Catégorie : Romans 12-15 ans

Noir américain

noir americainDécouvrir la littérature policière peut être une véritable gageure lorsque l’on n’en maîtrise pas encore les codes, tant son édition est abondante et les genres variés. Dans ce recueil de 10 nouvelles, Armand Cabasson se frotte avec brio aux différents spectres de cette littérature à part entière, en s’exerçant à la fois à la nouvelle noire (Faire boire le désert), tout en nous proposant un mini-polar psychologique (La chute du monde moderne) ou encore un récit aux frontières du fantastique (L’exquise beauté des cafards)

Ici adolescents et jeunes adultes se retrouvent face à un monde cruel et cauchemardesque, made in USA, aux confins de petites villes de Province ou au coeur des grandes mégalopoles, à chaque coin de rue, peut se jouer un drame personnel, car c’est aussi cela l’envers du rêve américain déchu. Ce portrait d’une Amérique policière vous semblera déjà familière, tant nous sommes imprégnés de sa culture. Cependant, Armand Cabasson réussit à nous emmener très loin au coeur du noir américain dans ses nouvelles concises, vives et âprement taillées, qui laisse le lecteur groggy de son voyage dans une Amérique sombre et dure.

Noir américain
Armand Cabasson
Editions Thierry Magnier
178 pages. 9,50€. ISBN : 2-84420-686-2.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Dear George Clooney, tu veux pas épouser ma mère ? de Susin Nielsen.

george-clooney-susin-nielsen-divorceViolette Gustafson est une adolescente de treize ans qui s’est juré qu’il ne fallait pas qu’elle tombe amoureuse, même pas de Jean-Paul, ce nouvel élève francophone pas si mal du tout … Pour elle, l’amour est synonyme de cata depuis que ses parents sont séparés. Son père, désormais installé à Los Angeles, vit avec Jennica, sa nouvelle compagne un brin bimbo, et leur jumelles. Violette est, elle, restée avec sa mère Ingrid et sa petite soeur, Rosie à Vancouver.
Les femmes Gustafson ont leurs petits rituels, notamment celui de se retrouver tous les vendredis soir autour d’un DVD .. Mais ce soir finalement, Ingrid a un rendez-vous galant. Pour Violette, ce jour marque le début de tout un plan d’attaque visant à caser sa mère avec un homme qui la mériterait ! Car selon Violette, aucun des prétendants de sa mère n’est à la hauteur, tantôt alcoolique, tantôt allergique aux enfants, tantôt juste inintéressant …
Elle a du mal à comprendre d’ailleurs que sa mère tienne tant à retrouver un homme dans sa vie et enchaîne ainsi les rencarts malheureux, sous les bons (?)  conseils de son amie Karen.
Notre jeune héroïne n’hésitera pas alors à enquêter sur le nouvel amoureux de sa mère, Dudley « la saucisse » Wiener, entourée de Phoebe, sa fidèle amie, et de Jean-Paul . Mais ce n’est pas tout, l’adolescente à la forte tête, pense trouver la solution en écrivant à George Clooney. En effet, coiffeuse sur les plateaux de cinéma, sa maman le rencontra quelques années auparavant …  Cette aventure ne sera pas sans repos, car en plus de protéger sa mère, Violette doit faire face aux petits tracas et bobos de la vie d’une collégienne.

Ce roman drôle et tendre à la fois aborde le sujet déjà souvent traité du divorce et de la famille recomposée mais avec beaucoup de délicatesse, grâce notamment à son espiègle héroïne écorchée vive et truculente à souhait. Les scènes parfois loufoques sont également pleines de profondeur sur les interrogations de cette jeune fille, qui doit faire le deuil de la séparation de ses parents et accepter l’arrivée de sa belle-mère et de ses deux demies-soeurs. Cette quête d’un nouvel équilibre permet également à Violette de mieux comprendre les rapports complexes des adultes et que la relation de ses parents n’était peut-être pas aussi idyllique que ce qu’elle imaginait … Un joli roman jeunesse, au rythme trépidant, que l’on croque d’un trait !

Dear George Clooney.
Susin Nielsen.
Editions Hélium.
194 pages. 13,90€. ISBN : 978-2-358-51079-0

A voir !

