Étiquette : conte initiatique

L’enfant

 A la campagne, je ne peux rien faire à part : admirer. C’est pareil que s’ennuyer mais avec les yeux grand ouverts.

enfant_colas_gutman

Coup de coeur particulier pour ce lauréat du prix Sorcières 2012, mi-conte philosophique et mi-ode à l’imagination.

Mais pour mieux le comprendre, suivez les pas de Léonard, ce petit enfant citadin, un poil grognon, aux prises avec des parents irresponsables qui l’emmènent … à la campagne, un comble !

Ce qui devrait être un voyage bucolique est une véritable horreur pour le garçonnet qui préfère marcher sur les trottoirs plutôt que sur les sentiers, courir après les pigeons que rester comme un homme des cavernes au chaud … et (bien pire encore) admirer, se balader.
Au hasard d’un de ces fameux sentiers, où l’on se perd, Léonard se retrouve face à un mouton qui, bien naturellement, répond à son salut car il est poli. S’ensuit une conversation qui aurait tout l’air d’être anodine, si une question étonnante n’était pas posée à Léonard : un enfant, ça sert à quoi ? « Je crois que je ne sers à rien » ce qui ne va pas sans provoquer l’hilarité du mouton rejoint par une vache. Léonard va alors tenter de leur expliquer ce qu’est un enfant …
Vous aimerez sans doute les réflexions tendres et plutôt drôle de ce garçon, pour qui un animal en liberté ressemble avant tout à la faune dessinée sur sa couette, qui cherchera tant bien que mal à convaincre ces animaux un peu toqués de son utilité … bien décidé à le donner au loup, qui refuse un enfant pollué des villes ! A lire en famille car la lecture à voix haute rend plus vivant le texte et permet surtout de rendre les différentes intentions humoristiques. Paru dans la collection Mouche, il peut être lu en première lecture dès 7 ans.

L’enfant
Colas Gutman
Editions Ecole des Loisirs. Collection Mouche.
38 pages. 7€. ISBN : 978-2-211-20613-6

A voir !

le site de Delphine Perret
Colas Gutman sur le site de l’Ecole des loisirs

Rendez-vous sur Hellocoton !

Les Larmes de l’assassin, par Thierry Murat

Certes je ne savais rien du bien et du mal. Mais pour la première fois de ma vie, j’attendais quelque chose de l’avenir.

Les_larmes_de_l_assassin_Bondoux_MuratLes Larmes de l’Assassin, c’est d’abord un roman adolescent d’Anne-Laure Bondoux, récompensé du Prix Sorcières en 2004, .
C’est désormais un roman graphique librement adapté par Thierry Murat, qui s’est lancé de nouveau dans cet exercice périlleux de traduction graphique avec le chef-d’œuvre d’Ernest Hemingway, Le Vieil homme et la Mer.

C’est l’histoire également d’un véritable coup de cœur de Thierry Murat pour ce roman, une « vraie rencontre » ainsi que l’explique de façon imagée Anne-Laure Bondoux, le fruit de la rencontre entre un auteur et un de ses lecteurs, dans un de ces « espaces virtuels » qu’est le livre. Un cocoon d’émotions.

Et celles-ci ne manquent pas, car l’histoire de Paolo Poloverdo, petit chilien sans âge, est marquée une hostilité environnante. Né d’un lit où l’amour est plus un devoir qu’un véritable lien, Paolo vivote et a du mal à grandir dans cette terre aride, où il ne se trouve nulle école, nulle échappatoire. Chaque jour se passe dans l’isolement, entre son père, sa mère et la chasse aux serpents, dans une lande sèche et aride, où nul n’arrive par hasard, qu’il soit géologue, astronome, poète ou encore assassin. Le ciel assombri annonce une tempête imminente, dont les gouttes ne tardent pas à fouetter le visage de Paolo, qui s’est éloigne de chez lui. Au milieu de cette double page, deux cases sobres et fortes. D’un rouge profond. Presque deux tâches pleines de vie au milieu d’une vie sombre. Deux destins vont se croiser et nouer une relation aussi forte qu’étonnante.

