Mon-gol ! Mon-gol ! L’insulte est reprise en chœur dans la cour de récré. Ludovic a l’habitude, mais cette fois-ci le mot l’intrigue. Mongol ? Qu’est-ce que ça veut dire ? Pour la première fois de sa vie, il consulte un dictionnaire. « Mongol, e adj : de la Mongolie. » Soit, Ludovic sera donc un véritable Mongol de Mongolie qui se nourrit exclusivement de viande et de fromage, pillant le bac à fromages du réfrigérateur et enfournant de pleines brassées de saucisses, qui connaît sur le bout des doigts l’histoire de Gengis Khan et la date de la fête du Naadam, qui se rase le crâne, qui traite ses ennemis de « Cerveau cru de ton père » ou encore d’ « Outre à excréments » !

mongol de karin serresCe court roman évoque le quotidien de cet petit garçon « à part », un peu lent. Ludovic, bouc-émissaire malmené par ses petits camarades,
injurié, traité de « même pas né », « nounouille » … puis de « mongol ». Un drôle de mot qui sonne à ses oreilles et dont il ne connaît pas la signification. Pourtant un mot veut toujours dire
quelque chose, aussi quel n’est pas l’étonnement de Ludovic lorsqu’il découvre dans le dictionnaire que cela veut dire « De la Mongolie », un pays quelque part bien loin de chez lui. Il enquête
alors le lendemain à la bibliothèque. Se révèle à lui le grand peuple de Gengis Khan, des « guerriers très forts ». Alors cela ne serait-pas une insulte contrairement à ce qu’il croyait ?
Désormais, Ludovic sera également un guerrier très fort, ce Mongol dont on le traite.
Il se nourrit alors de fromages et de saucisses, se rase la tête, est incollable sur l’histoire de Gengis Kahn, adopte leurs coutumes et tend à suivre leur rythme de vie … n’hésitant pas à rabrouer ses petits « tortionnaires » en Mongol ! Cette transformation ne sera pas sans engendrer des situations insolites.

Ce livre est touchant et fait sourire au fur et à mesure du changement de Ludovic. Cet enfant insulté et blessé montre dès lors une personnalité forte, face aux sarcasmes blessants, cruels et idiots de ses compères. Cela est d’autant plus fort que les effets de réel, dont le récit, à la première personne, nous laisse pénétrer toutes les pensées et émotions de Ludo : tout d’abord la souffrance face à l’injustice, la découverte émerveillée de ce peuple vaillant et hors du commun, l’affirmation de soi, le doute puis la réalisation d’un rêve inattendu. Cette « révélation » de Ludovic désarçonne son entourage : stupeur des autres enfants, incrédulité de sa maîtresse et étonnement – inquiet puis joyeux – de ses parents. Une remarque toutefois : le « mal-amour » de sa famille est étonnant. Père, mère et soeur peuvent être dures à son égard, et pourtant le poids des mots est là : « sombre idiot », « pauvre andouille », « bécasson » … Ce parti pris est étonnant d’autant plus que ceux-ci, leur étonnement passé, s’adaptent généreusement au nouveau style de vie qu’insuffle le petit garçon.

Habillement écrit et richement documenté, ce livre aborde avec originalité et humour la question de la tolérance de l’autre et du poids des mots. Une conclusion rafraîchissante.

Dès 9 ans. Bon niveau de lecture.Prix du roman européen pour enfants ». 2004

Mongol
Karine Serres
Neuf de l’Ecole des Loisirs
92 pages. 7.50€. ISBN : 2-211-069-69-X

A voir !

Le site de l’Ecole des Loisirs
Vous pouvez découvrir le premier chapitre sur le site de l’auteur : http://mapage.noos.fr/kserres/

Rendez-vous sur Hellocoton !