Catégorie : Littérature américaine

Derniers feux sur sunset

Je ne me rappelle pas ce que tu portais, dit l’intéressé. Mon seul souvenir, c’est que tu étais un petit con teigneux.
– Tu m’as bien regardé là ?
– Et toi, tu t’es regardé ? Te voilà devenu un vieux con teigneux, c’est tout.

Derniers feux sur sunset

Derniers feux sur Sunset est ce petit bonbon de la rentrée littéraire qui ravira les aficionados de Fitzgerald, mais charmera aussi celles et ceux séduits par l’atmosphère surannée et extatique du Hollywood des années 30.

Derniers feux sur un amour

Francis Scott fête ses dix-sept ans de mariage avec Zelda Sayre. C’est un anniversaire de mariage pas comme les autres au Highland Hospital. Sa femme n´est plus que l’ombre de la pétillante jeune femme qui l’a subjugué tant sa schizophrénie l’a atteint. Un monde prend fin et celui à venir reste encore incertain. Sans le sou, les Fitzgerald ont été rettrapés par leur insouciance et leurs excès. La porte de salut semble être sur la côte Ouest, où Scott doit se rendre pour rejoindre la cohorte des écrivains-scénaristes de la MGM. Rien n’est acquis, sa réputation d’alcoolique porte une ombre à la célébrité acquise avec Gatsby et Tendre est la nuit. Il doit montrer patte blanche avec une sobriété impeccable et évoluer au sei  un microcosme qu’il a quitté il y a quelques années déjà mais semble avoir bien évolué.

Une aventure hollywoodienne mais avant tout une aventure humaine

Dans ce roman biographique, Stewart O’Nan offre un portrait saisissant et extrêmement touchant du chef de file de la Génération perdue. Nous pénétrons dans son intimité forgée autour de sa femme Zelda, sa fille Scottie, et son dernier amour Sheilah Graham. Nous sommes bien loin du conte de fées et de l’image tourbillonnante que nous nous faisons à l’évocation du couple Scott/Zelda et découvrons un homme dépassé par les événements. Attaché à son épouse, père attendrissant et complice avec sa fille, c’est un homme qui dout faire face à ses démons, acharné de travail etmalmené, qui entrevoit enfin une vie apaisée et harmonieuse. Ses dernières années méconnues semblent un soleil couchant sur un monde où la création est déjà grignotée par l’affairisme et les compromissions. Désenchanté par son amitié désormais à sens unique avec Hemingway et traité avec nonchalance comme un scénariste parmi tant d’autres, alors même que d’autres récolteront les fruits de son travail, Scott impressionne par la puissance de sa contradiction. Battant qui souhaite s’imposer, mais aussi fatigué et las, rongé par son attraction pour l’alcool, il se révèle à la fois magnifiquement fort et faible. Profondément humain.

Une plume fine servie par une traduction impeccable

Concentré sur les dernières années de sa vie (1937-1940), O’Nan retrace sans misérabilisme, ni voyeurisme, l’effondrement qu’évoque Fitzgerald dans une nouvelle éponyme. Extrêmement bien documenté, il fait revivre un Hollywood palpitant, où se croisent Bogart, Hemingway, Dietrich … et cela sans tomber dans le revue mondaine et le boursoufflement des anecdotes. Son approche sans être psychologisante est suffisamment équilibrée pour entrevoir cette personnalité complexe. Quant à la traduction de Marc Amfreville, qui s’est attelé aussi au somptueux Lettre Écarlate mais également au Sillage de l’Oubli, elle se remarque par son élégance et sa précision respectueuse du style de O’Nan.

Derniers feux sur Sunset
Stewart O’Nan
Editions de l’Olivier
396 pages. 23€. ISBN : 9782823605280

A voir !

imageles Editions de l’Olivier

Rendez-vous sur Hellocoton !

Daddy Love de Joyce Carol Oates

Daddy Love est ton destin. Daddy Love sera ton père et ta mère.

daddy loveAvril 2006. Le petit Robbie Whitcomb est âgé de cinq ans. Ce garçonnet babillard et très éveillé fait le bonheur de ses parents, Dinah et Whit, un couple solide soudé autour de cet unique enfant. C’est à la sortie d’un grand centre commercial que sa vie va pourtant basculer ainsi que celle de sa famille. Après avoir reçu un violent coup sur le crâne, Dinah lâche la main de Robbie, enlevé sous ses yeux, par Daddy Love, un homme aux multiples identités, véritable technicien de l’enlèvement. Gravement blessée, elle se relèvera et tentera de récupérer son fils. Daddy Love deviendra alors le destin du jeune Robbie, rebaptisé par celui-ci Gidéon. Son père sera désormais Daddy Love. Sa mère deviendra inexistante, une ombre maléfique et perverse alors que Robbie rejoindra le cortège des enfants disparus.