La présentation du roman dans l’émission de Denis Cheissoux, L’as-tu lu mon p’tit loup ?
Le site de Susin Nielsen
Le site des éditions Hélium

Rendez-vous sur Hellocoton !

Attention fragiles de Marie-Sabine Roger

attention_fragiles_marie_sabine_rogerNono vit dans une maison en carton avec sa mère Laurence, jeune femme ayant quitté son compagnon et qui se retrouve sans emploi, sans revenu … sans toit. Nel est un jeune homme au look assumé, boutons de jeans aux oreilles et cheveux bleus … Un jeune de son âge en somme, sauf qu’il est aveugle.

Nono voit souvent ce jeune garçon passer au-dessus du pont. Un jour celui-ci pleure, pourquoi donc ? Les jours pssent l’hiver rude et froid arrive. La vie s’endurcit pour Nono et sa maman sous leur maison de carton … jusqu’au jour où Nel et Nono se recroisent et découvrent leur secret …

Derrière un sujet triste et dur, se cache une merveille écrite par l’excellente Marie-Sabine Roger. Profondeur et retenue sont au rendez-vous dans ce court roman, qui ne laissera ni les adultes, ni les ados, indifférents. Touchant.

Prix France Télévisions du roman Jeunesse 2001 (11-14 ans)
Prix des lycées professionnels du Haut-Rhin 2001
Prix Ramdam du Roman ado 2002.

Attention fragiles
Marie-Sabine Roger.
Editions Le Seuil. Collection Karactères.
142 pages. 9,50€; isbn / 978-2-02-096478-4

A voir !

Le site des Editions du Seuil

Rendez-vous sur Hellocoton !

Ne t’inquiète pas pour moi

ne t'inquiète pas pour moiCette étonnante histoire d’amour entre une mère et sa fille renouvelle l’esprit des romans épistolaires d’autrefois, grâce à une mise en scène moderne : l’utilisation du post-it. Oui, vous avez bien lu. Ce roman s’articule sur les échanges de petits messages, petits mots tendres ou vifs, échangés entre une mère et sa fille sur le frigo familial. Cette mère divorcée, signant du doux nom de « maman », est fort accaparée par son travail à l’hôpital et par la crise d’adolescence de sa fille Claire, qui réclame, ni plus, ni moins, une mère plus présente. Ces deux femmes, à couteaux tirés, apprennent à se découvrir au détour de ces mots, reflétant leurs angoisses et révélant leurs personnalités. Ce fil ténu les relie et leur permet de communiquer sur leur vie quotidienne : les problèmes au lycée, les retards aux travail, les courses … jusqu’au jour, où Claire apprend que sa mère va se faire osculter suite à l’apparition d’une boule au sein. Cette nouvelle modifie en profondeur leur relation : mère et fille se rapprochent et tenteront de surmonter ensemble cette nouvelle épreuve …

Ce court roman communique une réelle tension au lecteur, tant ces échanges, brefs mais sincères, sont le reflet de la vie quotidienne, la vôtre, la mienne, jusqu’au jour où la maladie surgit sans coup ferrir. On suit dès lors ces deux âmes qui se rapprochent, se cherchent, se comprennent enfin, s’admirent finalement, et s’aiment et s’aimeront toujours . Original et bouleversant comme le sont les indéfectibles amours parents et enfants. Un premier roman prometteur pour cette jeune auteur, Alice Kuipers

Ne t’inquiète pas pour moi
Alice Kuipers.
Editions Albin Michel. 2008.
252 pages. 10€. ISBN 9782226183200
A voir !

imageLe site de l’éditeur Albin Michel
Le site de l’auteur Alice Kuipers et sa page personnelle sur le site de son éditeur Harper Collins

Rendez-vous sur Hellocoton !