Larmes_Assassin_Murat_Bondoux

Les grands espaces, les coteaux arides, les silhouettes taillées comme dans du roc, dégagent une densité qui vous prend aux tripes. Cette bande dessinée pourrait être une histoire sans parole, sans texte, tant l’expressivité des personnages et la sûreté du trait, retranscrivent des images mentales fortes, quasi cinématographiques. Les cases se succèdent sans sombrer dans la gratuité, chacune apportant une pierre très précise dans cet édifice, qui laisse également la part belle à la contemplation et l’imagination du lecteur. Une réussite pour une tout nouvelle œuvre, à part entière.

Les Larmes de l’Assassin
Thierry Murat, roman d’Anne-Laure Bondoux
Editions Futuropolis.
128 planches. 18€. ISBN 2-7470-0775-8

Le site de Thierry Murat
Le site des Editions Futuropolis

Rendez-vous sur Hellocoton !

Duane est dépressif

Penser, ça devait être un peu comme l’escalade, il fallait d’abord s’habituer à l’altitude. Il n’était pas habitué à réfléchir et, en particulier, sur lui-même. Il avait probablement essayé de penser trop, trop tôt, sans se donner le temps de s’accoutumer à l’altitude requise. Il faudrait qu’il ralentisse en matière de réflexion, ne pas en faire autant à la fois, et peut-être apprendre à éviter les domaines de pensée dangereux, les zones qui pouvaient troubler sa sérénité. Il était probable que penser était une activité à laquelle on devait s’adonner de façon méthodique en prenant quelques précautions.

Duane_est_dépressif_Mac_Marty

Le 22 février ne sera pas un jour comme les autres pour Duane. La soixantaine passée, une  vie de famille bien chargée, entre sa femme Karla, un brin excentrique et pleine d’énergie, leurs enfants et leurs neuf petits-enfants, ce chef d’entreprise aux affaires florissantes (le pétrole, c’est quand même rentable) représenterait un modèle de vertu, le chantre du self-made man. Plus rien à prouver, plus grand chose à attendre des canons de la réussite sociale, Duane est un homme « accompli ». Et ce 22 février matin, il décide de laisser au garage son pick-up pour … marcher ! Un acte inconcevable et hérétique dans son Texas pétrolier, qui ne peut qu’annoncer le pire selon ses proches. Karla voit là le signe d’une infidélité, alerte leurs connaissances qui restent pantoises devant tant de bizarrerie. C’est sûr, un tel acte ne peut que marquer un profond désespoir, Duane doit certainement être dépressif. Questionné, ce dernier n’en sait guère plus ses motivations, si ce n’est un ras-le-bol d’être dans les bonnes cases et de suivre un chemin déjà tout tracé. Il veut vivre selon ses propres désirs, lesquels ? Il ne le sait pas encore, il doit les découvrir …

Bienvenue dans une histoire digne d’un road-movie ! Ni-comédie, ni tout à fait drame, ce roman satirique à souhaiter pourra détendre vos zygomatiques ou vous faire sourire jaune, mais toujours sans méchanceté, grâce au regard acéré et pointilleux de son auteur Larry McMurty, qui ausculte ses contemporains … pour leur bien ! Si l’expérience n’attend pas l’âge, Duane a réussi sa vie sans vraiment la vivre. Tel un héros picaresque, notre Thoreau des temps modernes se questionne et nous questionne par un habile jeu de miroirs sur nos désirs les plus profonds et les injonctions que nous pouvons recevoir au quotidien : devoir de réussite sociale, devoir d’un certain style de vie pour être un citoyen/homme/époux/ami modèle (idem au féminin).

Incisive, cocasse et introspective, la dépression de Duane nous fait un bien fou ! A lire assurément !

Duane est dépressif
Larry McMurtry
Editions Sonatine
598 pages. 22,30€. ISBN : 9782355841729

A voir !

