Les éditions Alzabane sont des habituées de ce blog ! Et pour de très bonnes raisons.
La ligne éditoriale de cette jeune maison d’édition, qui fête ses 1 an, doublée d’une plume riche, fluide, et d’une imagination sans faille toujours renouvelée, en fait une maison d’édition particulièrement attachante !
Chaque livre étant destiné aux enfants d’aujourd’hui, hommes de demain, il porte en eux une ou plusieurs réflexions éthiques, au sens premier du terme. Et en tant aristotélicienne convaincue, comment ne pas l’apprécier alors qu’elle reprend ces mots du philosophe grec : « La fin de l’enfant, c’est l’homme. »

 Ce cinquième opus est égal aux premiers : originalité du sujet, qualité de l’écriture et plaisir de la lecture. Cette fois-ci, Jean-Sébastien Blanck, amène le jeune lecteur dans l’univers des fables. Exercice ardu et périlleux, quand il s’agit de donner une autre image des Fables que celles d’Esope et de La Fontaine. Tout comme ces prédécessrices, ces trois fables aux univers différents apportent chacune une réflexion philosophique pour une initiation en douceur, mais nourrie.

La Vigne qui aimait un lierre se déroule quelque part en Occitanie et nous conte la recherche d’une nouvel amour par un veuf inconsolable. Cette magnifique histoire d’amour est surprenante et son dénouement inattendu et poétique. La Cité des Sots, est elle savoureuse à souhait. Alors que la cité de Pélugia s’entiche des poissons, le regard amusé et jubilatoire sur les modes qui s’y reflète séduira également les adultes.
Quant au Dernier Dieu, votre enfant appréciera tout particulièrement son univers mythologique, traité avec humour.

Jean-Sébastien Blanck fait à nouveau appel à un illustrateur argentin, Gaston Hauviller, qui utilise ici exclusivement l’aquarelle.  Un pays riche en talents à découvrir …
Alzabane en bref :
Création : juin 2007
http://www.alzabane-editions.com
contact@alzabane-editions.com

Rendez-vous sur Hellocoton !