Catégorie : Littérature anglaise

Meurtres au manoir de Willa Marsh

La nouvelle tisane qu’elles l’ont convaincue de boire juste avant d’aller au lit fait des merveilles. Comme beaucoup de gens, Clarissa croit que n’importe quel produit à base de plantes et de fleurs ne peut qu’être inoffensif.

Meurtres_au_manoir_will_marshAvec son humour noir qui fait mouche, Willa Marsh compte parmi ces auteurs britanniques à la plume acérée dont la lecture est un délice. Avec Meurtres au manoir, Willa Marsh récidive dans cette veine que ses lecteurs aiment tant. Causticité, intrigue piquante et à suspens, personnages décalés mais miroirs de certaines parts de nous-mêmes, tous ces ingrédients sont au rendez-vous pour un cocktail plein de saveurs placé cette fois-ci sous le signe de l’étrange.

Tout d’abord, nous faisons connaissance avec Clarissa, une jeune londonienne, qui s’ennuie et ne rêve que de rencontrer celui qui fera d’elle une sorte de joyau social qu’envierait toutes ses amies. Car l’envie est au cœur de ce roman, que ce soit l’appétence pour les biens matériels, la réalisation des chimères les plus folles ou encore la faiblesse pour le sexe opposé. Ce portrait ainsi dressé pourrait nous faire redouter une bluette sentimentale avec une jeune godiche écervelée. Mais ce serait sans compter sur Willa Marsh ! Clarissa rencontre effectivement celui qui lui ouvrir les portes de son cœur mais surtout de son manoir, Thomas, jeune veuf quadragénaire, dont feu madame, perpétuellement malade, a rendu sa vie bien morne malgré sa douceur. Aussi lorsque la pétillante jeune femme apporte quelques couleurs à sa vie, il ne tarde pas à l’épouser.

Ce premier round ouvre le bal d’une lutte acharnée pour ce manoir, si attirant et pourtant si étrange. Mais peu importe pour Clarissa que celui-ci soit livré avec deux tantes, charmantes et délicieuses conspiratrices et une jeune fille prête à rentrer dans les ordres et dotée de pouvoirs ésotériques …  Ambiance bucolique à la campagne ? Le boisé referme des secrets et des rites ancestraux … Un petit manoir so british pour goûter à la douceur familiale ? Oh oui, d’ailleurs, c’est bien toute la famille, vifs ou morts, qui s’y retrouvent … Autour de lui se révèlent les aspirations de chacun qui tente de mettre le grappin dessus ! Stratégies aux multiples plans, alliances et trahisons diverses, rites loufoques, mystérieux breuvages, il devient le lieu d’un véritable échiquier vivant qui aurait pour devise « A manipulateur, manipulateur et demi ». Véritable récit à suspense, Willa Marsh garde sa botte secrète bien au chaud, laissant le lecteur se demander pantois, qui pourra bien tirer son épingle de ce jeu de dupe …

Aux frontières du polar et du fantastique, ce roman très rythmé, au style vif et alerte, vous embarquera pour une séance de lecture non-stop, je vous le recommande chaudement.

Meurtres au manoir.
Willa Marsh.
Editions Autrement. Collection « Littératures ».
274 p. 19€. ISBN : 978-2-7467-3046-5

 A voir !

Le site de Willa Marsh
Le site des éditions Autrement
La critique du Journal d’Amy Wingate

Rendez-vous sur Hellocoton !

Désaccords imparfaits, de Jonathan Coe.

Ce recueil représente toute ma production de nouvelles au cours des quinze dernières années, ce qui relève un peu de la plaisanterie. (…) Car il ne m’est pas facile de faire court, justement. Ce qui m’attire, dans la fiction, c’est plutôt la complexité, le panorama, et chez moi, il est plus fréquent que des idées nées sous forme de nouvelles (…) prennent l’épaisseur d’un roman. »
Jonathan Coe

Désaccords imparfaitsQuatre textes de Coe, rassemblés dans un recueil inédit, après une publication échelonnée entre 1995 et 2005.
Une commande spéciale de Gallimard, qui permet de découvrir à nouveau ces textes, trois nouvelles et un article publié dans les Cahiers du Cinéma, montrant à quel point nos vies peuvent être sur le fil du rasoir, basculer d’un moment à un autre, par une parole donnée, un geste contenu. Le poids de nos actes manqués ont une résonance étrange dans ces histoires, où le lecteur est interpellé, comme 9e et 13e. Enfance, âge adulte, les revers de la médaille n’attendent pas le nombre des années.

Un recueil émouvant remarquable d’introspection et de sensibilité. L’ensemble peut paraître parfois inégal ou décousu, mais la prose courte de Coe offre de véritables moments de jubilation malgré tout.

Une mention toute particulière pour la nouvelle « Journal d’une obsession », véritable hymne à la passion de Coe pour le réalisateur Billy Wilder.

Désaccords imparfaits.
Jonathan Coe.
Editions Gallimard.
99 pages. 8,90€. ISBN : 9782070133628

 A voir !

Le site de Jonathan Coe.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Follow

Get every new post on this blog delivered to your Inbox.

Join other followers:

%d blogueurs aiment cette page :