Le Grand méchant renard, de Benjamin Renner

Le Grand Méchant Renard

Vous connaissez certainement le Grand méchant loup, mais connaissez-vous une créature encore plus terrifique, le Grand méchant renard ? Malheureusement, il vit un peu dans l’ombre du premier. Bon faut dire aussi qu’il ne possède pas autant de talent pour attraper des proies. Non, et on ne peut pas dire qu’il maîtrise les hurlements à la perfection. Par contre, il vous fera rire. Si, si. Un peu à son insu et à ses dépens  mais toujours avec tendresse. Avec beaucoup de malice, Benjamin Renner a imaginé cette belle histoire devenue depuis un film d’animation.

Un Grand joli coeur

Le Grand méchant renard a faim, terriblement faim. Ce n’est pas faute pourtant d’habiter près d’un poulailler où officient de belles et grasses poulettes. Mais son physique efflanqué ne pallie pas une agressivité qui fait un peu défaut. Cependant, il commence à se lasser quelque peu des paniers de navets que lui préparent le cochon à chaque entrée au poulailler. Après une nouvelle tentative infructueuse de repas, le Grand méchant loup lui souffle une idée de génie : « Si tu ne peux saisir les poules, vole des œufs ! Tu n’auras qu’à manger ce qui en sortira ! » Ils feront bombance ensemble. Tout à son enthousiasme, le Grand méchant renard suit ce conseil, se trouve bon gré mal gré à couver les œufs jusqu’à l’éclosion … Trois adorables poussins découvrent avec émotion celle qui leur donna le jour … Comme si la faim ne suffisait pas, Le Grand méchant renard doit se lancer dans les affres de la parentalité !

Drôle et d’un rythme assez soutenu, ces 192 pages sont un régal ! Amateurs de cartoons, vous serez séduit par les séquences cocasses et par ce loser génial, cousin de Coyote, dont on se prend d’affection dès les premiers instants. Les expressions et mimiques des protagonistes sont excellentes. L’ensemble fait mouche grâce aussi à des répliques et à un dessin épuré mais d’autant plus significatif. Pas de cases, mais un regard qui porte sur l’essentiel : les personnages, leurs interactions et réactions. J’ai ri, j’ai été émue et surtout nous l’avons savouré en famille !

Un Grand méchant film aussi !

L’adaptation du livre en film d’animation reprend également cette dernière histoire, ainsi qu’Un bébé  à livrer.

Benjamin Renner a officié sous le nom de Reineke sur son blog, qui a vu la naissance du Grand méchant renard et d’une autre bande dessinée Un bébé à livrer. Cette activité parallèle comble une carrière de réalisateur de films d’animation non moins talentueuse, ayant corealisé Ernest et Célestine. Sur ce même blog, vous pouvez découvrir les dix premières planches et la genèse de cette rafraîchissante histoire. Le cochon, le canard sont des personnages clés que vous retrouvez également dans Il faut sauver Noël. Enfin rendez-vous sur le site Delcourt indiqué en dessous, une jolie surprise vous attend !
Le Grand méchant renard
Benjamin Renner
Éditions Delcourt. Collection Shampooing.
192 pages. 16,95€. ISBN : 978-2-7560-5124-6
A voir et à faire 🐣
Éditions Delcourt
Rendez-vous sur Hellocoton !

Cinq, six bonheurs, de Mathis

L’instituteur a eu l’idée sournoise  de nous donner un devoir de vacances : une rédaction dont le sujet était le bonheur. Cette désolante nouvelle fit soupirer la moitié de la classe et râler l’autre moitié.

– Maître ! Maître ! a dit Fabien. Le bonheur, c’est de ne pas avoir de devoir à faire pendant les vacances !

Ce qui fit rire toute la classe.

Cinq, six bonheurs Voilà ! Malgré sa bonne volonté, Théo ne voit franchement pas ce qu’il pourrait écrire pour sa rédaction … Le bonheur … un sujet qui pourrait être si simple, si ce n’était le dictionnaire de ses parents peu éloquent. État de satisfaction intérieure. Que peut-il faire avec cela ? Théo a 10 an et n’a aucune idée de ce que l’association de ces deux mots peuvent vouloir dire. Bien décidé malgré tout de finir son devoir, il décide de questionner son entourage : sa mère, son père, sa grand-mère, ainsi que son petit frère. Autant de visions différentes du bonheur … Théo tient enfin sa rédaction ! Mais sait-il pour autant ce qu’est le bonheur à la mode de Théo ?

Quel court et joli roman que Cinq, six bonheurs. Une belle preuve que la littérature jeunesse est aussi une littérature qui peut être savouré à tout âge. Qui n’a pas eu cette fameuse rédaction à faire ? Théo s’y prend d’une magnifique façon, menant une enquête touchante dans sa famille. Un roman qui parlera à tous, doté d’une sensibilité et d’une poésie particulière.

La collection Petite poche est une collection de courts romans très bien écrits, aux sujets divers et parfois sensibles, destinés aux lecteurs à partir de 8 ans. Chaudement recommandée par ma collègue Isabelle, elle aide aussi à se réconcilier avec la lecture et l’idee de roman (« c’est trop gros/épais/écrit petit », « il n’y a pas de dessins … ). Je teste auprès de Number Two ces vacances, mais je suis déjà conquise !

Prix sorcières premières lectures 2006

Cinq, six bonheurs
Mathis
Éditions Thierry Magnier
Collection Petite Poche
48 pages. 3,90€. ISBN : 9782364747036

À voir
Les Éditions Thierry Magnier

 

Rendez-vous sur Hellocoton !
Follow

Get every new post on this blog delivered to your Inbox.

Join other followers:

%d blogueurs aiment cette page :