Mois : octobre 2011

Princesse Inès et Chevalier Xavier

Voici deux albums de Martine Bourre qui peuvent se lire séparément, ou ensemble, car il ne s’agit pas d’une série mais bel et bien d’une variation sur les histoires de princes et princesses.

9782211205030FS.gifHonneur aux dames. Princesse Inès est une jeune fille insouciante pour qui le mariage est une préoccupation bien lointaine … si ce n’était l’obstination de ses parents
à lui trouver enfin chaussure à son pied. Mais ses caprices ont bientôt raison de la patience de son père, tant et si bien, que celui-ci lance un grand concours dont le vainqueur épousera sa
fille, que celui-ci lui plaise ou non. Les mois passent, Inès vit toujours une vie insouciante loin des préoccupations du château, mais bientôt un chevalier se présente avec un dragon splendide,
ce qui séduit instantanément la déraisonnable princesse …

9782211200134FS.gifChevalier Xavier a maille à partir avec son fier destrier. Comme beaucoup de jardiniers et de paysans, Xavier
est réquisitionné pour partir guerroyer avec le Roi Godefroy. La bataille fait rage et son cheval est blessé d’une flèche : son percheron s’enfuit et refuse de retourner sur le champ de bataille
si lui non plus n’est pas équipé d’une cote de maille ! Xavier n’a plus le choix : il doit retourner à la ferme retrouver sa mère dame Suzanne qui en échange d’une aide pour la moisson tricotera
alors une cote de maille pour le cheval … Mais c’était sans compter sur le succès fou que rencontrerait cette cote de maille, lorsque Xavier rejoint alors le champ de bataille …

Ces deux histoires aux rebondissements inattendus, aux illustrations vives et colorées, offre un moment de lecture plein de facétie de de drôlerie.

Dès 4-5 ans.

Chevalier Xavier
Martine Bourre.
Editions Ecole des loisirs. Collection Pastel.
30 pages. 13€. ISBN :  978-2-211-20013-4

Princesse Inès
30 pages. 13€. ISBN :  978-2-211-09056-8

Existent aussi en collection « lutin poche ».

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Une rolex à 50 ans : a-t-on le droit de rater sa vie ?

Sans pouvoir rater ni réussir notre vie, nous allons donc toujours de réussites ratées en ratés réussis, en bifurquant jusqu’à perdre de vue la logique du parcours. Nous rêvons alors de lignes fléchées et droites ; d’autoroutes allemandes ; d’aquariums où, sans se toucher, deux poissons rouges se croisent dans une eau dormante et aseptisée.
Prendre la vie de traviole, c’est, au contraire, jouir de la brisure de ses propres projets ; la provoquer, par l’humour et l’idiotie, afin de s’insubordonner à toutes ces planifications, lesquelles vont finir par nous faire crever de survie. À la spéculation, qui fonde et prévoit, la vie de traviole substitue la trouvaille, qui reçoit, renvoie, sans donner de raison ni mimer l’éternité.
Il ne s’agit pas d’être justifié, mais d’être chatouillé. Car vivre, c’est apprendre à mourir pour rien.

rolex_dall'aglioChacun attribue au succès et au bonheur des valeurs différentes et s’il est une phrase qui représente le déplacement des valeurs dans notre société blingblingo-matérialiste, c’est peut-être bien celle-ci de Jacques Séguéla qui résume la réussite d’une vie à la possession d’une montre de luxe par un quinqua …  « Tout le monde a une Rolex ! Si à 50 ans on n’a pas une Rolex on a quand même raté sa vie ! ».

Partant de cette sortie hautement fine et intellectuelle, Yann Dall’Aglio propose une réflexion philosophique plus poussée que le théorème de Séguéla en ouvrant les portes d’une véritable réflexion sur « qu’est-ce que rater sa vie ? » mais encore est-ce grave de ne pas réussir ? La vie implique-t-elle d’être réussie du seul fait qu’elle soit unique ? Qu’est-ce que réussir ? Faut-il vouloir réussir ? Où se situe la liberté si on est dans l’obligation angoissante de réussir ? La liberté n’est-ce pas non plus le droit de rater ?  Se planter n’est-il pas nécessaire pour mieux pousser ? Si la réussite ne dépend pas de biens matériels, quelle est la valeur de la vie produite ? Et la vie de traviole, n’est-elle pas une vie normale ?

Voilà autant de questions soulevées par ce professeur de philosophie qui brasse des références autant classiques, Aristote et son Éthique à Nicomaque, en passant par Rousseau et son Neveu, jusqu’à Alfred Jarry et le Collège de Pataphysique !

Ce petit condensé d’impertinence est écrit avec esprit et humour, ce qui le rend accessible à tous, même néophyte en philo. Un premier essai très réussi qui inaugure une nouvelle collection Flammarion qui donne un peu de remue-méninge.

Une rolex à 50 ans : a-t-on le droit de rater sa vie ?
Yann Dall’Aglio
Editions Flammarion. Collection « Antidote ».
124 pages. 8€. ISBN : 978-2-08-126244-7

A écouter !

