Catégorie : Littérature américaine

Tokyo Vice

Tu dois te montrer amical envers des gens que tu n’apprécies ni politiquement, ni socialement, ni moralement,. tu dois respecter les journalistes qui sont tes aînés. Tu ne dois pas juger les gens mais apprendre à juger de la qualité des informations qu’ils te donnent. Tu dois diminuer tes heures de sommeil, de sport et de lecture. Ta vie va se réduire à lire le journal, boire des coups avec tes sources, regarder les infos, vérifier que l’on ne t’a pas piqué un scoop et respecter les deadlines. Tu seras abreuvé d’un travail qui te paraîtra insignifiant et stupide mais tu le feras quand même.

Tokyo vice Adelstein Marchialy

Voici comment donc ce livre m’a littéralement harponné pendant une quinzaine de jours ! Bienvenue au sein du plus grand quotidien japonais, le Yomiuri Shimbun ! Nous pourrions le comparer au Monde, mais avec une tendance conservatrice. Auréolé de ses 15 millions de lecteurs quotidiens, c’est tout simplement le journal le plus vendu sur la planète ! L’homme que nous allons suivre n’est ni plus ni moins l’auteur même de Tokyo Vice, Jake Adelstein, premier occidental à être embauché dans ce prestigieux journal au recrutement drastique. Avec ce récit à la première personne oscillant entre essai documentaire et mémoires personnelles, Jake Adelstein côtoie le Panthéon de la creative nonfiction US à l’instar d’un Truman Capote, d’un Hemingway ou d’un Kessel avec tout l’art d’un raconteur.

Un parcours atypique et fascinant

Jake Adelstein quitte les États-Unis pour le Japon à 19 ans, sans en connaître un traitre mot et finit par intégrer la prestigieuse Université privée de Sophia, d’où il sortira diplômé et parlant un japonais quasi impeccable. LE jeune homme pugnace et brillant est aussi homme de défi et d’ambition. Non seulement il souhaite débénier journaliste, mais pas n’importe où, au Yomiuri Shimbun, dont la procédure de recrutement suit des concours d’entrée treps sélectifs entre épreuves écrites et orales, grands entretiens pour discerner les heureux élus des précédents examens. Autant d’étapes clés à franchir … pour devenir un apprenti journaliste dans les règles de l’art. Et le Japon applique un art à tout, pour tout !

Jake Adelstein
Jake Adelstein

Tout d’abord fait-diversifier, le gaijin (l’étranger en japonais) intégrera leur brigade des moeurs et le club de presse de la Police Métropolitaine de Tokyo. Ses enquêtes évolueront assez naturellement vers le crime organisé, inextricablement lié aux moeufs d’un Tokyo sombre, méconnu et débridé où la corruption, la prostitution et la violence sont une réalité quotidienne.

Les dessous cachés de Tokyo

Il plonge au cœur de l’activité des yakuzas, notamment celle d’une de ses branches principales : le Goto-gumi qui appartient au Yamaguchi-Gumi. Comme il nous le confie lui-même, « Ce n’est jamais une bonne idée de se trouver du mauvais côté du Yamaguchi-gumi, la plus grande organisation criminelle du Japon. Avec ses quarante mille membres environ, ça fait un paquet de mecs à qui on les brise. »

Entre blanchiment d’argent, hyper-violence et traffic d’êtres humains, il dénoncera trois scandales liés à la prise en charge médicale aux Etats-Unis de trois de leurs dirigeants, bénéficiant de complicités intérieures. Parler n’est pas anodin et dénoncer non plus. Menacé de mort suite à la parution de son enquête aux Etats-Unis, il bénéficiera avec sa famille d’une protection policière. Ce n’est que quelques mois après que son article sera publié au Japon.

Un long chemin vers la diffusion

Si Tokyo Vice a vu le jour en France, c’est grâce au financement participatif demandé par les toutes jeunes éditions – bordelaises ! – Marchialy en juillet 2015, et on ne peut que les saluer et les remercier pour cette heureuse initiative ! En effet, Tokyo Vice est paru aux Etats-Unis en 2009 et n’avait jamais fait l’objet d’une traduction et d’une publication francaise. C’est désormais chose faite et je vous encourage vivement à dévorer cet ouvrage essentiel, documentaire precieux déroulé sur le ton de la confidence et du roman initiatique polar, Jake Adelstein vous porgé au cœur d’une Littérature du réel palpitante et sensible, pleine d’humour mordant mais aussi de tourments. D’une sincérité confondante, il nous entraîne sur son chemin d’homme naïf amené à prendre des chemins obscurs pour dévoiler la vérité. Passionnant !

Une adaptation cinématographique est en cours avec Daniel Radcliffe dans le rôle principal.

imageA voir !
le site des editions Marchialy, la creative nonfiction a de beaux jours devant elle, portée par de véritables passionnés !
un extrait à découvrir en ligne sur le site Vice

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Six jours de Ryan Gattis

La ville de LA possède un moteur, elle aussi, un moteur qui ne s’arrêtera pas. Il ne peut pas s’arrêter. La ville est une survivante. Elle continuera d’aller de l’avant, quoi qu’il arrive, et elle se relèvera de ces flammes, s’en relèvera de l’autre côté, et ce sera quelque chose de cassé, de beau et de neuf.

six jours ryan gattisSix jours  comme ces six jours avec une ville à feu et à sang. Six jours qui ont fait basculer l’histoire de Los Angeles, mais aussi  la lutte contre la violence policière et la discrimination aux Etats-Unis. six jours ryan gattis

