Étiquette : conte

La Culotte du loup de Stéphane Servant

La Culotte du loup de Stéphane ServantLoup, où es-tu ? Entends-tu ? Que fais-tu ?

Le loup est bien trop occupé ! Sur le point de partir chasser la bande de saucissons qui le provoque, il s’aperçoit que sa culotte est toute trouée ! Impossible de partir dans un tel accoutrement … Fort heureusement, il existe une boutique de vêtements de mode pas très loin, proposant de fort jolies culottes. Afin de les acquérir, le loup va devoir travailler, mais c’est sans compter sur l’intrépide bande de saucissons …

Un loup ridiculisé et manipulé par la publicité, voilà ce que nous propose ce conte détourné charmant dénonçant  la course toujours plus effrénée au bel objet  (souvent le plus cher et pas forcément le plus agréable, confortable, esthétique) à laquelle les marchands souhaiteraient nous entraîner. Un point de vue drôlement culotté offert aux petits loups dans une histoire drôle et pédagogique. Les illustrations châtoyantes  de Laetitia Le Saux sont un régal pour les petites pupilles. Dès 3 ans.

La culotte du loup.
de Stéphane Servant, illustré par Laetitia Le Saux.
Didier jeunesse.
26 pages. 11,90€. ISBN : 978-2-278-06543-1

A voir !

Le blog de Stéphane Servant
Le site de Laetitia Le Saux

Rendez-vous sur Hellocoton !

Charles à l’école des dragons

9 avril 1821 Silence. Parfum de fin du monde
Le ciel, pareil à un cadavre, ne frissonne plus. Brouillard, Vertige.
Au sommet d’une montagne, sur un nid de graviers, quelqu’un va naître. Le voilà. C’est un bébé. C’est Charles : deux petits yeux rieurs, narines frétillantes, fine moustache, écailles fragiles, ventre maigrichon. Le tout à peine plus gros qu’un veau. Et ses pieds. Larges et griffus. Et ses ailes. Majestueuses.
Pendant trois ans, Charles grandit. Ses pieds, ses ailes se développent. Son imagination aussi. Charles aime les poésies tristes.
Le monde est si moche, cher papa, chère maman,
Regardez l’horizon et dites-moi si je mens.
Ignobles cieux, horribles monts, vilaines vallées,
Tant de misères et e laideur, c’est dur à avaler
Sinon, Charles est toujours aussi maigrichon. « Mais c’est le plus beau », répètent ses parents. « Le plus beau dragonnet du monde »

Charles n’est pas un dragon comme les autres. Son corps minuscule orné de magnifiques ailes immenses, l’empêche de voler, difficile alors de se faire des copains, surtout que Charles a son propre langue, peu commun : de sa bouche s’échappe sans cesse poésie sur poésie ! Comment se passera son apprentissage à l’école des dragons, où l’on brûle les cahiers plutôt que d’écrire dessus ? Pas facile de faire sa place, lorsque l’on est maladroit et poéte mélancolique

Charles à l'école des dragons

Un univers coloré et touchant attendent les petits loups qui feuilleteront ces pages. Dans ce bel album original, Alex Cousseau et Philippe-Henri Turin abordent la rentrée scolaire, la différence et l’acceptation de soi, et ce dans un univers poétique et onirique à souhait. Son ambiance mélancolique contraste avec les couleurs châtoyantes, les poésies de Charles sont à la fois tristes et cocasses et rendent ce petit dragon particulièrement touchant, avec sa vision décalée du monde, qui reflète son mal-être avec ces ailes trop grandes pour lui et avec lesquelles il ne peut encore prendre son envol. Les illustrations grand format offrent un émerveillement aux pupilles, qui observent mille et un détails : nous plongeons littéralement dans cette histoire !

Charles à l’école des dragons.
Alex Cousseau. Philippe-Henri Turin.
Le Seuil jeunesse.
40 p. 19,80€. ISBN : 978-2-02-100560-8

A voir !

Le site des éditions Seuil jeunesse

Rendez-vous sur Hellocoton !
Follow

Get every new post on this blog delivered to your Inbox.

Join other followers:

%d blogueurs aiment cette page :