sergeant pepper1er juin 1967, Sergeant Pepper’s Lonely Hearts Club Band des Beatles renouvelle le rock avec ce premier album concept de l’histoire, aux arrangements inédits dans une ambiance psychédélique.

Comment une réaction aux codes du rock et une concurrence créatrice avec les Beach Boys à pousser les Scarabées à concocter cet innovant ?

En effet, ce travail abouti est le fruit d’une évolution logique dans la production discographique des Beatles, qui avaient déjà amené certaines « innovations » dans leurs précédents albums tels que Rubber Soul, premier album charnière avec deux « Face A », et Revolver (1965 et 1966 respectivement). Suite à Rubber Soul, les Beach Boys de Brian Wilson répliquent par Pet Sounds un autre album concept qui marqua le paysage musical rock.
Le formatage de l’industrie du 45 tours faisait déjà fureur en ce temps-là, mais surtout dans l’univers rock : un bon album était un album dansant avant tout homogène sans rupture de style ni de rythme. Les autres secteurs musicaux bénéficiant a contrario eux alors d’une vraie politique éditoriale. Les Beatles bousculent alors ce confomisme pour mélanger les styles et varier les instruments passant de l’éthnique au rock puis au classique et utilisant des bandes-sons. Ils perfectionnent également leur technique d’écriture qu’ils avaient déjà faits évolués depuis Rubber Soul, dans lequel ils cassaient le « 4 périodes » de leurs premières chansons (1e et 2e couplets, puis un instrumental, 3e couplet).
Deux innovations de cet album qui ont été adoptés par l’ensemble du paysage musical : une pochette en deux volets et la publication des textes ! A l’intérieur se trouvait une planche cartonnée représentant Sergent Pepper … à déguiser avec ses accessoires … une idée qui sera reprise pour la réalisation des pochettes de CD (comme le dernier album de Beck sorti en 2006). L’univers psychédélique inspiré des romans Lewis Carroll ainsi qu’un brin de subversion pour Lucy in the Sky with Diamonds, (qui devint non seulement le nom d’un fameux australopithèque mais qui conféra aussi l’aura psychédélique de cet album par ses initiales L.S.D, ce dont John Lennon s’est toujours défendu d’avoir fait intentionnellement) contribuent à faire de cette galette extrêmement travaillée un album phare (C’est le premier album rock autant travaillé avec 5 mois passés en studio)… Sur cette pochette, une nouvelle ère – qui s’avéra brève – s’ouvre pour eux : les quatre Beatles du Musée Tussaud, regardent d’un air triste et grave, les quatre compères excentriques qui ont réalisé cet album et trônent en tenue de fanfare au milieu de personnalités célèbres.

Il a été repris le 2 juin, sur la BBC, par les groupes rock actuels tels que Oasis, Razorlight, Travis, Kaiser Chiefs, The Killers … avec leur ingénieur du son, Geoff Emerick et le matériel de l’époque, parmi lequel la console à 4 pistes qui a servi . Authenticité du son garantie mais les interprétations sont plus ou moins personnalisées tant les « Fab Four »1sont considérés comme LE groupe de rock par ces groupes. Et difficile de rivaliser avec les créateurs …

1 : les « Quatre Fabuleux » surnom donné aux Beatles.

Rendez-vous sur Hellocoton !