Nos âmes la nuit

Je me demandais si vous accepteriez de venir chez moi de temps en temps pour dormir avec moi.
Quoi ? Qu’entendez-vous par là ?
J’entends par là que nous sommes seuls tous les deux. Ça fait trop longtemps que nous sommes sans personne. Des années. La compagnie me manque. À vous aussi, sans doute. Je me demandais si vous accepteriez de venir dormir avec moi certaines nuits. Discuter.
Il la dévisagea, l’observant, curieux à présent, circonspect.
Vous ne dites rien. Est-ce que je vous aurais coupé le sifflet ? dit-elle.

Addie Moore a 75 ans. Elle est aussi veuve depuis des décennies. Cela fait maintenant quarante-quatre qu’elle vit dans le quartier de Cedar Street, à Holt, petite ville du Colorado. Son voisin, Louis Waters, l’un de ses plus anciens voisins est également veuf. Pourtant si ce n’est leur adresse, ils partagent jusqu’à présent peu de choses. Aussi quelle n’est pas la surprise de Louis lorsqu’un matin, Addie se présente à son domicile pour lui proposer de venir dormir avec elle de temps en temps, partager de la compagnie et discuter. Rien de romantique juste une présence complice.
Louis accepte cette étrange proposition et tous deux devront faire face aux carcans et cancans qui peuvent animer la ville ainsi qu’à l’inquiétude de leurs enfants respectifs.

Nos âmes la nuit, un héritage littéraire

Quelle belle découverte que la plume de Kent Haruf. Nos âmes la nuit est un roman fort beau et renversant. Si touchant. Plein de vie et de malice, ce roman pas comme les autres traite de la vieillesse et la solitude d’une manière rafraîchissante et loin justement des clichés qui peuvent abreuver nos sociétés. Cette deuxième jeunesse que s’offrent nos deux complices peut faire envie même aux plus jeunes, car il s’agit ici avant tout d’intimité et de complicité. Kent Haruf est un magnifique raconter, qui égrène son histoire à travers des « moments » et des dialogues d’une justesse infinie. Une histoire simple mais puissante, loin d’incarner une mièvrerie sentimentale, mais un roman subtil qui renouvelle avec un certain panache littéraire le roman d’amour dans le sillon de La Route de Madison.

C’est donc avec enthousiasme que je vais entamer un deuxième des six romans de Kent Haruf, Colorado Blues. Malheureusement, l’auteur de la vie des petites villes* comme l’appelaient les critiques américains est décédé en 2014 (« small-town life novelist »). Nos âmes la nuit fut son ultime geste littéraire.

Nos âmes la nuit
Kent Haruf, traduit par Anouk Neuhoff
Editions Robert Laffont. Collection Pavillons poche.
178 pages. 8€. ISBN : 9782221203415

À voir

Collection Pavillons des Editions Robert Laffont

 

Rendez-vous sur Hellocoton !