Cette série est un petit bonbon qui allie plaisir avec découverte !

Paris, 1871. L’armistice avec la Prusse vient d’être signée dans la Galerie des Glaces du Château de Versailles mais est violemment accueillie alors que des élections législatives sont précipitées. La défaite reste douloureuse. Le siège a été dur.  La plus grande partie des représentants élus de la capitale sont en faveur de la guerre et ne s’avouent pas vaincus. De mars à mai, la France est divisée en deux : le gouvernement Thiers à Versailles  et la Commune à Paris. C’est à cette période au souffle révolutionnaire puissant mais pourtant méconnu que Wilfrid Lupano a choisi de consacrer sa trilogie. Si des mesures emblématiques de la future République Française verront le jour quelques décennies plus tard (la séparation de l’Eglise avec l’Etat, l’instruction gratuite et obligatoire, l’amélioration des conditions de travail), la Commune est aussi le terreau fertile dans lequel s’ancre les prémices de la libération de la Femme !

Communardes : un triptyque historique original et passionnant !

Au fil des albums, vous rencontrez  en chemin :  une aristocrate russe appartenant à l’Internationale et  « envoyée » par Karl Marx, une jeune fille idéaliste qui tente de sauver les éléphants du Jardin d’acclimatation, et aussi une jeune servante et ouvrière qui prendra les barricades.

Basé sur un personnage véritable (Elizabeth Dmitrieff a réellement existé) ou sur des faits réels (les zoos et jardins de la Ville ont été mis à contribution pour nourrir la Ville affamée, enfin les aristocrates), les scénari sont le fruit d’une documentation solide sur la révolution dans la révolution. L’équilibre est à la hauteur du pari : revisiter sous l’angle des femmes cette portion d’histoire entre histoire et fiction. Malgré le réalisme de ces heures sombres, la poésie est aussi au rendez-vous. Trois dessinateurs différents ont été sollicités pour participer à cette aventure : Lucy Mazel, Anthony Jean et Xavier Fourquemin. Et si chacun possède sont propre univers, la trilogie garde une cohérence et une force très vive. L’effet est convaincant comme  le montre mes lectures à venir ci-dessous !

J’ai découvert ce scénariste avec cette trilogie et déjà j’ai inscrit sur ma PAL du même auteur : Les Vieux fourneaux, ainsi que L’Homme qui n’aimait pas les armes à feu (mon inénarrable amour pour les Etats-Unis).
Les deux séries de Xavier Fourquemin Miss Endicott (ambiance victorienne :-D) ainsi que Outlaw (que je connaissais de nom comme Les Vieux fourneaux … encore une BD western  🙂 ) s’y sont également greffés ! Les superbes illustrations de Lucy Mazel m’ont également donné envie de découvrir plus encore son univers. L’illustratrice est en pleine actualité éditoriale avec la sortie d’Edelweiss, une histoire d’amour dans l’après-guerre.  Anthony Jean a signé une version illustrée de l’Odyssée d’Homère. Cet opus rejoindra très certainement les étagères de mon aînée passionnée de mythologie.  Un coffret regroupant les trois tomes de Communardes doit être publié courant novembre !

 

Communardes !
Wilfrid Lupano
L’aristocrate fantôme (dessin Xavier Fourquemin)
Les Eléphants rouges (dessin Lucy Mazel)
Nous ne dirons rien de leurs femelles (dessin Anthony Jean)
Editions Vents d’Ouest

À voir

Editions Vents d’Ouest
Lucy Mazel, et ici aussi,  Xavier FourqueminAnthony Jean (où vous pourrez découvrir une admirable version du joker)

 

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Rendez-vous sur Hellocoton !