4 femmes Wang Shu Hui

C’est une histoire bien particulière que celle de Maître Wang Shu Hui, illustratrice et dessinatrice  de lianhuanhua (littéralement « images enchaînées ») c’est-à-dire de bande dessinée traditionnelle dans les années 30 en Chine … Le paradoxe est qu’elle développe ses talents de dessinatrice, grâce à l’attention de ses parents qui la poussent à école des deux ans et demi (celle-ci n’étant pas obligatoire pour les filles) et à un certain ennui lors des cours de broderie. Et si ses parents sont réticents et s’opposent à sa vocation, ils sauront être convaincus par le peintre Wu Guangyu de présenter la jeune femme au concours d’entrer de l’Académie …

wang shu-hui 4 femmes
Le Pavillon de l’Ouest, édition originale

Peu de choses la freineront, et le départ de son père du foyer familial, précipitera sa carrière par besoin alimentaire : elle sortira diplômée de l’Institut des Beaux-Arts de Pékin et connaîtra une carrière d’une vingtaine d’année en tant que peintre de Guohua (peinture traditionnelle) et professeurs d’arts plastiques, avant d’être financée par le gouvernent dans les années 50. A peine arrivé au pouvoir, le gouvernement de la République Populaire de Chine choisit effectivement de réunir les meilleurs artistes, notamment de lianhuanhua, pour éduquer le peuple dans l’esprit maoïste. Les artistes sélectionnés pour leurs talents variés restent cependant libres de choisir la matière ou le sujet qui les inspirent, dans la mesure où ceux-ci ne contrecarrent pas l’esprit du parti. Cette période de bénie de créativité prendra fin avec la Révolution Culturelle qui jugera les lianhuanhua comme trop « réactionnaires ».

4 femmes Pavillon de l'Ouest
Le Pavillon de l’Ouest, Editions Fei

Pour Wang Shu hui, c’est une évidence : elle s’inspire de la figure féminine et de l’émancipation des femmes, avec la mise en arrêt des mariages arrangés et de la polygamie. Elle transpose quatre classiques de la littérature et du théâtre chinois en lianhuanhua : Le Paon vole au sud-est, L’Histoire de Liang et Zhu, Les Femmes guerrières du clan Yang. Le Pavillon de l’Ouest, Tristan et Yseult chinois, est une commande express destinée à enseigner le respect des femmes à la population. Quatre portraits de femmes aussi fortes que la dessinatrice qui leur donne vie : que ce soit Zhu, cette jeune femme contrainte de se travestir pour étudier, promise à un mariage sans amour et qui verra ses amours véritables contrariées, ou encore lui, héroïne du Paon vole au sud-est, premier long poème narratif chinois, tragédie d’après-mariage, les femmes guerrières, toutes partagent la volonté de se battre pour être maîtresses de leur destin.

Ces épopées bénéficient de la propre pugnacité de leur auteur, qui se reflète à travers son trait épuré, d’une trop rare finesse et d’une incroyable justesse, que ce soit les expressions du visage ou les mouvements du corps. un trait ferme, alternant vides et pleins, nous baladant dans des saynètes d’un réalisme saisissant. On ne peut qu’admirer la pugnacité incroyable de cette femme en recherche de perfection qui n’hésitera pas à travailler et retravailler chacun de ses dessins jusqu’à deux mois. Indépendante et talentueuse, elle compte parmi les artistes chinois de renom. C’est la première fois que ces quatre lianhuanhua sont publiés en France. A découvrir passionnément !

4 Femmes
Wang Shu Hui
Editions Fei
446 pages. 25€. ISBN : 9-782359-660999

Rendez-vous sur Hellocoton !