Le site des Editions Sonatine
La page IMDB de Larry McMurtry à qui nous devons aussi l’adaptation cinématographique du roman d’Annie Proulx le Secret de Brokeback Mountain

Rendez-vous sur Hellocoton !

Adieu Chaussette de Benjamin Chaud

Chaussette, c’est mon lapin buffle. Il est vraiment nul. Il est temps pour moi d’avoir des amis comme les autres enfants.

Adieu-chaussette-Benjamin-Chaud-doudouChaussette est un peu trop patapouf. Ce gros lapin, un poil dodu, un poil nonchalant, est un compagnon de jeu un peu nul, qui a déjà réussi à jouer au foot ou à la bagarre avec un lapin ?  Enfin c’est ce que commence à penser son petit maître. C’est quand même moins drôle que des copains un lapin buffle, si encore il pouvait monter dessus pour se balader … Enfin, il n’est plus un bébé, il va bien arriver à l’abandonner dans la forêt. C’est que Chaussette n’est pas très malin non plus, il ne comprend pas le pauvre qu’il doit rester seul dans cette forêt. Obligé de l’attacher, son petit maître risque de se poser beaucoup de questions, une fois les talons tournés …

Cette charmante histoire qui se finit bien, est pleine de fraîcheur et de candeur avec ce petit bonhomme qui se pose tant de questions sur l’amitié et l’abandon. Doudou, animal de compagnie, Chaussette peut être les deux à la fois ?
Difficile d’apprendre à grandir, car les pas se suivent et ne se ressemblent pas : cette promenade en forêt fera grandir ce petit garçon hésitant, qui découvrira que l’on peut tourner des pages sans se dire au revoir et tout laisser derrière soi … tout en se faisant de nouveau  tous les deux, et qui sait sera-t-elle l’occasion de se faire de nouveau amis … Une belle histoire touchante et émouvante, écrite et illustrée par Benjamin Chaud.

Benjamin Chaud a étudié le dessin aux Arts appliqués de Paris (Olivier de Serres) et aux Arts décoratifs de Strasbourg.Il partage un atelier avec Magali Le Huche, Roland Garrigue, Magali Perretti… Il a créé avec Ramona Badescu le personnage Pomelo chez Albin Michel Jeunesse. Chez Actes Sud Junior, il a publié Jojo, le roi des joujoux en tant qu’auteur-illustrateur.

Dès 5 ans.

Adieu Chaussette
Benjamin Chaud.
Editions Hélium.
30 pages. 14,90€. ISBN : 978-2-358-51039-4

A voir !

Un interview de Benjamin Chaud
Le site des éditions Hélium

Rendez-vous sur Hellocoton !

Chien bleu

chien-bleu.gifSi vous ne connaissez pas encore Chien bleu, vous vous laisserez séduire par ce classique de la littérature de jeunesse, qui narre une belle histoire d’amitié entre Charlotte, une
petite fille unique et Chien bleu, un étrange chien solitaire qui vient à sa rencontre en soirée. La mère de Charlotte ne voit pas d’un bon augure la visite de ce chien différent, qui sait s’il
est méchant ou malade, pour vagabonder ainsi. Malgré ses protestations, Charlotte doit se faire une raison et se séparer de son nouvel ami.
La voyant toute esseulée, la mère de Charlotte décide de l’emmener en pique-nique. De fraise en fraise, elle s’éloigne de ses parents, jusqu’au moment où elle se perd. La nuit tombe, ses parents
sont partis à sa recherche en vain, l’esprit de la nuit rôde …

Dans un univers proche du conte, dans lequel luttent des forces antagonistes, l’amitié fidèle est à l’honneur de cette histoire intemporelle qui explore les peurs de l’enfance. Une belle histoire
dès tout-petit.

Chien bleu
Nadja
Ecole des loisirs. Collection « Lutin poche ».
36 pages. 5,50€. ISBN : 2-211-01912-9

Rendez-vous sur Hellocoton !
Follow

Get every new post on this blog delivered to your Inbox.

Join other followers:

%d blogueurs aiment cette page :