Mois : février 2012

Charles à l’école des dragons

9 avril 1821 Silence. Parfum de fin du monde
Le ciel, pareil à un cadavre, ne frissonne plus. Brouillard, Vertige.
Au sommet d’une montagne, sur un nid de graviers, quelqu’un va naître. Le voilà. C’est un bébé. C’est Charles : deux petits yeux rieurs, narines frétillantes, fine moustache, écailles fragiles, ventre maigrichon. Le tout à peine plus gros qu’un veau. Et ses pieds. Larges et griffus. Et ses ailes. Majestueuses.
Pendant trois ans, Charles grandit. Ses pieds, ses ailes se développent. Son imagination aussi. Charles aime les poésies tristes.
Le monde est si moche, cher papa, chère maman,
Regardez l’horizon et dites-moi si je mens.
Ignobles cieux, horribles monts, vilaines vallées,
Tant de misères et e laideur, c’est dur à avaler
Sinon, Charles est toujours aussi maigrichon. « Mais c’est le plus beau », répètent ses parents. « Le plus beau dragonnet du monde »

Charles n’est pas un dragon comme les autres. Son corps minuscule orné de magnifiques ailes immenses, l’empêche de voler, difficile alors de se faire des copains, surtout que Charles a son propre langue, peu commun : de sa bouche s’échappe sans cesse poésie sur poésie ! Comment se passera son apprentissage à l’école des dragons, où l’on brûle les cahiers plutôt que d’écrire dessus ? Pas facile de faire sa place, lorsque l’on est maladroit et poéte mélancolique

Charles à l'école des dragons

Un univers coloré et touchant attendent les petits loups qui feuilleteront ces pages. Dans ce bel album original, Alex Cousseau et Philippe-Henri Turin abordent la rentrée scolaire, la différence et l’acceptation de soi, et ce dans un univers poétique et onirique à souhait. Son ambiance mélancolique contraste avec les couleurs châtoyantes, les poésies de Charles sont à la fois tristes et cocasses et rendent ce petit dragon particulièrement touchant, avec sa vision décalée du monde, qui reflète son mal-être avec ces ailes trop grandes pour lui et avec lesquelles il ne peut encore prendre son envol. Les illustrations grand format offrent un émerveillement aux pupilles, qui observent mille et un détails : nous plongeons littéralement dans cette histoire !

Charles à l’école des dragons.
Alex Cousseau. Philippe-Henri Turin.
Le Seuil jeunesse.
40 p. 19,80€. ISBN : 978-2-02-100560-8

A voir !

Le site des éditions Seuil jeunesse

Rendez-vous sur Hellocoton !

Adieu Chaussette de Benjamin Chaud

Chaussette, c’est mon lapin buffle. Il est vraiment nul. Il est temps pour moi d’avoir des amis comme les autres enfants.

Adieu-chaussette-Benjamin-Chaud-doudouChaussette est un peu trop patapouf. Ce gros lapin, un poil dodu, un poil nonchalant, est un compagnon de jeu un peu nul, qui a déjà réussi à jouer au foot ou à la bagarre avec un lapin ?  Enfin c’est ce que commence à penser son petit maître. C’est quand même moins drôle que des copains un lapin buffle, si encore il pouvait monter dessus pour se balader … Enfin, il n’est plus un bébé, il va bien arriver à l’abandonner dans la forêt. C’est que Chaussette n’est pas très malin non plus, il ne comprend pas le pauvre qu’il doit rester seul dans cette forêt. Obligé de l’attacher, son petit maître risque de se poser beaucoup de questions, une fois les talons tournés …

Cette charmante histoire qui se finit bien, est pleine de fraîcheur et de candeur avec ce petit bonhomme qui se pose tant de questions sur l’amitié et l’abandon. Doudou, animal de compagnie, Chaussette peut être les deux à la fois ?
Difficile d’apprendre à grandir, car les pas se suivent et ne se ressemblent pas : cette promenade en forêt fera grandir ce petit garçon hésitant, qui découvrira que l’on peut tourner des pages sans se dire au revoir et tout laisser derrière soi … tout en se faisant de nouveau  tous les deux, et qui sait sera-t-elle l’occasion de se faire de nouveau amis … Une belle histoire touchante et émouvante, écrite et illustrée par Benjamin Chaud.

