Mme Michel, elle a l’élégance du hérisson : à l’extérieur, elle est bardée de piquants, une vraie forteresse, mais j’ai l’intuition qu’à l’intérieur, elle est aussi simplement raffinée que les hérissons, qui sont des petites bêtes faussement indolentes, farouchement solitaires et terriblement élégantes.

élégance du hérissonJe suis toujours dubitative face aux engouements universels. Face au phénomène 2007 qu’a représenté l' »Elégance du Hérisson », bombardé de prix l’année passée, il en est de même.

Ce roman nous plonge dans l’univers atypique d’une concierge de la rue Grenelle, bien évidemment « petite, laide, grassouillette », comme se doit être – paraît-il ! – toute concierge digne de ce nom. Celle-ci, ignorée et méprisée, ignore et méprise également à son tour et c’est semble-t-il bien légitime. Se gardant de régenter cet immeuble aux habitants bourgeois, elle endosse et joue son « rôle » de concierge avec scrupule et perfection … dissimulant dans les moindres détails sa « véritable » nature : loin d’être un être de peu d’intérêt et de peu d’éducation, celle-ci nourrit une égale passion pour la peinture flamande, le cinéma japonais ou Tolstoï … Tout semble aller pour le meilleur des mondes, où tous semblent s’ignorer et se mépriser cordialement, jusqu’à ce qu’un nouveau locataire et une petite fille suicidaire se lient d’une profonde amitié avec cette concierge atypique.

Telle une conversation au long cours avec le lecteur, la concierge Renée se livre dans une sorte de monologue intérieur, ainsi que Paloma, la petite fille riche suicidaire, un brin arrogante également, bien sûre d’elle et vaniteuse à souhait, qui compte laisser en guise de legs son « Journal du mouvement du monde » et sa somme de « Pensées profondes », rien que ça … Après une première partie, qui se met en place en douceur, chacune se livrant, lentement, dans un autoportrait aux touches « impressionnistes », le roman prend un nouveau souffle, plus rythmé. Si la plume de Muriel Barbery est maîtrisée, celle-ci s’offre quelques gourmandises (coquetteries ?) littéraires, mais l’indigestion guette. L’ensemble manque de teneur et de légèreté, l’écriture reste inégale basculant et bousculant le lecteur dans un méli-mélo de mots inusités – et pour cause – et de tournures alambiquées. Les portraits, au lieu de dénoncer ces stéréotypes clairement, forcent malheureusement le trait, ne s’avèrent guère convaincants et échouent à accomplir leur mission : car c’est bien cela la difficulté, à vouloir faire de cette madame Renée, un être d’exception, les concierges n’en sont que d’autant plus brocardées. Quant aux autres personnages, ils ne s’en tirent guère mieux et récoltent le même traitement manichéen : arrogance des bourgeois-riches-éduqués et haine-des-pauvres-incultes. Il est dès lors difficile de s’attacher à Renée et Paloma, dont on retient avant tout leur aigreur et leur suffisante conviction en leur supériorité … L’Elégance nous offre quelques – belles mais peut-être trop convenues – reflexions sur la Beauté dans l’art et dans la vie, malgré une fin à la dérobade et un peu faible. Une lecture qui, pour ma part, a demandé beaucoup de persévérance, et pour laquelle je retiens, quelques brefs éclats, trop rares pour m’épargner un sentiment de labeur.

L’élégance du hérisson
Muriel Barbery
Editions Gallimard
359 pages. 21€. ISBN : 978-2070780938

A voir !
imageLe site des Editions Gallimard

Rendez-vous sur Hellocoton !