Étiquette : tolérance

Les rêves de Pauline de Christophe Donner

– Mille pétales ! Quelle chance tu as de pouvoir rêver des choses pareilles !

Les rêves de pauline de chris donnerAu royaume des abeilles, une nouvelle est née. Pauline. Elle ressemble en tout point à ses congénères : petites antennes, corps rayé, enfin presque. Etonnamment, elle est née sans ailes. Les docteurs intrigués l’auscultent à la recherche du moindre prémisse d’une aile. Avec l’allure d’une fourmi, c’est bien difficile de se faire accepter. Alertée par cet étrange phénomène, la reine mère se porte au chevet de celle qui deviendra sa protégée. Chaque jour passe doucettement pour la petite abeille, qui a sa propre alvéole aménagée confortablement. Choyée pour l’aider à guérir, elle se nourrit de gelée royale et de pain d’épices.  La reine mère l’y rejoint chaque jour ainsi que les docteurs, mais ces visites médicales ne tardent pas à s’espacer pour finalement prendre fin. Seule la reine continue de rejoindre chaque jour Pauline, qui si elle n’a pas d’ailes, et possède le pouvoir de faire des rêves merveilleux …

C’est un bon petit roman que voilà pour nos apprentis lecteurs ou ceux qui aiment déjà lire tout seul ! 80 pages d’une belle aventure, où se mêle émotions et réflexion. Car si Pauline est différente, et semble profiter d’un certain cocoon après de la reine, peu lui est épargné. Elle se confronte au rejet, à l’intolérance, et aux difficultés de la vie d’une petite abeille qui doit s’intégrer et trouver sa place.
Cette jolie histoire révèle aussi les facéties de l’imagination, Chris Donner n’hésitant pas à faire quelques petits clins d’oeil à ses lecteurs, en leur montrant le pouvoir de l’écriture, qui peut s’inspirer aussi du quotidien et le magnifier. Pauline soupçonne fortement que quelqu’un écrit ses histoires, ces petites allusions apportent un sourire complice aux enfants.
Petit ode aux rêves et à l’imagination pour nos chérubins, cette histoire joliment écrite se conclut avec malice.

Les Rêves de Pauline
Chris Donner
Ecole des Loisirs. Collection « Mouche ».
80 pages. 7€. ISBN : 978-2-211-090-76-6

imageA voir
le site de l’Ecole des loisirs
le site de Christopher Donner

Rendez-vous sur Hellocoton !

Yacouba, Kibwé, Yacoubwé de Dedieu

Kibwe-Dedieu Yacouba_Dedieu Yacoubwe-Dedieu

Soit tu me tues sans gloire et tu passes pour un homme aux yeux de tes frères, soit tu me laisses la vie sauve et à tes propres yeux tu sors grandi, mais banni, tu le seras pas tes pères.

Finalement entre deux révisions et la préparation du second semestre, il m’est plus dur que prévu de reprendre le rythme désiré, cependant je garde toujours un œil sur la littérature de jeunesse, et espère vous proposer quelques titres de littérature étrangère à dévorer pour la rentrée littéraire de ce début 2014 très prochainement !

En attendant, j’ai eu l’occasion de découvrir cette trilogie de Thierry Dedieu. Le monsieur n’a plus rien à prouver de sa qualité d’auteur jeunesse ; et si mon dernier coup de cœur fut pour le Petit Chaperon rouge illustré à l’occasion d’une résidence d’artiste à Jouy-en-Josas (avec une sublime double-pages dans laquelle il nous offre une vision croustillante de loup essayant de revêtir la chemise de Mère-Grand) ; j’ai découvert avec plaisir cette trilogie dont le premier tome est paru en 1999, Yacouba.

Yacouba c’est le vent chaud des plaines d’Afrique, la vie en communauté, la proximité avec les grands fauves, l’initiation des jeunes garçons. C’est un saisissant portrait visuel de cette Afrique des légendes et des contes de sagesse. Dedieu nous offre un très beau personnage, ce jeune Yacouba, qui doit partir et tuer un lion pour être accepté parmi ses pairs. Celui-ci ne tarde pas à croiser un magnifique spécimen, qui est blessé. Un dialogue plein de sincérité débute entre l’homme et la bête : acceptera-t-il de le tuer sans en retirer un grand honneur ou préfèrera-t-il le laisser vivre et accepter l’exclusion après avoir agi dignement et en accord avec son cœur ?

Ce bel album teinté de philosophie démarre avec puissance une magnifique histoire d’amitié qui se déroule sur deux autres tomes. Si le format choisi est celui de l’album, cette histoire touche au-delà du public jeunesse (plutôt apprenti lecteur d’ailleurs).

