Beau et brillant. C’est un coup de force extraordinaire que Shaun Tan a réalisé avec cette bande dessinée d’une expressivité exemplaire, dont l’éloquence est sans mots. Il nous conte une histoire au-delà des mots et c’est peut-être bien pour cela qu’aucune bulle n’apparaît.
C’est précisément ce mutisme qui fait la puissance de sa narration. Poétique, lyrique. Par petites touches. Une expression sur tel visage, un cadre enveloppé avec soin, une lumière particulière, une atmosphère magique dont certains éléments semblent sortir d’une peinture de Magritte. D’un réalisme déconcertant par son sujet et le traitement de l’image, Là où vont nos pères nous fait pénétrer un univers étranger
Chaque vignette est un véritable bijou de réalisation, finement ciselé. Onirique et poétique, l’univers de Shaun Tan vous saisit.  D’abord par cette évocation magistrale d’un homme qui quitte sa famille pour leur préparer un avenir meilleur dans un autre pays. La préparation de sa valise, les adieux, le voyage et l’arrivée dans un pays inconnu, une adaptation ardue et la rencontre d’autres immigrants sont suggérés habilement.
Ensuite l’ensemble de ce « graphic novel » alterne de grandes planches pleine page avec de petites vignettes au charme désuet des polaroïds. Ces jeux de « cadrage cinématographique » donne à la narration une force supplémentaire en la mettant en scène. Les décors ainsi que quelques éléments irréels donne à cette histoire toute sa dimension universelle.

Là où vont nos pères

Shaun Tan
Edition Dargaud.  Collection « Long Courrier »
116 pages. 15€. ISBN : SBN : 978-2-205-05970-0

A consulter sur le net :
Un interview de Shaun Tan
Le site web de Shaun Tan
Le dossier sur le site de Dargaud
Rendez-vous sur Hellocoton !