Benjamin Chaud a étudié le dessin aux Arts appliqués de Paris (Olivier de Serres) et aux Arts décoratifs de Strasbourg.Il partage un atelier avec Magali Le Huche, Roland Garrigue, Magali Perretti… Il a créé avec Ramona Badescu le personnage Pomelo chez Albin Michel Jeunesse. Chez Actes Sud Junior, il a publié Jojo, le roi des joujoux en tant qu’auteur-illustrateur.

Dès 5 ans.

Adieu Chaussette
Benjamin Chaud.
Editions Hélium.
30 pages. 14,90€. ISBN : 978-2-358-51039-4

A voir !

Un interview de Benjamin Chaud
Le site des éditions Hélium

Rendez-vous sur Hellocoton !

Les animaux des champs d’Anne-Laure Witschger

animaux_champs_WitschgerDrôles de découvertes dans mon jardin ! Tout un peuple caché d’animaux aussi différents les uns que les autres sont débusqués au détour de la prairie ou dans les arbres : cochon, chenille, libellule et bien d’autres sont de la partie dans ce cache-cache naturel inspiré du land art (art avec et dans la nature). Les photographies belles et originales étonneront les jeunes pupilles. Les phrases courtes et simples, rend ce bel album accessible aux plus petits dès trois ans.
La collection Ani’mots, regroupe déjà quatre albums : animaux des champs, animaux de la forêt, animaux de la neige et animaux de l’océan.

Les animaux des champs.
Anne-Laure Witschger.
Editions Belize. Collection les Ani’mots.
22 pages. 12,90€. ISBN : 978-2-917289-33-4

A voir !

Le site des Editions Belize
Le site d’Anne-Laure Witschger

Rendez-vous sur Hellocoton !

La Délicatesse, de David Foenkinos.

Après leur dernier échange, il était parti lentement. Sans faire de bruit. Aussi discret qu’un point-virgule dans un roman de huit cents pages.

délicatesse-foenkinosAvec ce roman, Foenkinos nous offre une délicieuse madeleine à déguster. Qui ne rêve pas de cette délicatesse des cœurs qui s’accordent, de cette insondable histoire d’amour entre Nathalie et Markus ?

Nathalie est une jeune cadre dynamique, dont la vie s’équilibre entre son travail dans une boîte suédoise et son couple, qui prend fin brutalement avec le décès de son joggeur de mari, François. Avec la fin de ce couple quasi-parfait, presque agaçant, elle entre dans une parenthèse, dans laquelle, elle évacuera toute question sentimentale, au grand dam de son patron, Charles, guère insensible à ses charmes. Voguant alors dans un chagrin qui lui semble insurmontable, Nathalie maintient le cap et se voue entièrement à son travail. Cependant elle reste hantée par sa rencontre avec son mari, lorsqu’ils se croisèrent pour la première fois et s’embrassèrent. Et si en embrassant un autre homme ainsi, la vie pourrait recommencer ?

Avec un scénario qui pourrait fleurer la bluette un tantinet romantico-mièvre, Foenkinos réussit à nous donner à lire un roman sentimental rafraîchissant et réjouissant. On y retrouve sa marque de fabrique, empreinte de dérision, d’humour et de délicatesse, qui nous fait basculer d’une émotion à l’autre sans agacement ni ennui. Passant d’un protagoniste à l’autre, nous percevons leurs doutes, leurs questionnements, leurs espoirs, dans des portraits assez fins. Il y réhabilite l’amour inattendu, celui que les autres pourraient trouver étrange tant il détonne des images d’Épinal. Un zeste d’optimisme et de légèreté que l’on ne refusera pas en ces temps.