Un interview sur Nova

 

livres, critiques citations et bibliothèques en ligne sur Babelio.comle site Babelio , premier réseau social autour du livre : vous pouvez y critiquer des livres, partager vos opinions avec d’autres lecteurs et trouver de nouvelles idées de lecture. Vous bloguez et souhaitez critiquer également des livres ? Guettez la prochaine session de Masse Critique et participez à ce projet. Un remerciement et un bravo spécial à l’équipe de Babelio.

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Mais où est donc le lapin ?

41917.jpgQu’il joue à cache-cache avec le paysan ou bien avec les chiens, le lapin a beaucoup de choses à nous apprendre ! Et ce ne sont pas ces deux fables chinoises qui nous diront le contraire.

Chan prépare les moissons, il peut être fier de ses beaux blés, qui donnent les grains les plus gros du village. Par une chance extraordinaire, alors qu’il allait s’occuper de son champ, un bruit
sourd l’interpelle : un énorme lapin bien dodu, vient de s’assommer contre un arbre, juste devant ses yeux. Profitant de cette aubaine, le jeune paysan, s’imagine désormais pouvoir faire
fructifier son gain, en attendant patiemment qu’un second miracle se produise … Pendant ce temps, ses blés dépérissent …

Enfin nous retrouvons ce lapin tant convoité à nouveau traqué … mais par des chiens. Alors que d’autres congénères se prémunissent contre la chasse en ne creusant qu’un seul terrier, celui-ci à
la présence d’esprit d’en prévoir plusieurs, sorties comprises … Ce sera finalement le chassé qui aura le dernier mot …

HongFei Cultures propose dans cette collection « en quatre mots » de découvrir ces proverbes chinois, qui se résument souvent en quatre mots : les chengyu.

A partir, de ces quatre mots, qui résument une histoire connue fictive ou réelle, les chinois tirent des morales  … Ce premier tome, suivi également de « Face au tigre » et « Le Duc aime le Dragon », offre un regard nouveau sur la culture et la langue chinoise, et ce dès 6 ans. Ecrit par Chun-Liang Yeh et joliment illustré par Sophie Roze, « Mais où est donc le lapin » permet aux enfants de découvrir deux belles morales, pleines de sagesse, dans des textes joliment écrits et illustrés.

A noter ! Vous pouvez les retrouver et les écouter sur le site Planète Chinois !

Mais où est donc le Lapin ?
Chun-Liang Leh, Sophie Roze.
Editions HongFei.
36 pages 12€. ISBN : 978-2-35558-027-7

A voir !

Le blog de Sophie Roze
Une présentation de Chun-Liang Yeh sur Ricochet
Le site des éditions HongFei

Rendez-vous sur Hellocoton !

Un moment d’oubli

djemai.jpg  « Une des choses dont tu te souviens encore, c’est ton nom, Jean-Jacques Serrano, fils unique de Roberto, un menuisier rital, et de l’infirmière Françoise Reboux, une Savoyarde pur beurre, qui t’a bien éduqué. Le corps qu’elle a mis au monde, dans la joie et la souffrance, un après-midi d’automne est aujourd’hui en ruine. Seules tes maigres jambes tiennent encore un peu la route. Lorsque tu ne pourras plus marcher, quand tu tomberas par terre et que tu n’auras plus le courage de te relever, tu seras définitivement mort. »

Cet homme est un homme brisé, qui  vivote dans les rues d’une ville à l’autre. Cet homme est sans papiers, sans logis et pourtant, au fur et à mesure que s’égrènent ses souvenir, son parcours douloureux refait sens. Tout d’abord cette femme et cet enfant laissés et délaissés pour quoi d’ailleurs, pour un travail obsédant, un métier passion. Ce flic englué dans une guerre qui n’est pas la sienne, dans une vie pleine de « si », dont le temps fait cruellement défaut et distend les liens, jusqu’à cette course-poursuite fatale, qui fera de lui un meurtrier et une victime, un père assassin.

Cette confession saisissante reflète la lassitude d’une quête impossible : tout oublier, se séparer de son chagrin, ici d’un deuil atroce à surmonter, celle de la mort d’un enfant, de son propre fait. Mais c’est également un portrait réaliste qui met en lumière non seulement les difficultés invivables, mais aussi la perte d’identité et donc d’humanité que subissent « tous ceux qui sont dehors » à qui le livre est dédicacé. Un moment d’oubli, qui montre qu’il se peut arriver si vite, à tous et à toutes et que rien ne demeure acquis.

Un moment d’oubli
Abdelkader Djemaï
Editions du Seuil.
85 pages. 13€. ISBN : 978-2-02-098638-0

 

A voir


Un Moment d’Oubli d’Abdelkader Djemaï par EditionsduSeuil


Rendez-vous sur Hellocoton !
Follow

Get every new post on this blog delivered to your Inbox.

Join other followers:

%d blogueurs aiment cette page :