Catégorie : Histoire & Société

Gavrilo Princip : l’homme qui changea le siècle

Je suis dans une période bande-dessinées historiques en ce moment ! J’ai entamé la lecture de deux romans – Carnaval de Célestin Ray (premier roman polar) et Là où se croisent quatre chemins de Tommi Kinnunen (premier roman finlandais), mais ils méritent tout deux de les savourer, alors je satisfais mes envies de lecture compulsive en BD !

Cela faisait un petit bout de temps que cette bande dessinée me faisait de l’oeil. J’ai toujours aimé les crayonnés en noir et blanc. Simples et beaux. Souvent abrupts et puissants.

gavrilo principQui est donc ce fameux Gavrilo Princip ? Nous le connaissons tous sans le savoir. Certains d’entre nous ayant une bien meilleure mémoire se souviennent de son nom. Il n’est pas un de nos contemporains et pourtant un seul de ses actes à fait basculer l’histoire mondiale. Revenons au début du siècle, en Europe.  Les Empires britanniques et austro-hongrois existent toujours. Nous avons déjà croisé le fer avec nos voisins allemands, amers de leur défaite de 1870. Ils ont alors pour Chancelier Otto von Bismarck, qui aura cette image appelée à rester dans les livres d’histoire :

« L’Europe d’aujourd’hui est une poudrière et ses dirigeants sont comme des hommes qui fument dans un arsenal… Une simple étincelle risque de déclencher une explosion qui nous consumera tous … Je ne peux pas vous dire quand cette explosion se produira, mais je peux vous dire où … c’est dans les Balkans qu’une espèce de fou dérangé mettra le feu aux poudres. »

Vous l’aurez compris, Gavrilo Princip, c’est le nom de cette étincelle, celle qui plongera l’Europe dans le chaos, un chaos inévitable. En assassinant le 28 juin 1914, le prince héritier austro-hongrois, François-Ferdinand de Habsbourg, Gavrilo Princip offrit sur un plateau l’excuse dont les états belliqueux avaient besoin pour se lancer dans leur oeuvre funeste. Si cet assassinat fait partie des évènements clés de l’histoire mondiale étudiés à l’école (et de moins en moins), nous n’en savons couramment peu sur cet homme. Peut-on le qualifier de « fou dérangé » pour reprendre les mots d’un Bismarck prophétique ?

Henrik Rehr se penche donc sur le cas Princip et offre une vue complète sur le parcours du jeune homme. Né dans une région pauvre de la Serbie, au sein d’une famille de chrétien orthodoxe, Gavrilo est très rapidement confronté aux délicatesses de sa condition : avenir nul si ce n’est en pouvant étudier en ville grâce au salaire de son frère, ostracisme à l’égard des chrétiens orthodoxes et véritable main mise des austro-hongrois sur le peuple serbe depuis la bataille de Kosovo, qui finit en bain de sang et asservissement pour le peuple serbe.  Dans un tel contexte, nombreux sont les mouvements révolutionnaires qui émergent dans l’ombre …

gavrilo princip

Ce qui est extrêmement appréciable dans cette biographie conséquente, c’est le côté très factuel d’Henrik Rehr. Cela permet de discerner une certaine objectivité dans la mise en vie d’une documentation riche qui n’est jamais assommante. Les plus récalcitrants en matière d’histoire seront séduits par une mise en scène sobre.  Econome en paratexte, Henrik Rehr sait jouer de l’alternance entre portraits et images saisissantes, planches de bd et strips éloquents. Il alterne scènes de vie de Gavrilo Princip et du Prince François-Ferdinand.  La narration est aussi fluide que le trait de son auteur, libre à l’image des multiples jeux de cadres et variations entre les techniques du « 9e » art et du dessin. Un travail époustouflant d’une grande maîtrise.

Le dessinateur danois Henrik Rehr a débuté dans des fanzines en réalisant des comic strips. Il a également écrit et dessiné pour la jeunesse et s’est consacré à différents genres : satires, horreur, science-fiction. Mais malheureusement seules deux ouvrages sont parus en France : Gavrilo Princip, ainsi que Mardi 11 septembre, regard autobiographique sur les attentats new-yorkais. J’attend la suite impatiemment !