Ils ne sont pas comme nous

ils ne sont pas comme nousCe court roman ouvre une nouvelle page des éditions Alzabane, avec le lancement de la collection « Histoires d’en penser », qui succède aux « Histoires d’en rêver ». Avec toujours autant de brio, car Ils ne sont pas comme nous , vous emmène en 1938 et vous malmène par la violence de l’Histoire vraie, dénoncée ici avec des mots justes « Pas comme nous », « pas comme vous ».
1938. Hitler est déjà au pouvoir depuis déjà cinq années, et la machine machiavélique qu’est la Solution Finale qui sera lancée « officiellement » en 1941, débute insidieusement avec les tests de gazage du Zyklon B sur les aliénés, les handicapés et les prisonniers de guerre soviétiques notamment ; gaz qui accomplira son sinistre ouvrage dans les camps d’Auschwitz et de Majdanek. C’est cet épisode horrible de la Seconde Guerre mondiale, que Jean-Sébastien Blanck narre du côté des malades mentaux, ces incurables auxquels on ne peut qu’offrir une euthanasie miséricordieuse (ce qu’Hitler présente clairement dans une brochure largement diffusée « Die Freigabe der Vernichtung lebensunswerten Lebens » / La permission d’éliminer les vies qui ne valent pas la peine d’être vécues). Cette opération nommée « 14f13 » se déroule de 1941 à 1945 (source : http://www.aidh.org)

Mais cette vérité crue ne surgit que dans les dernières pages de ce texte choc. En s’attachant avant tout aux personnages, à travers le regard d’un journaliste venant réaliser un reportage (qui est plus probablement confié aux bons soins de l’institut par ses proches, mais cela seul le lecteur le sait), c’est tout un visage de l’Humanité qui nous est donné de découvrir et de voir détruit. Quels sont les véritables fous de cette (h)Histoire ? Reinhardt qui se prend pour le docteur ou le docteur à la botte des nazis qui livre ses patients et accepte ce jeu d’apprenti sorcier ?
Un texte vif et profond sur la barbarie et la folie absolue qui tient de bout en bout le lecteur en haleine. Déjà plébiscité dans les collèges et les lycées pour sa qualité littéraire et pédagogique, Ils ne sont pas comme nous, est à conseiller vivement à ces jeunes lecteurs.

Remarquables illustrations également de José Ignacio Fernandez, conçues comme un reportage photo/court-métrage, en noir et blanc et sépia, qui déclinent cet univers sombre.

Ils ne sont pas comme nous.
Jean-Sébastien Blanck.
Editions Alzabane.
59 pages. 13.50€. ISBN : 978-2-35920-000-3

imageA voir !

Vous pouvez en feuilleter quelques pages sur le site des Editions Alzabane
Un interview récent de Jean-Sébastien Blanck sur le blog de la Luciole masquée

Rendez-vous sur Hellocoton !

Silence on irradie de Christophe Léon.

silence on irradieSven et sa famille vivent dans un petit village de quelques âmes près de la Centrale, où l’essentiel de la population travaille, y compris ses parents, sa mère qui perd sa dentition et son père couvert de tâches noires et étranges. Siloé, sa cadette, est une enfant vive qui est gardée chez sa voisine, Agreda. Sven se livre avec passion et secret à son activité favorite : la natation. Cela serait sans conséquence, si le lac ne serait strictement interdit, car utilisé pour refroidir la Centrale … Un matin, Sven se lève, aussi chauve qu’un nouveau-né …

Difficile sujet que d’évoquer un accident nucléaire, sa force de destruction et son horreur, surtout auprès de jeunes lecteurs, pour qui Tchernobyl n’a pas été vécu comme un « fait divers » mais relève de l’Histoire avec un grand H, comme Hiroshima et la bombe de la même lettre. Christophe Léon livre avec brio, un récit émouvant, saisissant et littéralement absorbant qu’on ne lâche pas d’une ligne, tant il mêle suspens, montée dramatique, tendresse et humour. Un livre à lire sans hésitation.

Silence, on irradie
Christophe Léon
Editions Thierry Magnier
112 pages. 8€. ISBN : 978-2-84420-772-2

A voir !
imagele site de Christophe Léon
le site des éditions Thierry Magnier

Rendez-vous sur Hellocoton !