Daddy Love, un chemin de culpabilité et de destruction

Dès les premières pages, cet instant crucial de l’enlèvement est repris comme un motif, une sorte de genèse de Gidéon. Point de cristallisation de la nouvelle vie de ces personnages, nous le revivons, à travers le regard de nos trois protagonistes initiaux. Malgré quelques redondances maladroites, l’histoire vous happe et vous broie, car la grande force de Oates est de mener un roman polyphonique équilibré confrontant ces vies éclatées. Nous suivrons, pantelants, les six premiers mois de l’enlèvement et le conditionnement de Robbie, mais aussi la recherche effrénée de ses parents à travers la culpabilité et le fol espoir qui anime Dinah. Le changement de partie hautement symbolique est mené de main de maître. D’une grande charge émotionnelle, il ne marque pas pour autant l’apogée d’un roman obsédant dont le twist final, inimaginable et pourtant prévisible à la fois, montre que la libération ne peut jamais être complète.

Un huis-clos avec le Mal

La  grande dame de la littérature américaine nous a déjà accoutumé à son traitement sans fard et perçant des vices cachés de la société américaine et des relations humaines à travers des thèmes réputés – à juste titre hautement difficiles ou disons-le franchement casse-gueule. Elle frappe fort avec ce nouveau roman aux frontières du thriller. Il est question non seulement de prédation sexuelle, mais aussi de séduction, de manipulation, de conditionnement, de reconstruction. Fine psychologue, Oates décortique Daddy Love, sous toutes les coutures : prédicateur itinérant séduisant et fascinant ; bourreau à l’emprise froide et clinique ; homme semblant animé de véritables sentiments paternels ; citoyen actif et artiste reconnu. Quelques évènements clés sèment des indices et le trouble en dévoilant le parcours de ce monstre vivant à la vue de tous. Car n’est-il pas plus stratégique de vivre à la vue de tous une vie normale pour se camoufler ?

Gidéon sera scolarisé, ils fréquenteront des voisins … et si l’on s’étonne du mutisme et de la forte timidité de l’enfant malgré sa réussite scolaire, c’est tout simplement qu’il est autiste.  Bien naturellement. C’est ce naturel et sa déformation à travers des gestes anodins de complicité et d’affection, que Oates arrive à créer un malaise puissant, revisitant des instants de bonheur familial à travers la lorgnette du monstre. Ces instants deviennent des clichés où tout peut arriver, le bien, un réel sentiment d’affection réciproque, voire de complicité, comme le mal. Robbie/Gidéon oscille, partagé par ce chaud/froid constant, et nous avec lui. Maniant l’art de l’ellipse, elle laisse aussi le lecteur face à ses propres peurs et l’horreur devant la lutte interne de Robbie/Gidéon. Le monstre aura-t-il dévoré l’enfant ?

Un fil rouge de l’oeuvre de Joyce Carol Oates

Il est difficile de fermer ce livre en restant indemne. Vous ne le serez certainement pas. À vrai dire, Joyce Carol Oates qui aime bousculer son lectorat, le pousse dans ses retranchements une nouvelle fois !  Car l’oeuvre de Joyce Carol Oates recèle effectivement de romans évoquant l’abandon et la disparition, comme Mère disparue, l’absence et le retour chez soi, comme le tout récent Carthage ou encore l’enfance maltraitée justement dépeinte dans Petite soeur, mon amour.
Vous penserez peut-être à un film comme L’Echange en le lisant, tant il peut vous déranger par le changement successif de fils appelés à être l’élu de Daddy Love, ou encore au Dragon rouge de Thomas Harris  tant la froideur et la confiance démesurée en soi de Daddy Love, ce prédateur « libérateur » glace le sang.

Daddy Love
Joyce Carol Oates
Editions Philippe Rey
270 pages. 18€. ISBN : 9782848765105

A voir !
Le site des Editions Philippe Rey

Rendez-vous sur Hellocoton !
Follow

Get every new post on this blog delivered to your Inbox.

Join other followers:

%d blogueurs aiment cette page :