Les Editions Futuropolis
Henrik Rehr

Rendez-vous sur Hellocoton !

Le printemps des Arabes

Le printemps des arabes, c’est l’histoire de ces hommes et de ces femmes qui se sont levés pour reprendre en main leur destin. La liberté se mérite chaque jour, et la démocratie est trop humaine pour ne pas être fragile. N’oublions pas cette leçon qui nous vient du sud de la Méditerranée.

le printemps des arabes

En 2011, les pays arabes sont secoués par des révoltes sans précédents qui donneront lieu à la chute de certains de ses chefs politiques comme Ben Ali, Moubarak ou encore Khadafi.

Tout débute à Sidi Bouzid le 17 décembre 2010, lorsque la police saisit la marchandise de Mohammed Bouazizi, vendeur ambulant qui n’a pas de patente. Il ne pourra jamais la récupérer malgré ses efforts pour obtenir cette patente. Il est hors réseaux. Révolté par le système politique inégalitaire marqué par la corruption et le népotisme, il s’immole devant la Préfecture.
Cette immolation sera un choc pur la jeunesse tunisienne et marque le début de la « Révolution de Jasmin », 28 jours, qui aboutirent au départ de Ben Ali, en place depuis 1987.

Ce sont ces prémisses tragiques qui ouvre le printemps des Arabes. Car l’embrasement se poursuit dans l’ensemble des pays du monde arabe : Maroc, Libye, Egypte, Syrie, Israël, mais aussi Arabie Saoudite, Yémen et Bahrein.

Cette bande dessinée documentaire passionnante est l’oeuvre du tandem Jean-Pierre Filiu et Cyrille Pomès. Jean-Pierre Filiu est historien, spécialiste du monde arabe et de l’islam contemporain, son parcours de recherches et de consultants est impressionnant. Cyrille Pomès est quant à lui dessinateur de bandes dessinées, il avait précédemment réalisé Sorties de route notamment. leur travail conjugue didactisme, grâce à l’écriture synthétique et précise de Jean-Pierre Filiu et le découpage en « chapitres », et l’émotion à travers le travail iconographique de Cyrille pommes, dont les portraits sont affûtés, saillants, chaque pays ayant sa propre palette de couleurs avec l’ocre pour fil rouge.

Bien entendu, il est complexe et irréaliste de représenter l’ensemble du printemps des arabes en une centaine de pages. N’y recherchez donc pas un compendium, mais voyez y un livre-hommage très complet sur les évènements les plus marquants, et d’autres plus méconnus. Une bande-dessinée qui se lit comme un livre d’histoire, ou un livre d’histoire mis en bande dessinée, avec cette force et cette volonté de donner envie d’approfondir et de comprendre plus encore ce qui s’est passé en 2010-2011, et ce qui les enjeux à l’oeuvre désormais.

Nous croisons des vies malmenées, en danger, sacrifiées mais dignes et glorieuses, des destins pourrait-on penser, mais il s’agit de gens comme vous et moi, qui ont décidé de dire « stop », par des actes forts humainement mais tellement ténus à la fois : manifestants, habitants de petites villes, jeune femme  et journaliste comme Tawakul Karman (prix nobel de la paix en 2011), victimes de la répression comme Hamza Al Khatib, jeune garçon de 13 ans battu à mort, le pacifiste Ghyath Matar qui prône la non-violence en Syrie et sa compatriote Fadwa Suleiman, Mahdi Zeyo, un père de famille, qui fera exploser son véhicule dans un avant-poste khadafiste, ils sont nombreux à s’incarner dans le récit et sous les traits du crayon. C’est un album dense et émotionnellement très fort, il faut prendre le temps de le lire, vous ne pourrez pas faire autrement.

le printemps des arabes
© Futuropolis

le printemps des arabes
© Futuropolis
 

Rendez-vous sur Hellocoton !
Follow

Get every new post on this blog delivered to your Inbox.

Join other followers:

%d blogueurs aiment cette page :