En 2011, David Foenkinos troqua son fauteuil d’auteur pour celui d’adaptateur et réalisateur au cinéma. Avec Audrey Tautou et François Damiens dans les rôles-titres.

La Délicatesse
David Foenkinos.
Editions Gallimard. Collection Blanche.
200 pages. 16€. ISBN : 978-2-07-012641-5

Rendez-vous sur Hellocoton !

Donner c’est donner , de Stéphanie Blake.

donner-stephanie-blake-donDonner, prêter, recevoir, remercier, que c’est compliqué tout cela ! Surtout quand on est petit.

Simon et Ferdinand se lance dans un hasardeux échange de voiture ! Simon allant jouer chez son ami, y apporte trois voitures différentes : une bleue, une verte, une jaune. Mais la concurrence est rude face à la voiture rouge de Ferdinand, qui n’est ni en toc, ni en plastoc … Après moults argumentations, les deux amis se donnent leurs joujoux réciproques, c’est alors que le soir la voiture de Ferdinand casse, et Simon découvre à l’intérieur une drôle de surprise …

Stéphanie Blake sait épingler toutes les situations de la vie courante des petits hommes et les retranscrire dans l’univers de Simon, son lapin de héros. Ici, les enfants retrouvent dans un album gai aux aplats vifs et colorés, une situation de leur quotidien entre copains. Les textes sont courts, drôles et simples.

caca_boudin.jpg

Dans l’album « Caca boudin », on découvre une autre facette de Simon le facétieux, cette fois en famille. Peu importe qui lui parle, que ce soit papa, maman ou sa soeur, notre héros n’a qu’un seul mot à la bouche « caca boudin » … il le répète à tout-va sans jamais s’en lasser, au grand dam de son entourage.

Et quand le loup lui dit qu’il va le croquer, Simon fait le fier et lui répond aussi « caca boudin », ce qui ne l’empêche pas d’être dûment croqué ! Mais s’il est bel et bien croqué, le loup ne se sent guère mieux après l’avoir avalé.Il tombe malade, et ne répond son tour « caca boudin ». Sa femme appelle alors le médecin, qui n’est d’autre que …

Tout en suspens, cet album autour des mots interdits, est une pépite qui ravit l’heure de l’histoire. Avec tout autant de simplicité, presque de magie, Stéphanie Blake transforme un épisode du quotidien, un tantinet agaçant ou dérangeant au quotidien, en une aventure drôle et originale.

Donner c’est donner
Caca boudin
Stéphanie Blake.
Ecole des Loisirs.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Toi et moi, petit ours

Petit ours veut jouer mais grand ours n’a pas le temps.
– Je veux jouer, dit petit ours
– Je dois ramasser du bois pour le feu, dit grand ours
– Moi aussi, alors, dit petit ours.
– Oui, dit grand ours, nous allons ramasser du bois ensemble, toi et moi…

toi moi petit oursGrand Ours et Petit Ours ne voient pas la journée de la même façon ! Alors que Petit Ours n’y voit que jeux et détente, Grand Ours sait combien il doit accomplir certaines tâches pour le bonheur des deux ! Pas facile de concilier tout cela … Et pourtant si la solution était un peu plus simple, comme faire les choses ensemble ?

Cette jolie histoire met le doigt sur les joies de chaque jour à ne pas rater ensemble : jouer, mais aussi prendre soin des uns et des autres à travers les petits gestes du quotidien, voilà une belle façon de s’aimer. Et si finalement puiser de l’eau et ramasser du bois devenait un jeu ? Petits et grands aimeront ce tendre album qui leur donnera envie de faire tant « toi et moi » !

Dès 3 ans.

Toi et moi, Petit ours.
Martin Waddel. Barbara Firth.
Ecole des loisirs. Collection Lutin poche.
32 pages. 5,60€. ISBN :  2-211-05741-1

Rendez-vous sur Hellocoton !
Follow

Get every new post on this blog delivered to your Inbox.

Join other followers:

%d blogueurs aiment cette page :