Arthur est un jeune garçon de six ans, qui comme  les enfants de son âge, a des journées bien remplies, entre la vie de famille, l’école, le sport, les copains, les activités sont plutôt variées ; mais voilà, les difficultés le sont également. Car Arthur n’est pas un petit enfant comme les autres, ou plutôt si, à ce « détail » près : Arthur n’entend pas. Il est sourd. Ses amis le savent, parfois l’oublient, ce qui n’est pas sans créer de petits soucis …

Voilà une BD jeunesse qui aborde la surdité, sous le regard vif de son héros du quotidien : Arthur. Invités à suivre une demie-journée ordinaire de ce petit garçon, nous sommes immergés dans sa bulle, dès le départ pour l’école, sous l’oeil attendri mais inquiet de sa maman, puis le regardons évoluer auprès de ses copains en récréation, où lors d’un match de football, son meilleur ami oublie son handicap (ce qui devrait être une joie, mais qui s’avère problématique) et finalement en cours de dessin, où Arthur explique à ses camarades, à travers son art, quel est son monde. Un monde faits de signes. Un monde de regards.

Ce one shot aborde également les difficultés liées à la différence dans leur globalité : en effet, notre société sait-elle s’adapter aux besoins des handicapés ? Avons-nous suffisamment de prévenance et de sollicitude pour les accueillir et veiller à communiquer avec eux selon leurs pré requis et non les nôtres ? Cherchons-nous réellement à nous adapter à eux plutôt que de chercher à les adapter systématiquement à notre environnement ?

Conçue pour sensibiliser les enfants au handicap, elle se dévore même plus grand. Son style clair et manga ainsi que son personnage si souriant et attachant en font une véritable réussite, à plus d’un titre car le scénario et « l’épaisseur » du message sont également présents. Arthur est d’une lucidité touchante sur son handicap et la nécessaire envie d’agir qu’il doit conserver. Cette histoire révèle donc les problèmes liés aux situations d’handicap des plus jeunes et ancre son discours dans la réalité sans tomber dans un sentimentalisme excessif.

A noter que Bénédicte Gourdon avait par ailleurs travaillé sur une précédente collection, déjà très développée et joliment conçue « Signes » chez Thierry Magnier, ainsi que sur la conception d’un abécédaire bilingue français-LSF (langue des signes française), « ABCD Signes », chez le même éditeur.

Des mots dans les mains
Bénédicte Gourdon, Malika Fouchier, Le Gohan
Delcourt
32 pages. 8,50€. ISBN : 978-2-7560-0350-4

Rendez-vous sur Hellocoton !