voir !

Le site de Daniel Bouchard
Le site des Editions Les 400 coups
Le site des Editions Milan jeunesse
Le site de Sébastien Pelon

Rendez-vous sur Hellocoton !

Le goût de la boxe

boxe.gifLes éditions du Mercure de France propose depuis déjà 9 ans, une charmante collection dont l’objet est de réunir textes savoureux, insolites ou d’anthologie. Cette collection « Le goût de » offre une approche thématique originale sur la littérature : vous partez en voyage et souhaitez cerner l’atmosphère, les bruits, les odeurs et le pouls de la ville ou du pays , il y a certainement un de ces petits joyaux qui répondra à vos attentes !

Mais là n’est pas son seul champ d’étude ! Les thématiques peuvent également porter sur l’opéra, le rêve, l’amitié … autant de sujets traités de façon variée par les plus belles plumes de la littérature. L’on salue alors le choix réalisé par les auteurs chargés de la lourde de tâche de sélectionner, présenter … mais aussi écarter certains textes. Choix ardu, mais qui en vaut la chandelle.

J’ai eu le plaisir de recevoir dans le cadre de l’opération Masse Critique, un des derniers opus de cette collection que je suis sur les villes et pays. Et mon plaisir et ma satisfaction furent à la hauteur de ce que j’apprécie de cette collection : pertinence des textes, mais aussi des mises en regard qui livrent un portrait en kaléidoscope aussi instructif que ludique à parcourir … des extraits à piocher, à lire et relire pour s’emparer d’idées ou de sentiments …

« Le goût de la boxe » propose une anthologie tout aussi variée, au sein de laquelle nous avons le plaisir de croiser des auteurs comme Joyce Carol Oates, Raymond Queneau, Bertold Brecht, Norman mailer, FX Toole, Jean Cocteau, Ernest Hemingway et bien d’autres figures du panthéon littéraire ainsi qu’un texte de Jack La Motta, qui détrôna Marcel Cerdan 1949. Nous sommes littéralement immergés dans les clubs de boxe, nous entendons rapidement le bruit des

des  directs et des uppercuts, les cris de la salle, visionnons ces champions du ring, tantôt sermonnés, tantôt encouragés par leur « coach ».
Le suspens est d’autant plus fort dans certains cas, que le choix de proposer des extraits intensifie encore plus l’action, d’autant plus qu’il s’agit d’évènements historiques de la boxe, nous faisant croiser des figures légendaires. L’on citera parmi ceux-ci, le texte de Norman Mailer qui fait revivre l’avènement de Cassius Clay (futur Mohammed Ali), la défaite narrée de ses propres mots de Jack LaMotta face à Sugar « Ray » Robinson »… Mais ces personnalités du noble art côtoient également des légendes fictives, créées de toutes pièces par des écrivains mordus de ce sport, sport qui marqua pour certains leur écrit durablement. Ainsi ces petits extraits suscitent la curiosité et donnent justement le goût d’aller plus loin, et de découvrir ces oeuvres de la littérature sportive ou fortement marquée : suivez donc Philip Roth (La Tâche), Ernest Hémingway (Le champion) ou encore FX Toole, auteur de la nouvelle qui inspira le magnifique film de Clint Eastwood Million Dollar Baby…

L’articulation même des textes apportent un regard complet et réfléchi sur cet art du combat ultime, où deux hommes se retrouvent seuls face à face. Les courts textes introductifs de  Raphaël Naklé, auteur de cette sélection de choix, apportent ce supplément d’âme à cette anthologie, pour en savourer toute la teneur que l’on soit déjà conquis ou non par ce sport !

Le goût de la boxe
Raphaêl Naklé
Edition du Mercure de France. Le petit Mercure.
Collection « Le goût de … »
75 pages. 6,30€. ISBN : 978-2-7152-2668-5
livres, critiques citations et bibliothèques en ligne sur Babelio.comle site Babelio , premier réseau social autour du livre : vous pouvez y critiquer des livres, partager vos opinions avec d’autres lecteurs et trouver de nouvelles idées de lecture. Vous bloguez et souhaitez critiquer également des livres ? Guettez la prochaine session de Masse Critique et participez à ce projet. Un remerciement et un bravo spécial à l’équipe de Babelio.

A voir !

Les Editions du Mercure de France 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Viol, une histoire d’amour

« Elle, la fille de Tina Maguire »

Dès que ta mère et toi avez été traînées dans le hangar de Rocky Point, tu as commencé à exister dans l’après. Jamais plus tu ne pourrais exister dans l’avant. Ce temps de ton enfance précédant celui où ta mère et toi êtes devenues des victimes avait disparu à jamais, aussi inaccessibles qu’une scène aperçue de loin et qui se dissipe en vapeur alors même qu’on la contemple avec envie.

viol une histoire d'amourJoyce Carol Oates a le chic pour les romans chocs et les titres qui font mouche, comme cet étonnant « Viol, une histoire d’amour », qui ne peut qu’interpeller face à la proximité incongrue de ces deux vocables : viol et amour.

Bien entendu, comme dans tout roman de Oates, vous retrouverez la pointe amère, l’esprit acide et le regard acerbe qu’elle pose sur la société américaine, et notre humanité en général. Vous n’y trouverez également aucun pathos, aucun voyeurisme, ni aucune maladresse dans le traitement de ce sujet douloureux. Ce que vous y trouverez, vous demandez ? Un roman d’une très grande force et dignité, qui raconte effectivement une histoire d’amour, celle d’une mère et de sa fille, témoin de son martyr. Car martyr il y a eu, puisque Tina est laissée pour morte après avoir été brutalisée et violée par une bande alcoolisée et hallucinée devant les yeux de Bethie, sa fille de 13 ans. Survivante et ombre d’elle-même, Tina se reconstruit un tant soit peu comme elle peut, accompagnée de sa fille et de sa mère … jusqu’au jour où elle recouvre la mémoire et qu’elle doit affronter l’opprobre jetée sur elle par ses bourreaux mais aussi les petits commérages du quartier, car selon eux « c’était couru. Elle le cherchait cette garce. » Peut-être trop jolie, peut-être trop « libre » à reconstruire sa vie et refaire sa vie amoureuse après le décès de son mari … peut-être simplement trop jalousée, elle va cristalliser sur elle ce que l’homme peut avoir de mesquin notamment dans les tribunaux.

Comme pour Mère disparue, la narration suivait le point de vue de la fille, Oates adopte de temps à autre ce mode narratif qui dévoile ses pensées, ses réflexions sur l’amour maternel, ses relations avec sa mère avant mais aussi après un évènement violent (dans Mère disparue, la mère est brutalement assassinée), comment la force de la vie qui nous pousse toujours en avant et nous éloigne d’époques rétrospectives bénies et heureuses et nous amène à changer notre regard sur autrui et, le cas présent, sur ceux que nous pensions déjà connaître par coeur, mais si partiellement en tant qu’enfant, et de façon plus accomplie une fois adulte, voire adulte orphelin.

Oates demeure le témoin privilégié de ses contemporains et les portraiturent avec une finesse et une justesse quasi naturaliste. Même s’il est acquis qu’elle est un grand écrivain, pour moi, elle fait déjà partie du panthéon des écrivains américains contemporains, dont la trace et la portée feront date dans la littérature.

A lire !
Le site des Editions Philippe Rey
chronique sur Mère disparue
chronique sur Nulle et grande gueule
chronique sur Sexy

Rendez-vous sur Hellocoton !
Follow

Get every new post on this blog delivered to your Inbox.

Join other followers:

%d blogueurs aiment cette page :