Le deuxième tome est dédié à Kibwé, le frère lion de Yacouba, celui qui épargne les hommes malgré la famine mais qui sera l’objet de toutes les peurs. Yacoubwé est une véritable apogée dramatique, qui montre combien Dedieu mène habilement son récit, nous tenant haletant jusqu’à son extrême fin.

Une trilogie de belle facture à découvrir avec régal !

Yacouba / Kibwé / Yacoubwé
de Thierry Dedieu
Editions du Seuil jeunesse
30 pages. 15,20€ l’album

A voir !

Le blog de Thierry Dedieu
Le site des éditions du Seuil jeunesse

Rendez-vous sur Hellocoton !

Ze vais te manger, de Jean-Marc Derouen

AAAaahH! ze vais te manzer petit lapin blanc, ze vais te manzer tout de zuite!

9782352411130_Ze_vais_te_manger_Derouen

Non, non je n’ai pas fait de faute de frappe, ni ne suis subitement victime de dyslexie ! Pour le retour du blog en cette saison des revenants, j’ai choisi de vous parler d’un album jeunesse absolument à croquer (et précise par la même occasion que je n’ai pas d’action chez l’éditeur Frimousse 🙂

Ze vais te manger est une pépite prometteuse, de celle qui comme La Petite Taupe a le potentiel pour devenir un adorable classqiue jeunesse ! Bienvenue dans cette drôle d’histoire, un petit loup enfin un grand méchant loup nous dit-on, un peu passif, un peu naïf attend que passe par là son déjeuner, jusqu’au moment où apparaît un consistant et dodu petit lapin blanc … Grand méchant loup de s’écrier « AaaaH Ze vais te manzer petit lapin blanc, ze vais te manzer tout de zuite ! « 

Ce détonnant zozottement stupéfie le lapin qui s’empresse dès lors d’examiner son chasseur décrédibilisé par un pareil défaut de prononciation ! Désarçonné, celuic-ci le verra filer d’une habile façon … Cette première rencontre marque le début d’une journée pleine de piquant pour ce pauvre méchant loup. mais chut, ze ne dis rien de plus !

Cette jolie histoire est le fruit d’une première collaboration entre Jean-Marc Derouen, conteur, et Laure du Faÿ, illustratrice jeunesse.

A voir !

Le site de Jean-Marc Derouen.
Le book en ligne de Laure du Faÿ

Rendez-vous sur Hellocoton !

Sexy de Joyce Carol Oates

On n’aurait pas pensé que son coeur battait à l’intérieur de sa poitrine sous ses muscles tendus, et qu’il avait la peur au ventre à l’idée de rater. Quand il était avec ses copains, il paraissait confiant, souriant et sûr de lui. Même sur le plongeoir le plus haut, il avait une expression calme, imperturbable. C’était probablement l’impression que Darren Flynn donnait de lui aux autres. Il fallait cacher tellement de choses! »

sexy-joyce-carol-oatesDeuxième lecture de cet auteur et la finesse de sa plume me plaît toujours autant.
Lu en parallèle avec Les Carnets de Lily B., les deux ouvrages forment un diptyque complémentaire, car ils abordent
l’adolescence du point de vue féminin et masculin.

Un dénominateur commun comme souvent dans cette littérature : le mal-être. A la fois physique et psychique, car nos deux héros, 15 et 16 ans respectivement, sont
confrontés à cette étape délicate de l’acceptation de soi mais aussi des autres.

Mal-être physique chez la jeune fille qui se trouve peu désirable en raison d’une cicatrice en forme de trèfle sur la tempe qui la pousse dans ses retranchements
sur un air de mieux vaut être belle et re-belle, que moche et re-moche (dixit Lily), tandis que Darren, héros Sexy de Joyce Carol Oates, ne
contrôle pas son image de jeune homme séduisant et séducteur malgré lui, ce qui n’est pas sans incidence.
Mais contrairement aux Carnets de Lily B. qui s’adresse avant tout aux lecteurs de l’âge de l’héroïne, 15 ans, ce  Sexy est plutôt destiné aux jeunes adultes par la gravité du sujet et la maturité nécessaire pour en comprendre les subtilités.
Darren est un nageur émérite qui comme tout sportif ne doit pas se contenter de ses performances en piscine pour obtenir une bourse.

