« […]. Plus je vais et plus j’ai l’impression qu’on fait un pacte avec le diable quand on débarque dans ce pays. On tend son passeport au contrôle, on obtient un tampon, on essaie de gagner un peu d’argent, de démarrer… mais on n’a bientôt plus qu’une idée en tête : retourner au pays. Qui voudrait rester ? Il fait froid et humide ; la nourriture est immonde, les journaux épouvantables – qui voudrait rester, je te le demande ? Dans un pays, où on passe son temps à vous faire sentir que vous êtes de trop, que votre présence n’est que tolérée. Simplement tolérée. Que vous n’êtes qu’un animal qu’on a fini par domestiquer. Il faudrait être fou pour rester ! Seulement voilà, il y a ce pacte avec le diable… qui vous entraîne toujours plus loin, toujours plus bas, et qui fait d’un beau jour on n’est plus apte à rentrer, que vos enfants sont méconnaissables, qu’on appartient plus à nulle part. »

sourires de loup de Zadie SmithCe roman publié en 2001 dans la collection « Domaine étranger » de Gallimard a révélé en France, Zadie Smith, jeune femme de lettres de 26 ans alors. Désormais pilier de la littérature anglaise contemporaine, elle a connu ses premiers succès, avec cet opus un brin autobiographique, mais universel, Sourires de loup, dans lequel elle offre avec la précision d’un taxidermiste et beaucoup de tendresse pour ses habitants, la vision d’un Londres métissé et mouvant, à travers trois générations de trois familles dont le destin est inextricablement lié.

Nous faisons connaissance dans un premier temps avec Archibald Jones lors d’une scène de suicide raté tragicomique, occasion de ‘planter le décor » et le portrait de cet ancien soldat britannique un tantinet poltron. Au cours de ses services d’armes, il rencontra un jeune Bengali Samad Iqbal, dont la loyauté au pays et le sens de l’honneur, aurait pu faire de lui un grand capitaine, si ce n’était une main paralysée. Rien ne les destinait à nouer une inextinguible amitié, jusqu’à la panne de leur char, et un secret qui les liera à vie.

Alors bien décidé à s’accrocher à cette nouvelle chance, qui est son sauvetage in extremis Archibald rencontre celle qui sera sa deuxième épouse, Clara Bowden, jeune Jamaïcaine issue d’une famille de Témoin de Jéhovah.

Samad est, quant à lui, devenu serveur dans un restaurant indien et a épousé une jeune femme bengali, Alsana.

Ces deux couples soudés par l’amitié des hommes évoluent ensemble, partagent les bonheurs familiaux ainsi que leurs tourmentes. Samad voit ses deux fils prendre des chemins résolument différents, coupant avec l’héritage traditionnel qu’il souhaiterait leur transmettre … Mais il n’a pas dit son dernier mot et enverra son fils préféré, Magid parfaire son éducation au pays, nourrissant de grands espoirs, tandis que son jumeau Millat, connaîtra les « perversions » de son pays natal avant de devenir un membre actif d’un groupuscule fondamentaliste, aux initiales formant un grotesque K.E.V.I.N. Tous les deux se retrouveront autour d’une famille d’intellectuels excentriques, les Chalfen.

Trois familles, trois générations se croisent et métissent un Londres plus que jamais cosmopolite, où tout semble permis, de l’extrême pauvreté à l’aisance, de l’intégration qui efface tout signe distinctif et identitaire au fondamentalisme le plus prosélyte. Ce chassé-croisé de portraits créé un véritable tableau pointilliste, dont l’oralité lui donne un style rondement mené, amplifié par une écriture enlevée, mordante et pleine d’esprit, offrant de nombreux passages humoristiques, ce qui fait de ce pavé de plus de 500 pages, un agréable voyage de 1945 à 1990. Ce récit soulève de véritables questions sur la construction de soi, l’identité et l’héritage culturel, chacun y recueillera des perles, qu’il soit ou non un migrant.

Sourires de loup
Zadie Smith
Editions Gallimard. Collection « Domaine étranger ».
530 pages. 22.85€. ISBN : 2-07-075806-0

A voir !

Le site des Editions Gallimard

Rendez-vous sur Hellocoton !