Dans cette sélection dominicale, deux BD pour lesquelles j’ai récemment craqué. Leur fil d’Ariane ? L’ascension sociale. Les temps changent, mais le cœur de l’homme est toujours irrésistiblement attiré par ce symbole de réussite.
Tout d’abord, un excellent, mais véritablement sublime roman graphique, La Valse des Alliances, de feu Will Eisner , papa de ce nouveau genre de BD apparu en 1978 avec A contact with God.

La Valse des Alliances nous plonge dans l’histoire d’une dynastie de deux familles de « self-made men » à la tête de véritables empires : les Arnheim et les Ober. Cette épopée débute dans les années 1890. Cela fait quelques décennies déjà que de nombreuses familles juives allemandes s’installent dans ce nouvel eldorado que furent les États-Unis et sa côte Est, fuyant les crises économiques et l’antisémitisme croissant en Allemagne et en Autriche.

Les Arnheim sont à la tête de la plus grande entreprise de corsets alors que les Ober dirigent une banque florissante dans la campagne américaine et aspirent à évoluer dans les hautes sphères de la « grande société ». Ces deux familles vont rejoindre leur intérêt commun, autour du mariage de leurs enfants, Conrad et Lili. Une nouvelle page de l’histoire familiale s’ouvre, dans laquelle l’intérêt familial et la réputation passent avant toutes choses. Car quand on est un Arnheim, on se doit conduire en Arnheim, dans le respect du nom et du travail de ses aïeuls …

Trois générations se succèdent de la fin du 19e siècle triomphant à la Grande Crise : au cœur de ce siècle, un personnage conducteur Conrad Arnheim, enfant, homme marié, père puis grand-père. Loin d’être un enfant de chœur, cet homme filou, sans scrupules mais séduisant et fort en affaires, réussira au gré de ses alliances, matrimoniales et financières, à se bâtir un empire à défaut d’une famille soudée. Car tout est apparence dans le monde des Arnheim. Leur réussite sociale cache beaucoup de petits arrangements avec la morale et le sacrifice de la famille : sacrifice au nom du nom, des femmes qui se doivent être des épouses modèles d’apparat et qui subissent une violence perpétuelle ; sacrifice des enfants auxquels il est demandé de renoncer à leur aspiration les plus profondes pour que le nom des Arnheim survive.

C’est un monde cruel que dépeint Will Eisner, reflet d’une époque admirablement servi par un dessin en noir et blanc, riche digne des meilleurs comics.

La Valse des Alliances
Will Eisner
Editions Delcourt
167 pages. 13,65€. ISBN : 2-84055-755-X

Autre atmosphère, dans un contexte également ethnique et d’ascension sociale, Loin d’être parfait du jeune Adrian Tomine, jeune talent publié également chez Delcourt, et auteur du précédent Blonde platine,prix 2003 du meilleur album au Festival d’Angoulême.

Le style moderne et sobre nous invite à suivre les déboires amoureux de Ben Tanaka, et de ses amis trentenaires, américains d’origine asiatique. Loin d’être parfait aborde les difficultés de l’intégration, la revendication de ses origines ainsi que l’homosexualité féminine.

Ben, japonais, est gérant du cinéma Université, et vit en couple avec Miko Hayashi, assistante au festival du film asiatique nord-américain. Ces deux passionnés de cinéma vivent une relation qui bat de l’aile, suite à une aventure de Ben avec une jeune américaine, relation symbolique tout au long de la BD de l’intégration et l’ascension sociale. Cet incident a révélé des divergences bien plus profondes au sein du couple : Miko, revendique activement, notamment à travers ses activités professionnelles, son appartenance ethnique, alors que Ben comprend difficilement son éveil politique, ayant très peu souffert de la discrimination, et aspirant en somme à se fondre dans la population américaine. Sa confidente et amie, Alice, coréenne et homosexuelle et doit gérer quant à elle un autre carcan : sa famille. Pour celle-ci, Alice doit finir ses études, se marier impérativement avec un Coréen, travailler et fonder une famille, tout autre avenir ne saurait leur convenir …  A l’occasion d’un stage, Miko s’envole pour New York et débute alors pour Ben une longue période d’introspection, qui ne sera pas sans surprises et imposera un nouveau départ.

Loin d’être parfait
Adrian Tomine, Vincent Benrière (traducteur)
Editions Delcourt. Collection « Outsider »
108 pages. 14,95€. ISBN : 978-2-7560-1580-4

A découvrir !
http://www.adrian-tomine.com/
http://www.willeisner.com/
Le site des éditions Delcourt

Rendez-vous sur Hellocoton !