Aux origines du mal : l’arrestation de Rodney King le 3 mars 1991

Au départ de cette envie d’écriture, un fait divers qui fera rentrer dans l’histoire le nom de Rodney King. Le 3 mars 1991, alors âgé alors de 24 ans, ce citoyen afro-américain, a bu avant de prendre le volant avec deux amis, et roule vite, bien trop vite. Suivi par la police, il se lance dans une folle course poursuite à travers la ville (en raison de sa précédente condamnation ?). Lorsque son véhicule est enfin immobilisé, Rodney King, résiste, est extrait de son véhicule violemment, puis sera passé à tabac. L’enquête révélera notamment que les officiers de policiers pensaient à tort qu’il était sous l’emprise d’une drogue le PCP, qui donne un sentiment de toute-puissance et ôte toute sensation de douleur. Le colosse d’1,91 mètre n’a pas été terrassé au premier coup de taser, il y en aura un deuxième, puis 56 coups de barre de fer, et quelques coups de pied, avant d’être traîné sur le bas-côté de la route en attendant l’ambulance (il s’en sort avec une mâchoire cassée et une cheville brisée).

Cette scène « ordinaire » de dérapages policiers aux USA est cependant enregistrée par un
jeune homme. Diffusée à travers le pays et le monde entier, la vidéo fait scandale.
six jours ryan gattisLes conversations radio enregistrées sont également édifiantes. « Ça fait longtemps que j’en avais pas tabassé un comme ça !»  se vante un des inculpés. Des Rodney King il y en eut avant, et d’autres après, des plus innocents également qui n’avaient commis aucune infraction et etait cooperatif comme le SDF Kelly Thomas battu à mort. Mais cette première vidéo révèle ce qui est encore tu en 1992, bien après les émeutes de 1965, que ce soit l' »usage excessif de violence » ou encore la discrimination.
Les quatre policiers qui arrêtèrent Rodney King furent jugés notamment pour l’usage d’une force excessive ». Leur jugement un an plus tard aboutit le 29 avril 1992 à leur acquittement. C’est cet acquittement qui entraîna six jours d’émeutes sans pareille, où les gangs prirent la rue, démontrèrent à la police qu’elle ne pouvait tenir la ville et réglèrent également leurs comptes. Bilan officiel lié directement aux émeutes : 10904 arrestations ; 2383 blessés ; 11113 incendies ; 53 morts ; 1 milliard de dollars de dégâts

Un roman choral mettant en abîme la vie au sein des gangs de L.A

Florence Ave & Normandie Ave, carrefour des premiers émeutes

Ce sont ces Six jours, le point de départ du roman choral de Ryan Gattis. Il a 14 ans lorsque se déroulent les émeutes et en reste fortement marqué, notamment par l’attaque de Reginald Denny, ce chauffeur de camion extrait et battu par des émeutiers lors du premier jour.
Extrêmement bien documenté sur ce qui se passa pendant ces émeutes et sur la vie des gangs, notre primo-romancier met en lumière, les différents jeux de pouvoir qui ont pu se mettre en place.
Portraitiste de talent, Gattis soigne à la perfection ses personnages, attitudes, mentalités, expression et références, l’ensemble est construit avec un réalisme saisissant.

unknown, US Army Field Artillery School
unknown, US Army Field Artillery School

Choral, ce roman passionnant laisse la voix au chapitre à 17 personnes, dont les destins ont été amenés à se croiser pour le pire ou le meilleur. Surtout le pire. Nous sommes dans le quartier hispanique de Lynwood. Une municipalité de quelques 69 000 âmes au sud de downtown LA, jouxtant Inglewood et Compton, municipalité tristement célèbre pour son taux de criminalité le plus élevé des Etats-Unis, bref, une véritable fabrique à enfants de choeurs.   Tout d’abord, nous faisons connaissance avec Ernesto, jeune mexicain, qui travaille dans un restaurant. Il se tient bien à distance, ne veut pas tremper avec les gangs, mais son frère et sa soeur font partie d’une « clique », alors, c’est un peu comme s’il en faisait partie bien malgré lui, car même s’il s’y refuse, les gangs savent comment faire pour faire plier le chef du gang adversaire. C’est Ernesto qui le dira à son frère. Non pas vivant, mais bel et bien mort. Une mort qui mettra le feu aux poudres entre deux groupes, qui se déchirent sur fond d’émeutes.

Un premier roman magistral

Dans cette galerie entre-mêlée de portraits, nous croisons également Antonio, sapeur-pompier, Gloria une infirmière, ainsi qu’Anonyme, qui fait partie de forces spéciales. Tous tentent de survivre dans une ville en proie au chaos, laissée pour compte y compris par son propre chef de la police, qui refuse d’envoyer ses hommes dans certains quartiers, laissant ses habitants à l’abandon, qu’ils fassent partie de gangs ou non. A travers ce canevas virtuose  et un récit sous-tension se dessine un portrait brillant et cru d’une Amérique violente et polarisée.

Ryan Gattis vit à Los Angeles. Il est cofondateur de la société d’édition Black Hill Press,intervenant à la Chapman University de Californie du Sud et membre du collectif d’arts urbains UGLAR. Les droits d’adaptation de Six jours ont été récemment acquis par la chaîne HBO.

Six jours
Ryan Gattis
Editions Fayard
428 pages. 24 €. ISBN : 9782213686318

 A voir !
Son site: http://ryangattis.com/
Les éditions Fayard: http://www.fayard.fr/

Rendez-vous sur Hellocoton !
Follow

Get every new post on this blog delivered to your Inbox.

Join other followers:

%d blogueurs aiment cette page :