La baleine thébaïde de Pierre Raufast

En octobre, je lus une petite annonce intrigante dans Libération, à la rubrique « recherche d’emploi » :
Elle appelle dans un sempiternel silence. Baleinier recherche matelot pour expédition scientifique dans l’océan Pacifique nord. Débutant aimant thébaïde bienvenu.
Thébaïde. Le mot me plut. « Lieu sauvage, isolé et paisible, où l’on mène une vie retirée et calme », selon le dictionnaire.
Un poème de Théophile Gautier me revint à l’esprit.

La baleine thébaïde Richeville est un jeune homme à l’homme prometteur et semble-t-il tout tracé. Tout droit sorti de l’ESSEC, il pourrait gravir l’ascenseur social aisément, mais ce n’est pas compter sur sa lucidité quant à sa fibre commerciale et son idéalisme : faire quelque chose qui change le monde. Ce tête des grandes passions et des  destins exceptionnels qui chez le jeune homme est empreinte de simplicité et de désintérêt. C’est alors qu’au détour d’une annonce et d’un entretien, il embarque sur l’Hirundo comme matelot pour une expédition scientifique. Il s’agit de localiser et d’étudier la baleine 52, une exception dans son genre : elle est ainsi baptisée car elle ne peut émette qu’à 52 herz, ce qui la rend incapable de se faire entendre de ses congénères et la condamne à une solitude irrémédiable. Richeville, timide orphelin, se sent profondément connecté à l’animal en qui il voit une sœur de solitude. Aussi il s’engage dans l’aventure mais les choses ne vont pas exactement se passer tel que prévu sur le papier ….

Quatre voix pour une histoire

Pierre Raufast signe encore un roman d’une grande inventivité. Il y a du Voltaire tant l’histoire de Richeville n’est pas sans rappeler un Candide tragi-comique. Mais bien plus encore, car après  la Fractale des raviolis et La Variante chilienne, ce troisième roman vous embarque dans une histoire initiatique mêlant sciences et poésie, humour acide et mélancolie. Quatre voix différentes vous présentent l’histoire de Richeville et de la baleine 52.

C’est un roman grave et drôle  à la fois sur la solitude, le progrès technologique et l’éthique. Un roman de société qui met vie trois grands enjeux de notre temps, ni savamment, ni pesamment, car avec Pierre Raufast, documenté ne veut jamais dire boursouflé et grave barbant. Une écriture habile et vivifiante comme il y en faudrait – beaucoup – plus !

 

La baleine thébaïde
Pierre Raufast
Editions Alma
217 pages. 18,50€. ISBN 9782362792090

À voir
Pierre Raufast
éditions Alma

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

Rendez-vous sur Hellocoton !

Astrid Bromure, comment dézinguer la petite souris

Astrid Bromure

Et si c’était la véritable histoire non-officielle de la petite souris …

Astrid Bromure est une jeune fille de bonne société, entourée d’une cuisinière, Madame Dottie, et du majordome Benchley, qui veillent au grain lors des absences de ses parents. Entourée également du chat Gatsby et du chien Fitzgerald, elle n’arrive cependant pas à tuer son ennui du haut de sa très chic maison, perchée au plus d’un immense gratte-ciel new-yorkais. Or la patience n’est pas ce qui caractérise la jeune enfant … habituée d’ailleurs à être occupée ou à s’occuper en faisant des bêtises. Il faut dire qu’elle a du répondant et un sacré caractère attendrissant et un brin agaçant.
Fort heureusement, un évènement inattendu va sauver la jeune fille de son ennui au grand dam de ses gardiens : elle a une dent qui bouge ! Mais pas question de croire à ces bêtises de petite souris, elle compte bien prouver sa non-existence ou bien à l’attraper ! Ce qu’elle attrape la laisse pantoise : un tube de dentifrice chocolat-vanille que ses compagnons de tous les jours se défendent bien d’avoir déposé. Une enquête en vue par l’impertinente curieuse …

Astrid Bromure
Astrid Bromure : comment dézinguer la petite souris / Fabrice Parme, ed. Rue de Sèvres

Des enfants et des parents gâtés

Voilà une bien rafraîchissante bande-dessinée jeunesse ! D’abord, elle m’est arrivée dans les mains par hasard, ramenée par une jeune lectrice du même âge que ma fille. J’ai alors vite craqué pour le dessin, puis par le titre qui n’était pas sans me rappeler les albums Comment ratatiner les loups / les sorcières. Succès assuré à la maison donc en prévision, mais dans les faits ? C’est un carton plein auprès de l’aînée et de mini-pousse. Fille ou garçon, elle a été dévorée et partagée : de jolis moments d’humour sont mis en scène, les textes sont irrésistibles et par sa verve la petite peut faire penser parfois à un Pico Bogue.
Le dessin fait revivre une époque surannée avec un charme art-déco discret mais assumé. Enfin, ce qui est non négligeable, non seulement l’histoire de la petite souris n’est pas traitée de façon doucereuse, mais toute une réflexion est proposée autour de la publicité.

Une BD qui fait rire et réfléchir, un album déjanté et pétillant à souhait, une lecture parfaite !

Si vous êtes conquis, deux autres tomes vous attendent : Comment atomiser les fantômes et Comment épingler l’enfant sauvage. Un quatrième tome : comment lyophiliser le monstre du Loch Ness est en préparation.

Astrid Bromure : comment dézinguer la petite souris
Fabrice Parme
Editions Rue de Sèvres
30 pages. 10,50€. ISBN :9782369811404

Fabrice Parme
Editions Rue de Sèvres

EnregistrerEnregistrer

Rendez-vous sur Hellocoton !
Follow

Get every new post on this blog delivered to your Inbox.

Join other followers:

%d blogueurs aiment cette page :