 Voilà ce qu’il doit dépasser pour devenir ce bon élève qu’attendent ses professeurs. Voyant en lui un élève attachant et fondant sur sa personnalité de réels
espoirs d’amélioration, ceux-ci n’hésitent pas à lui donner un coup de pouce.
La pression familiale, Darren connaît. également. Entre un père qui souhaite
réaliser à travers son fils, ce qu’il n’a pu vivre lui-même, et un grand frère aimant jouer les gros durs, rouler des mécaniques et qui craint que l’affabilité de Darren cache une mollesse de caractère, voire une homosexualité.

Darren séduit ce qui le déstabilise, d’autant plus quand il se rend compte qu’il attire également certains hommes.
M Tracy lui propose de rendre un nouveau devoir, conscient que leur discussion précédente est une des raisons de ce devoir de piètre qualité. Darren refuse ce  « traitement de faveur ». Car il est conscient de sa propre responsabilité dans la réalisation de ce devoir. Cette maturité de Darren est une constante de ce roman. Pendant ce temps, un vent de  révolte souffle du côté des nageurs. Soit-disant « sacqué » par ledit Tracy, Kevin Pyne, un des nageurs qui a plagié son dernier devoir, décide dès lors de se venger du professeur à l’origine de son  exclusion. Un plan machiavélique se met en place sous les yeux de Darren et du lecteur. Adulé des jeunes filles de sa classe pour son esprit et son  intelligence, M Tracy sera attaqué sur des « apparences » défavorables. L’un va le trouver efféminé, alors qu’un autre se souvient qu’il assiste à l’ensemble des compétitions du club de natation :  la rumeur est trouvée. M Tracy serait homosexuel et pédophile. Une lettre anonyme est envoyée au proviseur. La réputation de Tracy en souffre instantanément. 

Sexy,
Joyce Carol Oates
Editions Thierry Magnier. Collection « Scripto »
222 pages. 9,90€. ISBN : 978-2-07-057468-1            

A voir !


Le site des Editions Thierry Magnier

                    

Rendez-vous sur Hellocoton !

Cosmofobia, de Lucia Etxebarria.

On ne reçoit rien de la vie si on n’identifie pas d’abord son Désir. Mais la plupart des hommes et des femmes ne savent pas bien quel est leur Désir, c’est pourquoi il leur échappe.
Ils s’égarent dans de faux désirs, ils croient désirer une voiture ou une maison ou la célébrité ou l’amour d’une femme, mais ce ne sont pas leurs désirs véritables. Par exemple, il y a des hommes qui ne désirent une femme que parce qu’elle est convoitée par d’autres hommes, et non par amour. Et ils font le mauvais choix, celui de la femme qui ne leur était pas destinée.
Il arrive aussi, dans le monde occidental, que beaucoup croient désirer ce que la publicité leur a en fait mis dans la tête. Mais le vrai Désir est une chose plus profonde, qui fait partie de la vie de chacun de nous. Et nous devons très tôt l’identifier, pour nous concentrer sur sa quête.

cosmofobia-EtxebarriaNous jouissons du temps sans compter, et ce qui est triste, c’est que nous ne commençons à comprendre ce qui est important que lorsque notre corps ne peut plus nous le procurer. Ce livre nous présente une galerie de portraits assez haute en couleurs, dans un petit quartier de Madrid, Lavapiès, où se croisent  personnalités et rêves variés. A travers ce véritable portrait d’une société multiculturelle, Lucia Etxebarria nous montre que l’interculturalité ne va pas de soi. En effet, derrière ces deux termes si couramment employés, multiculturalité et interculturalité, deux notions différentes coexistent ou s’entrechoquent. Tel qu’à Lavapiès, quartier assez représentatif d’un quartier cosmopolite de grande métropole, la diversité culturelle n’est pas gage d’une vie en communauté sereine. Chacun se côtoie mais des séparations ou des tensions subsistent derrière une apparente mixité culturelle. Mais Cosmofobia n’est pas que cela. C’est également une chronique sociale trépidante, une toile impressionniste de la jeunesse madrilène, qui avec ses rêves et ses illusions, grandit dans un Madrid en perpétuelle mutation. Assez vite, le propos de Lucia Etxebarria revêt une certaine universalité. Entre auberge espagnole pour les personnages et Amélie poulain pour la vie de quartier, ce roman, écrit avec finesse et précision, nous projette littéralement dans Madrid et ses ambiances.

A voir !
Le site des Editions Héloïse d’Ormesson

Cosmofobia.
Lucia Etxeberria.
Editions Héloïse d’Ormesson.
382 pages. 23€. ISBN : 978-2-35087-052-6

 

Rendez-vous sur Hellocoton !
Follow

Get every new post on this blog delivered to your Inbox.

Join other followers:

%d blogueurs aiment cette page :