Les Carnets de Lily B

les carnets de lily bLily Blachon. 15 ans. Une cicatrice-souvenir d’un fer à repasser – un accident je vous rassure – sur la tempe. Une amie lui fait clairement savoir qu’elle ne pourrait pas vivre avec ça. Un ça cruel et glacial qui brûle une deuxième fois Lily, rompt leur amitié et marque le début d’une adolescence remplie de questions.  « Avant je ne pensais pas. Maintenant je pense tout le temps. Je n’arrête pas de penser. A la vie? A la mort. A l’amour. Aux pauvres. Aux riches. Au chômage. Au racisme. A la maladie. A la guerre. A Dieu. A mon avenir. A la cicatrice en forme de trèfle tatouée sur ma tempe gauche. »  Survient le chômage. Ses deux parents se retrouvent tour à tour licenciés à 15 jours d’intervalle. Pour elle cela marque le début d’une nouvelle ère à la maison : non seulement cela a des répercussions sur leur quotidien, mais cette épreuve est l’occasion pour l’adolescente de découvrir les deux personnalités différentes de ses deux parents. Marie, sa mère combattive-hyperactive, cherche à retrouver l’univers de la mode qu’elle a quitté, et Bernard, son père plus nonchalant, rechigne à suivre les conseils de son épouse. Maintenant il n’y a plus d’ambiance. Seulement la télé. Dans ces bouleversements, deux points fixes se détachent : Maxime, le petit frère amoureux et sensible, ainsi que Luce, la marraine trentenaire et célibataire, à laquelle Lily aimerait ressembler. Leur univers explose encore un peu plus, lorsque Marie et Bernard décident de se séparer, mais leur manque de revenus ne leur permettant pas de s’installer, décident de cohabiter. Une drôle d’atmosphère règne dès lors au domicile familial. Mais la vie réserve encore quelques surprises à Lily, qui découvre au hasard  d’une journée cataclysmique que sa mère a déjà un nouvel amoureux, son père a une aventure avec Luce, tandis que de son côté, elle rencontre le jeune Léon Lundi, affligé d’un drôle de nom et d’une drôle de cicatrice. Tu sens la myrtille. J’ai toujours pensé que j’aimerais une fille qui sent la myrtille. Les coups du sort et du coeur se multiplient : monsieur Turpin,  le seul adulte et professeur qui la comprenne, s’efface à la perte de son fils alors que Florian, élève atypique et ami effacé, stabilise la jeune femme. Un week-end changera tout : par défi, elle décide de s’enfermer dans son lycée pour affiner un roman, dont l’héroïne lui ressemble étrangement. Elle est vraiment pas nette ton héroïne. Où vas-tu chercher ça ? Ca n’existe pas, les filles comme ça.

Ce premier tome nous plonge dans l’intimité de cette jeune Lily, par ce récit à la première personne, rapide et plein de méandres à l’image de la sensibilité et proréactivité de Lily face aux différents événements qui perturbent son existence. Ces carnets séduisent par leur mise en scène : chaque chapitre débute par tune pensée particulière de Lily,  révélatrice de son état d’esprit mordantes « un service rendu reste rarement impuni », acerbes, « Avant j’étais si proche de mes parents, maintenant je suis une étrangère. Ils ne me connaissent pas ». parfois drôles et distanciées, « Dieu est humour »« Il ne faut jamais exagérer l’importance qu’on a pour les autres ». Parsemés de nombreux discours indirect, l’ensemble se rehausse d’une touche théâtrale souvent comique, lors de conversations assez profondes et décisives, d’autant plus qu’il s’agit avant tout des conversations entre les parents.
Concernant le contenu, il reflète avec justesse les préoccupations d’une jeune fille de 15 ans et de nombreuses lectrices devraient s’y retrouver. Cependant un petit bémol sur la succession d’évènements les derniers chapitres : le déluge de catastrophes et de bonnes nouvelles est peut-être un peu trop conséquent. Mais Lily demeure une adolescente attachante, grave mais qui se révèle un peu fofolle lorsqu’elle est heureuse.

Les Carnets de Lily B.
Véronique M.Le Normand
Editions Thierry Magnier
Niveau 3e et plus.
175 pages. 7.50€. ISBN :  2-84420-424-4

A voir !
imagele site de Véronique M. Le Normand
le site des éditions Thierry Magnier

Rendez-vous sur Hellocoton !
Follow

Get every new post on this blog delivered to your Inbox.

Join other followers:

%d blogueurs aiment cette page :